Me­la : « De l’éner­gie, il y en a en­core »

Tan­dis que des fi­gures du Top 14 s’ar­rêtent, le Bri­viste n’a pas dit son der­nier mot

La Montagne (Brive) - - Sports Limousin - Jean-paul Co­hade

Le ca­pi­taine du CAB, qui voit sa gé­né­ra­tion se re­ti­rer du rug­by, conserve une en­vie in­tacte, à un an de la re­traite. Et en­tend bien pro­fi­ter de chaque mi­nute qu’il lui reste à jouer. Di­manche, contre Pau, comme la sai­son pro­chaine.

Il ter­mine son ca­fé, de­vant une par­tie de cartes à l’es­pace De­ri­che­bourg, avant de sa­cri­fier à l’exer­cice de l’in­ter­view. À six jours de l’ul­time ren­contre de Top 14, Ar­naud Me­la pro­fite de ces mo­ments à part que le CAB cultive. Cette ca­ma­ra­de­rie qui tient presque plus du rug­by ama­teur que du pro­fes­sion­nel.

« Avant on jouait à la be­lote, main­te­nant c’est le po­ker, ça change, sou­rit Me­la. Ce cô­té ves­tiaire un peu fé­dé­ral, ça me va, un peu loin du rug­by pro. Après, on s’en­traîne, c’est sé­rieux, mais j’aime cette am­biance ».

Alors que des joueurs em­blé­ma­tiques de sa gé­né­ra­tion tirent peu à peu leur ré­vé­rence, Me­la, lui, conti­nue. Dans un an, oui, il rac­cro­che­ra à son tour, comme di­manche Traille et Bouil­hou. « Entre cette an­née et la pro­chaine, une gé­né­ra­tion va s’en al­ler. Le vi­sage du Top 14 va chan­ger. C’est par­ti­cu­lier. Les Pa­lois aus­si vont avoir des joueurs qui s’ar­rêtent. Ce se­ra quelque chose d’as­sez émou­vant ». Pour ces vieux gro­gnards qui disent stop, no­tam­ment Sh­ve­lidze dans les rangs bri­vistes, Ar­naud Me­la en­tend bien que la fête soit belle, que le CAB sorte un grand match, pour rendre l’hom­mage qu’ils mé­ritent à ces hommes qui ont mar­qué le rug­by fran­çais.

Mais qu’on ne s’y trompe pas, lui, le 2e ligne que le rug­by fran­çais qua­li­fie « de de­voir », avec tout ce que ce­la com­porte de res­pect, n’a pas en­core bais­sé pa­villon. L’en­vie d’al­ler au com­bat n’est pas près de s’es­tom­per. « Je n’ai pas trop pen­sé à la fin de l’an­née pro­chaine. On at­tend les va­cances, ça va faire du bien. Mais la sai­son pro­chaine, le but se­ra de prendre du plai­sir à chaque fois que j’au­rais une mi­nute à jouer, pro­fi­ter de chaque sor­tie, d’al­ler dans des beaux stades ».

Lu­cide sur sa sai­son qui n’a « pas été simple », le ca­pi­taine re­con­naît que son hi­ver a été éprou­vant. « J’ai eu du mal à en­quiller, j’ai eu plein de pe­tits pé­pins phy­siques, ça s’est amé­lio­ré à la sor­tie de l’hi­ver. Je suis content de ter­mi­ner sur une meilleure note. Mais de l’éner­gie, il y en a en­core. Je vais es­sayer de tout don­ner pour ter­mi­ner en beau­té ».

Le rêve d’un der­nier der­by contre Au­rillac

Alors qu’il sait de­puis sa­me­di qu’il n’au­ra pas l’oc­ca­sion de vivre les phases fi­nales avec Brive ­ « J’au­rais ai­mé connaître ça au moins une fois, on sait que l’an­née pro­chaine ce se­ra com­pli­qué » ­ l’exAl­bi­geois at­tend avec une forme de dé­lec­ta­tion un pos­sible nou­veau der­by pour sa der­nière sai­son.

Ce­lui qui a sui­vi avec at­ten­tion Au­rillac­stade Mon­tois ne cache pas son en­vie de voir les Can­ta­lous re­joindre le CAB dans l’élite. « J’avais dit aux autres, avant la de­mi, que ce se­rait Au­rillac qui al­lait mon­ter. Parce que je trou­ ve que c’est l’équipe la plus ho­mo­gène avec un bon pack, un bon bu­teur, un gros état d’es­prit, un bon ves­tiaire… Les Bayon­nais fe­ront bien sûr ce qu’il faut en fi­nale, mais je trouve que, pour nous, ça fe­rait un beau der­by, avec un bon match au Sta­dium ».

Ad­mi­ra­tif du par­cours au­rilla­cois, le Bri­viste aime ce que vé­hi­cule le club de Da­vid­son, as­sez proche de ce qu’il connaît au CAB. « Ça passe un mes­sage fort aux équipes ar­mées à la fois d’ar­gent et d’in­ter­na­tio­naux. On peut être une équipe mo­deste, mais avec un coeur énorme, ca­pable de ren­ver­ser des si­tua­tions et ga­gner des matchs im­por­tants. Sur la sai­son, ils ont te­nu la dra­gée haute à de grosses écu­ries. Ça montre que tout ça est en­core pos­sible dans le rug­by et j’es­père que ça le res­te­ra ».

Fier de faire par­tie d’un groupe et d’un club à part. Me­la fait ain­si une pro­messe au pu­blic cor­ré­zien. Le CAB ne gal­vau­de­ra pas la grande fête de di­manche. Pour ce joueur « à l’an­cienne », il y a des de­voirs aux­quels il n’est pas per­mis de se sous­traire. ■

PHOTO PASCAL PERROUIN

HISTORIQUE. Tan­dis que les Traille, Bouil­hou et autres Sh­ve­lidze tirent leur ré­vé­rence, Me­la compte bien sa­vou­rer chaque mi­nute de jeu, di­manche, comme l’an pro­chain.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.