In­quié­tudes sur la sé­cu­ri­té dans les « fan zones »

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités -

La nou­velle dé­pu­tée Ma­rine Bre­nier (LR), qui a suc­cé­dé à l’as­sem­blée au pré­sident de Pa­ca Ch­ris­tian Es­tro­si, a consa­cré, hier, sa pre­mière ques­tion au gou­ver­ne­ment à la sé­cu­ri­té des fan zones du­rant l’eu­ro-2016.

Cette nou­velle dé­pu­tée des Alpes­ma­ri­times, élue di­manche à 29 ans, a dé­cla­ré s’être « en­ga­gée » au­près de ses élec­teurs à se « battre pour leur sé­cu­ri­té, pre­mière des li­ber­tés ». « Lorsque vous avez dé­cré­té l’état d’ur­gence, nous, l’op­po­si­tion, vous avons sou­te­nu », a­t­elle pour­sui­vi. « Ces me­sures étaient né­ces­saires, mais in­suf­fi­santes », a ajou­té celle qui était de­ve­nue ad­jointe au maire de Nice en 2014.

« À Nice, avec Ch­ris­tian Es­tro­si, nous avons dé­ve­lop­pé un sys­tème de re­ connais­sance fa­ciale, opérationnel dès main­te­nant. Pour­quoi n’au­to­ri­sez­vous pas l’uti­li­sa­tion de ce sys­tème ? », a­t­elle de­man­dé.

« Il suf­fit de connec­ter à ce sys­tème les fi­chiers des per­sonnes me­na­çant la sû­re­té de l’état […] Je dé­po­se­rai une pro­po­si­tion de loi en ce sens », a pour­sui­vi Ma­rine Bre­nier. « On ne peut, d’un cô­té, dire que la France est en guerre et, de l’autre cô­té, re­fu­ser l’uti­li­sa­tion de ces tech­no­lo­gies », a­t­elle conclu.

Le mi­nistre de l’in­té­rieur, Ber­nard Ca­ze­neuve lui a ré­pon­du en sou­li­gnant le « réel in­té­rêt au plan opérationnel » de la re­con­nais­sance fa­ciale. Mais il a fait va­loir plu­sieurs obs­tacles, no­tam­ment d’ordre consti­tu­tion­nel. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.