King­sley Co­man avion à ré­ac­tion, Di­mi­tri Payet force de ré­ac­tion

La Montagne (Brive) - - Sports L'actu Nationale -

Ils font tout pour com­pli­quer la vie de Di­dier Des­champs et, pour une fois, c’est tant mieux : King­sley Co­man, drib­bleur éclair, pas­seur dé­ci­sif, et Di­mi­tri Payet, au­teur du coup franc-mis­sile fa­tal au Ca­me­roun (3-2), pos­tulent au onze-type des Bleus.

La vraie source de tra­cas pour Di­dier Des­champs reste plus que ja­mais la dé­fense, à re­cons­truire. Mais le po­ten­tiel of­fen­sif prend lui une réelle épais­seur à chaque sor­tie.

Au point que les ab­sences de Ka­rim Ben­ze­ma (écar­té pour son rôle pré­su­mé dans l’af­faire du chan­tage à la sex­tape) et Ma­thieu Val­bue­na (au­teur d’une sai­son­cau­che­mar), voire celles de Ha­tem Ben Ar­fa (ré­ser­viste) et de Na­bil Fe­kir (long­temps gra­ve­ment bles­sé à un ge­nou), ne sont plus pour l’heure des su­jets de pré­oc­cu­pa­tion foot­bal­lis­tique.

En se pro­je­tant sur l’eu­ro, il sem­blait écrit que Des­champs dé­mar­re­rait la com­pé­ti­tion avec un trio d’at­taque Mar­tial­gi­roud­griez­mann. Et, alors qu’il reste un match pré­pa­ra­toire à Metz sa­me­di face à l’écosse, les deux der­niers ci­tés semblent as­ sur­és d’y être. Même si Griez­mann va vite de­voir di­gé­rer la fi­nale de la Ligue des cham­pions per­due et son pe­nal­ty ra­té. Mais « Griz­zy » a pris une telle di­men­sion cette sai­son avec l’at­le­ti­co qu’il est qua­si­ment in­tou­chable. Quant à Gi­ roud, il s’est mon­tré plus fort que les sif­flets de La Beau­joire en mar­quant son cin­quième but en Bleu en quatre matchs, même s’il a en­suite ra­té un face à face avec le gar­dien.

Reste la troi­sième place que Mar­tial n’a pas eu l’oc­ca­sion de dé­fendre, for­fait en rai­son d’une fa­tigue mus­cu­laire qui l’a pri­vé du match à Nantes, et à la­quelle Co­man et Payet pré­tendent dé­sor­mais.

Co­man, pour sa toute pre­mière ti­tu­la­ri­sa­tion, a été le dé­to­na­teur des Bleus en pre­mière pé­riode. Au me­nu: ses ac­cé­lé­ra­tions fou­droyantes dans de pe­tits pé­ri­mètres, sa ca­pa­ci­té à éli­mi­ner ses vis­à­vis et cette passe dé­ci­sive à l’in­ten­tion de Blaise Ma­tui­di pour l’ou­ver­ture du score (20e). Dé­com­plexé, l’ai­lier du Bayern Mu­nich, 19 ans à peine, a mon­tré qu’il pou­vait être plus qu’un jo­ker.

Payet a, lui, mis plus de temps à trou­ver ses aises. Mais il a réa­li­sé au fi­nal un match plein, ponc­tué, comme dans un rêve sur la pe­louse nan­taise qui l’a vu dé­bu­ter en pro, d’un coup franc ma­gis­tral qui a dé­fi­ni­ti­ve­ment li­bé­ré l’équipe de France (90e).

Ce but a en outre illus­tré la ca­pa­ci­té de ré­ac­tion de cette équipe qui n’a rien vou­lu lâ­cher mal­gré l’éga­li­sa­tion ca­me­rou­naise à 2­2, deux mi­nutes au­pa­ra­vant. Comme s’en est fé­li­ci­té le gar­dien et ca­pi­taine Hu­go Llo­ris : « On va re­te­nir la vic­toire, le ca­rac­tère qu’on a mon­tré et le ta­lent de Di­mi­tri sur ce coup franc dé­ci­sif ».

Les Bleus ont en ef­fet plus d’un atout dans leur va­rié­té of­fen­sive et une cer­ti­tude : ils ont en Payet un vé­ri­table spé­cia­liste du coup franc di­rect. Ses quatre der­niers buts, dont deux en Bleu (Rus­sie, Ca­me­roun) ont été mar­qués de cette fa­çon. ■

CO­MAN - PAYET. Di­dier Des­champs pour­ra comp­ter sur eux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.