La fin d’une re­la­tion com­plexe

Ven­dre­di, un homme est mort d’un coup de cou­teau

La Montagne (Brive) - - Limousin Faits Divers - Pierre Vi­gnaud

Mort ven­dre­di soir des suites d’un coup de cou­teau re­çu au flanc gauche, Xa­vier Goua­lard en­tre­te­nait une re­la­tion tu­mul­tueuse avec sa com­pagne.

Dans la nuit de ven­dre­di à sa­me­di, Xa­vier Goua­lard per­dait la vie après avoir re­çu un coup de cou­teau au do­mi­cile de sa com­pagne, San­drine Cap­de­vielle, l’au­teure pré­su­mée de ce coup mor­tel. Un drame qui est ve­nu mettre fin à une re­la­tion tu­mul­tueuse de plu­sieurs an­nées.

Faits de vio­lence

Se­lon les pre­miers élé­ments de l’en­quête, les deux per­sonnes en­tre­te­naient de­puis le jour de leur ren­contre, il y a quatre ans, une re­la­tion jon­chée de rup­tures et de re­trou­vailles. Le couple ne vi­vait pas sous le même toit. Lui, ar­ri­vé en Limousin il y a vingt­cinq ans, ha­bi­tait Nexon. Elle, ré­si­dait à Aixe­sur­vienne où elle te­nait une chambre d’hôte. « Une fois, nous avons dû al­ler cher­cher Xa­vier à 2 heures du ma­tin car elle l’avait mis de­hors. Ils n’avaient pas une re­la­ tion saine mais ils se re­met­taient en­semble », ra­conte un proche de la vic­time. Suf­fi­sant pour ex­pli­quer cette is­sue dra­ma­tique ? Se­lon le par­quet de Limoges, « cette si­tua­tion est fré­quente mais n’at­teint que très ra­re­ment ce ni­veau de gra­vi­té ».

Dans cette re­la­tion com­plexe, la vio­lence entre les deux pro­ta­go­nistes se se­rait ins­tal­lée. Se­lon nos sources, la vic­time au­rait dé­jà été hos­pi­ta­li­sée après avoir été vio­len­tée lors d’un sé­jour dans le sud de la France. La mise en cause, elle, au­rait af­fir­mé aux en­quê­teurs avoir agi ven­dre­di soir pour se dé­fendre des me­naces de son conjoint.

Tous ces élé­ments doivent en­core être éclair­cis et ce se­ra l’un des en­jeux de l’en­quête, confiée à la sec­tion de re­cherches de la gen­dar­me­rie. Pour le mo­ment, au­cun élé­ment de pro­cé­dure ne fait état de vio­lences an­té­rieures au sein du couple se­lon le Par­quet. La gen­dar­me­rie était dé­jà in­ter­ve­nue au do­mi­cile de la mise en cause à Aixe­sur­vienne, mais pour des cas de vio­lences in­tra­fa­mi­liales, sans rap­port avec la vic­time.

Autre fac­teur qui pour­rait avoir joué un rôle, l’al­cool, qui sem­ble­rait être très pré­sent dans cette re­la­tion, avant et au mo­ment du drame. ■

PHOTO STÉPHANE LEFÈVRE

AIXE. Il reste des zones d’ombre à éclair­cir pour les en­quê­teurs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.