Une se­maine de tur­bu­lences

SNCF, tran­sports pu­blics pa­ri­siens, avia­tion ci­vile, raf­fi­ne­ries, les conflits se mul­ti­plient

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités -

Une grève re­con­duc­tible per­tur­bait si­gni­fi­ca­ti­ve­ment le tra­fic SNCF, hier, à l’ap­pel de trois syn­di­cats, dont la CGT et SUD qui lient des re­ven­di­ca­tions in­ternes au re­trait du pro­jet de loi tra­vail.

La grève lan­cée mar­di soir à la SNCF est la hui­tième de­puis dé­but mars mais la pre­mière à du­rée illi­mi­tée. Hier, les per­tur­ba­tions étaient re­la­ti­ve­ment im­por­tantes : seule­ment 40 % des Tran­si­liens, le tiers des In­ter­ci­tés, la moi­tié des TER en cir­cu­la­tion et six TGV sur dix étaient as­su­rés, se­lon la SNCF. L’en­tre­prise re­cen­sait 17 % de gré­vistes, tous per­son­nels confon­dus, Sud­rail « plus d’un che­mi­not sur deux ».

Grève illi­mi­tée

Le mou­ve­ment a été re­con­duit au­jourd’hui. La di­rec­tion ne com­mu­ni­que­ra que ce ma­tin ses pré­vi­sions de tra­fic. En pointe de­puis mars de la mo­bi­li­sa­tion contre la ré­forme du tra­vail, le pa­tron de la CGT, Phi­lippe Mar­ti­nez, a as­su­ré qu’il n’était « pas ques­tion de blo­quer l’eu­ro » mais a ac­cu­sé l’exé­cu­tif de re­fu­ser le dia­logue. Il pro­met cette se­ maine « la plus forte mo­bi­li­sa­tion de­puis trois mois ».

Le gou­ver­ne­ment, lui, en­tend « te­nir sur le fond » du pro­jet de loi tra­vail. L’exé­cu­tif a bien ten­té de dé­mi­ner le conflit dans le rail en im­po­sant à la SNCF, trans­por­teur of­fi­ciel de l’eu­ro, des conces­sions sur la fu­ture or­ga­ni­sa­tion du tra­vail des che­mi­nots. Mais seule la CFDT a le­vé in ex­tre­mis son pré­avis. L’unsa l’a main­te­nu, dans l’at­tente d’un pro­jet d’ac­cord for­ma­li­sé.

Les né­go­cia­tions me­nées à la SNCF pour rendre l’or­ga­ni­sa­tion du tra­vail plus flexible sont en­trées dans leur phase fi­nale. Une der­nière réunion est pré­vue lun­di. Pour les syn­di­cats, il est vi­tal de ré­duire l’écart entre ce pro­jet de con­ven­tion et la fu­ture ré­gle­men­ta­tion SNCF. Si­non, la porte se­rait se­lon eux ou­verte à du dum­ping so­cial.

Dans les tran­sports pu­blics pa­ri­siens, la CGT a ap­pe­lé à par­tir d’au­jourd’hui à une grève illi­mi­tée.

Le gou­ver­ne­ment pour­rait aus­si af­fron­ter un conflit dur dans le ciel en fin de se­maine, tous les syn­di­cats de l’avia­tion ci­vile sauf la SNCTA ap­pe­lant à la grève de ven­dre­di à di­manche.

Dès au­jourd’hui, le tra­fic se­ra lé­gè­re­ment per­tur­bé, no­tam­ment à Or­ly et à Lille où Air France a an­nu­lé 10 % des vols, en rai­son d’une grève des contrô­leurs aé­riens ré­pon­dant à un ap­pel de la Cgt­fonc­tion pu­blique contre « l’in­ac­cep­table » loi tra­vail. À Air France, la me­nace d’une grève des pi­lotes en juin s’est pré­ci­sée, avec un pré­avis dé­po­sé par le Spaf (deuxième syn­di­cat) à comp­ter du 11 juin. Le SNPL (ma­jo­ri­taire) doit, lui, se pro­non­cer dans la se­maine. ■

Cen­trales nu­cléaires. Les agents de seize cen­trales nu­cléaires, sur les 19 que compte le parc fran­çais, ont vo­té hier des ar­rêts de tra­vail pour au­jourd’hui, al­lant d’une heure a mi­ni­ma à la jour­née en­tière.

HEURES SUP­PLÉ­MEN­TAIRES.

La CFTC a pro­po­sé, hier, au Pre­mier mi­nistre de com­pen­ser la perte de pou­voir d’achat des sa­la­riés dont les heures sup­plé­men­taires se­raient ma­jo­rées de moins de 25 % par une dé­fis­ca­li­sa­tion de ces heures et un al­lé­ge­ment de co­ti­sa­tions. Le pro­jet de loi Tra­vail donne la pos­si­bi­li­té aux en­tre­prises, par ac­cord ma­jo­ri­taire avec les or­ga­ni­sa­tions syn­di­cales, d’abais­ser de 25 % à 10 % le taux de ma­jo­ra­tion des heures sup­plé­men­taires, sans que leur branche ne puisse s’y op­po­ser. ■

DIA­LOGUE.

Plu­sieurs pro­po­si­tions du Conseil éco­no­mique, so­cial et en­vi­ron­ne­men­tal (CESE) pour dé­ve­lop­per la « cul­ture » du dia­logue so­cial en France se­ront in­té­grées au pro­jet de loi Tra­vail, no­tam­ment l’ex­pé­ri­men­ta­tion de ren­dez-vous an­nuels sur les condi­tions de tra­vail dans les TPE, a an­non­cé hier la mi­nistre du Tra­vail. ■

« IN­AC­CEP­TABLE ».

Bru­no Le Maire, can­di­dat de Les Ré­pu­bli­cains à la pri­maire de la droite a dé­cla­ré hier : « Les in­ti­mi­da­tions, les me­naces contre ceux qui ne font pas grève, c’est to­ta­le­ment in­ac­cep­table. Le droit de grève ce n’est pas le droit de faire n’im­porte quoi et ce n’est pas le droit d’em­pê­cher les Fran­çais de vivre leur vie quo­ti­dienne tran­quille­ment et se­rei­ne­ment. » ■

PHO­TO AFP

MO­TI­VÉS. La ba­taille du rail est re­lan­cée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.