Re­cu­ler mais sans perdre la face…

Valls et la CGT af­fichent leur fer­me­té tout en cher­chant en cou­lisse une is­sue au conflit

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités -

À onze jours de l’ou­ver­ture de l’eu­ro de foot, quelle is­sue le gou­ver­ne­ment peut-il en­vi­sa­ger à la contes­ta­tion contre la loi Tra­vail, qui dure de­puis trois mois et à la­quelle se mêlent des re­ven­di­ca­tions ca­té­go­rielles ?

Le gou­ver­ne­ment peut­il comp­ter sur une dé­mo­bi­li­sa­tion ? Sur une in­flexion de la CGT ?

Une ini­tia­tive avant le pas­sage 1 au Sé­nat ? Le texte ar­rive au Sé­nat le 13 juin avec un vote pré­vu le 28. Dif­fi­cile de pen­ser que le gou­ver­ne­ment res­te­ra in­ac­tif d’ici là. Re­cu­ler se­rait « une faute po­li­tique », a mar­te­lé Ma­nuel Valls. Le texte « ne se­ra pas re­ti­ré » et les « prin­cipes de l’ar­ticle 2 », qui ins­taure la pri­mau­té des ac­cords d’en­tre­prise sur la branche, en ma­tière de temps de tra­vail, « se­ront main­te­nus », a as­su­ré Fran­çois Hol­lande.

Mais der­rière les « prin­cipes », on dis­cute des mo­da­li­tés. Le rap­por­teur du texte à l’as­sem­blée, Ch­ris­tophe Si­rugue (PS), a de nou­veau évo­qué hier un « com­pro­mis » sur l’ar­ticle 2 avec un « avis a prio­ri » des branches sur les ac­cords né­go­ciés en en­tre­prise. Une piste dé­jà lan­cée… la veille du re­cours au 49­3 à l’as­sem­blée. Au pas­sage, l’exé­cu­tif semble comp­ter sur la droite sé­na­to­riale, qui va dur­cir le texte, pour re­mettre le cli­vage droite­gauche au centre des dé­bats et faire ré­flé­chir les opposants de gauche.

In­flexion de la CGT ? « Quand 2 on se parle, c’est quand même mieux » : le ton du lea­der de la CGT, Phi­lippe Mar­ti­nez, a sem­blé s’adou­cir après un ap­pel de Ma­nuel Valls sa­me­di. De là à conclure que la CGT, la plus apte à mo­bi­li­ser, est prête à né­go­cier sur le texte, il y a un pas. Phi­lippe Mar­ti­nez ré­pète qu’il faut « re­ti­rer » la loi et juge « quatre ar­ticles ma­jeurs » in­ac­cep­tables, dont le fa­meux ar­ticle 2. Et avec les autres syn­di­cats an­ti­loi tra­vail, la CGT donne un pro­chain ren­dez­vous dans la rue le 14 juin.

La mul­ti­pli­ca­tion des fronts. 3 Le gou­ver­ne­ment semble dé­ci­dé à évi­ter l’ou­ver­ture de nou­veaux fronts, quitte à es­ suyer les cri­tiques. « Noël est en mai », a dé­non­cé le pré­sident du Sé­nat, Gé­rard Lar­cher (LR). Ré­gime « dé­ro­ga­toire » des rou­tiers sur les heures sup­plé­men­taires, pres­sions sur les né­go­cia­tions entre la SNCF et les che­mi­nots, re­va­lo­ri­sa­tion des en­sei­gnants : l’exé­cu­tif tente de faire bais­ser la pres­sion. Une an­nonce est aus­si at­ten­due jeu­di en fa­veur des com­munes. « Les choix que nous fai­sons sur les fonc­tion­naires, les en­sei­gnants […], c’est aus­si un moyen de convaincre tous ceux qui doutent », a plai­dé Ma­nuel Valls de­vant les dé­pu­tés PS, se­ lon un par­ti­ci­pant. Il s’est aus­si en­ga­gé à « prendre en charge cer­taines me­sures » de l’ac­cord sur l’in­dem­ni­sa­tion chô­mage des in­ter­mit­tents.

Quelle mo­bi­li­sa­tion ? L’op­po4 si­tion à la loi Tra­vail se pour­suit par des blo­cages de sites ou des grèves dans les raf­fi­ne­ries, dont six sur huit res­tent « à l’ar­rêt ou au ra­len­ti », se­lon la Cgt­pé­trole.

La contes­ta­tion a ga­gné le sec­teur des dé­chets, avec des blo­cages de centres de trai­te­ment en ré­gion pa­ri­sienne ou du ra­mas­sage des or­dures à SaintÉ­tienne. Cô­té éner­gie, la FNME­ CGT ap­pelle à mo­bi­li­ser à nou­veau jeu­di.

Ailleurs, à la SNCF, à la RATP ou à la DGAC, les conflits portent pa­ra­doxa­le­ment plus sur des re­ven­di­ca­tions ca­té­go­rielles (condi­tions de tra­vail, sa­laires) que sur la loi tra­vail. La SNCF, CGT, SUD et Unsa ap­pellent à la grève illi­mi­tée de­puis hier soir, avec de fortes per­tur­ba­tions at­ten­dues. Et la CGT de la RATP à par­tir de jeu­di.

Dans le ciel, les syn­di­cats de la Di­rec­tion gé­né­rale de l’avia­tion ci­vile (contrô­leurs aé­riens no­tam­ment) ont an­non­cé une grève de ven­dre­di à di­manche pour dé­fendre l’em­ploi et les in­dem­ni­tés des agents, mais une réunion mar­di pour­rait chan­ger la donne.

À Air France, les adhé­rents du pre­mier syn­di­cat de pi­lotes ont vo­té le prin­cipe d’une grève contre des baisses de ré­mu­né­ra­tion no­tam­ment, sans date ar­rê­tée.

Faire grève. L’im­pact de la 5 grève dans les raf­fi­ne­ries se fe­ra sen­tir sur le sa­laire de juin, ex­plique Franck Man­chon, co­or­di­na­teur FO chez To­tal, et « ça va être très dif­fi­cile ». « On va faire un ap­pel aux dons et sol­li­ci­ter la fé­dé­ra­tion (FO Chi­mie) » car les fé­dé­ra­tions « ont des caisses de grève ». Se­lon Em­ma­nuel Le­pine, res­pon­sable CGT de la branche pé­trole, « plu­sieurs caisses de so­li­da­ri­té ont été lan­cées, dont une confé­dé­rale et d’autres sur les sites en grève ». Il a éva­lué « en moyenne entre 1.000 et 1.500 eu­ros les pertes de sa­laire des tech­ni­ciens et ou­vriers » des raf­fi­ne­ries en grève. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.