Les profs se­ront mieux payés

Une en­ve­loppe de 500 mil­lions dès l’an pro­chain, an­née de la pré­si­den­tielle…

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités -

Des profs da­van­tage payés à par­tir du 1er jan­vier 2017, des car­rières ac­cé­lé­rées pour les en­sei­gnants les plus en­ga­gés, no­tam­ment en éducation prio­ri­taire : la mi­nistre Na­jat Val­laud-bel­ka­cem a an­non­cé, hier, une re­va­lo­ri­sa­tion qui at­tein­dra un mil­liard d’eu­ros en 2020.

Les pro­fes­seurs fran­çais, moins payés en moyenne que leurs ho­mo­logues des pays in­dus­tria­li­sés de l’or­ga­ni­sa­tion de co­opé­ra­tion et de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­miques (OCDE), at­ten­daient de­puis des an­nées d’être aug­men­tés.

Hier, leur mi­nistre a dé­voi­lé la dé­cli­nai­son pour l’éducation na­tio­nale (pro­fes­seurs, conseillers prin­ci­paux d’éducation et conseillers d’orien­ta­tion­psy­cho­logues) du pro­to­cole sur les par­cours, les car­rières et les ré­mu­né­ra­tions (PPCR) des fonc­tion­naires. Elle se­ra pro­gres­sive, avec 500 mil­lions d’eu­ros dès 2017, an­née de l’élec­tion pré­si­den­tielle, pour at­teindre un mil­liard en 2020.

« Mieux ac­com­pa­gner »

Ce geste n’a « rien à voir avec le cli­mat so­cial ac­tuel », a dé­cla­ré Ma­nuel Valls. « Il fau­dra faire en­core plus », a pour­sui­vi le Pre­mier mi­nistre, pour qui

un en­sei­gnant dé­bu­tant ne de­vrait pas être « moins bien payé qu’un po­li­cier ». In­ter­ro­gée sur l’éven­tuelle re­mise en cause de ces dé­ci­sions en cas d’al­ter­nance, Na­jat Val­laud­bel­ka­cem a ré­tor­qué : « Je sou­haite bien du cou­rage à ce­lui qui vou­dra re­mettre en ques­tion ce PPCR ». « Cette re­va­lo­ri­sa­tion va per­mettre, d’après nos es­ti­ma­tions, de re­pla­cer la France au­des­sus de la moyenne de L’OCDE » et « d’at­teindre pour les fins de car­rière les ni­veaux des pays les plus fa­vo­rables, l’al­le­magne no­tam­ment », a­t­elle as­su­ré.

L’ob­jec­tif est « d’ac­croître l’at­trac­ti­vi­té du mé­tier » mais aus­si de « mieux ac­com­pa­gner les en­sei­gnants tout au long de leur car­rière ».

Il est no­tam­ment pré­vu d’aug­men­ter l’in­dice de tous les pro­fes­seurs le 1er jan­vier 2017, puis le 1er jan­vier 2019. Lors de leur pre­mière an­née d’en­sei­gne­ment, les profes­ seurs ga­gne­ront, d’ici 2020, 1.400 eu­ros bruts de plus par an. Un pro­fes­seur des écoles exer­çant dix ans en éducation prio­ri­taire et de­ve­nant di­rec­teur d’école pour­ra ga­gner en fin de car­rière 1.000 eu­ros de plus par mois qu’ac­tuel­le­ment. La re­va­lo­ri­sa­tion se re­flé­te­ra aus­si dans les re­traites, cal­cu­lées sur les six der­niers mois.

Par ailleurs, l’éva­lua­tion des en­sei­gnants évo­lue­ra, avec des mis­sions des ins­pec­teurs et per­son­nels de di­rec­tion plus « orien­tées vers le pi­lo­tage pé­da­go­gique, la for­ma­tion conti­nue ». Il s’agit d’en fi­nir avec la vi­site de l’ins­pec­teur qui note un cours de­puis le fond de la classe huit fois dans la car­rière d’un en­sei­gnant et de pas­ser à un sys­tème « de double re­gard » de l’ins­pec­teur et du chef d’éta­blis­se­ment.

Syn­di­cats sa­tis­faits

Le mi­nis­tère veut aus­si pas­ser d’une ges­tion « tech­no­cra­tique » des en­sei­gnants à « une vé­ri­table po­li­tique de res­sources hu­maines », avec quatre ren­dez­vous pour faire le point pen­dant une car­rière. Après sept et treize ans d’exer­cice, 30 % des per­son­nels très en­ga­gés, no­tam­ment en éducation prio­ri­taire ou à la di­rec­tion d’écoles, pour­ront bé­né­fi­cier d’une ac­cé­lé­ra­tion de car­rière d’un an. Ils pour­ront aus­si ac­cé­der plus tard prio­ri­tai­re­ment à une « classe ex­cep­tion­nelle » créée en sep­tembre 2017, tan­dis que tous les profs pour­ront ac­cé­der à l’ac­tuelle « hors classe ».

Des dis­cus­sions s’ou­vri­ront cette se­maine avec les syn­di­cats. « Même si tout n’est pas par­fait, c’est une amé­lio­ra­tion pour la car­rière des en­sei­gnants », a es­ti­mé la FSU, pre­mière fé­dé­ra­tion du sec­teur. Le syn­di­cat ré­for­miste SEUn­sa a sa­lué « des gains fi­nan­ciers loin d’être né­gli­geables ».

Y voyant, lui, des an­nonces élec­to­ra­listes, le pré­sident du Sé­nat, Gé­rard Lar­cher (LR), a dé­plo­ré des dé­ci­sions « ac­cor­dées par clien­tèle ». « Je me rends compte que Noël est en mai et d’ailleurs il pleut. Et c’est un temps qui va bien au pré­sident Hol­lande », a­t­il iro­ni­sé. ■

PHOTO AFP

NA­JAT VAL­LAUD-BEL­KA­CEM. La mi­nistre de l’éducation en por­teuse de bonne nou­velle pour les en­sei­gnants.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.