Une bien­nale tein­tée d’hu­ma­ni­té

D’éner­giques bé­né­voles mo­bi­li­sés pour mettre sur pied cet évé­ne­ment dé­dié à l’aqua­relle

La Montagne (Brive) - - Brive Vivre Sa Ville - Émi­lie Auf­fret

La qua­trième bien­nale d’aqua­relle de Sain­te­fé­réole se tien­dra du 23 juillet au 7 août. En cou­lisse, des pas­sion­nés oeuvrent à la réus­site de l’évé­ne­ment qui a re­çu 7.000 vi­si­teurs en 2014.

C’est l’his­toire d’une poi­gnée de pas­sion­nés qui vou­laient faire vivre leur vil­lage. Ce vil­lage, c’est Sainte­féréole. Leur pas­sion, c’est l’aqua­relle. Quand vous les réu­nis­sez dans un même en­droit, à l’étage de la mai­son du temps libre par exemple, il est dif­fi­cile d’en pla­cer une. Non pas qu’ils soient im­po­lis, bien au contraire. Ils sont sim­ple­ment in­sa­tiables no­tam­ment sur l’aven­ture qu’ils ont lan­cée en 2010 : la bien­nale in­ter­na­tio­nale d’aqua­relle de Sainte­féréole. La pre­mière édi­tion a ac­cueilli près de 3.500 vi­si­teurs, la der­nière en 2014 près de 7.000. La pro­chaine au­ra lieu cet été du 23 juillet au 7 août (Lire par ailleurs).

In­vi­té de marque

Pe­tite femme pé­tillante et dy­na­mique, Gi­nette Bu­geat, pré­side l’as­so­cia­tion or­ga­ni­sa­trice Ex­pres­sions. « L’idée est ve­nue de l’ate­lier d’aqua­relle au­quel nous as­sis­tons tous les lun­dis après­mi­di, ici même. Nous nous ren­dions sur d’autres sa­lons, par­ti­ci­pions à des stages… On s’est dit : “Pour­quoi pas chez nous ?”. Ce genre d’évé­ne­ment n’exis­tait pas en Cor­rèze ».

La pe­tite troupe, pleine d’am­bi­tion, se re­trousse alors les manches. Pour la pre­mière, elle fait ve­nir l’un des aqua­rel­listes les plus connus au monde : Ro­land Pal­maerts. À l’oc­ca­sion de ses 60 ans, l’ar­tiste avait réa­li­sé en 60 heures de pein­ture, 60 mètres de ta­bleaux à l’aqua­relle. Une per­for­mance pour la­quelle il est en­tré dans le Gui­ness des re­cords.

Cet in­vi­té de marque donne une cou­leur à cette pre­mière édi­tion. « Et puis, ça a fait boule de neige, as­sure Mo­nique Da­leau, vice­pré­si­dente de l’as­so­cia­tion. C’est un pe­tit mi­lieu. Le bouche­à­oreille a bien fonc­tion­né ».

Tel­le­ment bien qu’en 2016, il a fal­lu faire une sé­lec­tion par­mi plus de 90 de­mandes d’ar­tistes pour ex­po­ser lors de la qua­trième édi­tion. « Une com­mis­sion de sé­lec­tion d’une di­zaine de per­sonnes se réunit. Les oeuvres sont ju­gées de ma­nière ano­ny­

Stage

Des stages d’aqua­relles sont pro­po­sés tous les jours par les ar­tistes pré­sents. Près de 150 sta­giaires avaient par­ti­ci­pé en 2014. (Ins­crip­tions et pro­gramme sur le site In­ter­net : www.bien­na­le­da­qua­relle.fr).

Avant pre­mière

À par­tir de sa­me­di, et jus­qu’au 19 juin, les réa­li­sa­tions de l’ate­lier d’aqua­relle de l’as­so­cia­tion Ex­pres­sions se­ront ex­po­sées à la cha­pelle des Pé­ni­tents, à Don­ze­nac. Ex­po­si­tion ou­verte tous les jours de 10 heures à 12 heures et 14 h 30 à 18 heures. En­trée libre. me. Cha­cun donne une note de 1 à 10 sur la tech­nique, le ni­veau, le thème, l’ori­gi­na­li­té, les coups de coeur… », sou­ligne Gi­nette Bu­geat as­sis­tée de Syl­vette Te­qui, tré­so­rière de la bien­nale. Cette an­née, 42 ar­tistes ont été choi­sis pour ex­po­ser. Et ce­lui qui a la lourde tâche de pré­ve­nir ceux qui ne sont pas re­te­nus, c’est Georges Bu­geat, res­pon­sable de pro­jet. « Ce n’est pas tou­jours fa­cile de les ap­pe­ler pour leur dire. Mais nous avons un prin­cipe : ap­pe­ler puis en­voyer un cour­rier ».

Pas­ser ce pe­tit mo­ment dé­li­cat, la ma­chine s’em­balle. Pen­dant l’évé­ne­ment, « il y a une vraie am­biance. Les échanges se font dans la sim­pli­ci­té. Les vi­si­teurs sont vrai­ment mis à l’aise », ra­conte Mi­chelle Gi­raud, membre de l’as­so­cia­tion et hôte. En ef­fet, cette an­cienne prof de sports ac­cueille des ar­tistes chez elle. « J’aime beau­coup le contact avec eux… Nous avions or­ga­ni­sé une belle par­tie de cam­pagne avec le peintre Hu­bert Riff. Son épouse s’en sou­vient en­core ». Pour ré­su­mer : convi­via­li­té, sim­pli­ci­té et par­tage sont les maî­tres­mots. Tout ce­la à tra­vers l’aqua­relle que tous pra­tiquent.

« Ça a fait “tilt” »

« J’avais des bases de des­sins, ex­plique Ro­ger Faure, membre du co­mi­té d’or­ga­ni­sa­tion. J’ai fait un stage au­près de Ro­land Pal­maerts et ça a fait “tilt”. J’ai ache­té ses DVD. Ce sont un peu des gou­rous, plai­sante le jeune re­trai­té. Et pour moi, l’aqua­relle est une sorte de psy­cho­thé­ra­pie ». À Mo­nique Pey­roux, aqua­rel­liste et ex­po­sante de pour­suivre : « Au dé­mar­rage, c’est très per­tur­bant et très dif­fi­cile. Il faut avoir une grande connais­sance des pig­ments et de leurs in­ter­ac­tions. Il faut per­sé­vé­rer ».

Pour eux, « ne pas avoir peur de la page blanche est un prin­cipe. Il faut oser, lâ­cher prise ». Jusque­là, ces pas­sion­nés ont des­si­né un jo­li cha­pitre de l’his­toire de leur vil­lage que tout un cha­cun pour­ra ve­nir peindre en ou­ver­ture de la bien­nale, le 24 juillet. ■

PHO­TO D’AR­CHIVES PAS­CAL PERROUIN

SUR PLACE. Ex­po­si­tions, ate­liers, stages, dé­mons­tra­tions… Les quinze jours de bien­nales sont bien ryth­més au sein de ce vil­lage cor­ré­zien.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.