Mieux vaut­il en rire ?

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités -

Dans « Ils sont par­tout », Yvan At­tal dé­nonce avec un rire plu­tôt grave « un an­ti­sé­mi­tisme qui a gran­di en France à une al­lure ver­ti­gi­neuse » et qui se nour­rit de pré­ju­gés te­naces. un rap­port de la Com­mis­sion na­tio­nale consul­ta­tive des droits de l’homme a mon­tré la « ré­sis­tance » ces der­niers mois. Dans le même temps, les ac­tions et me­naces an­ti­sé­mites se main­te­naient à un ni­veau in­quié­tant : en 2015, elles ont consti­tué 40 % des actes ra­cistes com­mis en France, alors que les juifs re­pré­sentent moins de 1 % de la po­pu­la­tion fran­çaise.

Le cas­ting fait le plein de co­ mé­diens po­pu­laires, de Pa­trick Braou­dé en Fran­çois Hol­lande phy­si­que­ment très res­sem­blant au tal­mu­diste de De­nis Po­da­ly­dès en pas­sant par la mère sé­pha­rade plus at­ten­due de Marthe Villa­lon­ga.

Be­noît Poel­voorde campe un homme po­li­tique d’ex­trême droite qui se dé­couvre une grand­mère juive et en pro­fite pour prendre la place de sa femme (Va­lé­rie Bon­ne­ton) à la tête de son par­ti. Char­lotte Gains­bourg, com­pagne d’yvan At­tal à la ville, se mor­fond d’avoir été en couple avec un juif sans le sou (Da­ny Boon) dans une ban­lieue dé­fa­vo­ri­sée. Gilles Lel­louche est un agent du Mos­sad ren­voyé dans le pas­sé pour ré­gler le sort de Jé­sus avant que sa mort ne soit im­pu­tée aux juifs, source d’un an­ti­ju­daïsme chré­tien du­rable.

« Ça crispe »

« On est plus ou moins dans la farce, le bur­lesque. C’est un rire qu’on peut re­te­nir car le su­jet est grave », fait va­loir Yvan At­tal. À l’image de cette scène où Fran­çois Da­miens ré­veille mal­adroi­te­ment la mé­moire en som­meil d’un ma­lade d’alz­hei­mer (Po­peck), an­cien dé­por­té du camp de Dran­cy.

Le ci­néaste af­firme avoir eu du mal à pré­sen­ter ce long mé­trage pro­duit par Tho­mas Lang­mann. « Je le dis dans le film : on ne peut plus rien dire dans ce pays, on ne peut même plus pro­non­cer le mot “juif”, ça crispe », dé­plore Yvan At­tal, qui rê­vait « naï­ve­ment » d’une fe­nêtre sur la Croi­sette, ne se­rait­ce qu’« une pe­tite séance spé­ciale à mi­nuit »… ■

Ils sont par­tout. Co­mé­die de et avec Yvan At­tal, Be­noît Poel­voorde, Char­lotte Gains­bourg (France, 1 h 51).

AN­TI­SÉ­MI­TISME. « Com­bien de temps ce­la va du­rer ? Est-ce qu’un jour on va nous lâ­cher ? », ques­tionne Yvan At­tal, qui joue son propre rôle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.