Bor­deaux-bègles, si proche, si loin

Les Gi­ron­dins aux portes des bar­rages

La Montagne (Brive) - - Sports L'actu Nationale -

Un trou d’air pré­ju­di­ciable au prin­temps a eu raison de Bor­deaux-bègles, bien par­ti pour fi­nir 7e, et échouer de nou­veau dans sa quête des bar­rages d’un Top 14 de plus en plus re­le­vé, où tous les dé­tails comptent.

«La der­nière marche est vrai­ment hy­per dif­fi­cile à fran­chir ». Ce constat du président Laurent Mar­ti date de di­manche dernier, au len­de­main de la vic­toire de son équipe sur Brive (34­7), va­li­dant une deuxième par­ti­ci­pa­tion de suite en Coupe d’eu­rope, et du suc­cès de Castres à Oyon­nax (25­20), plom­bant presque à coup sûr les chances unio­nistes de vivre en­fin des phases fi­nales.

Si ma­thé­ma­ti­que­ment rien n’est en­core fi­ce­lé entre le CO (6e) et L’UBB (7e), à éga­li­té de points au clas­se­ment mais avec une dif­fé­rence par­ti­cu­lière fa­vo­rable aux Tar­nais, la cause est qua­si­ment en­ten­due avant la der­nière jour­née di­manche (20 h 45) du­rant la­quelle Castres re­çoit un Stade Fran­çais dé­mo­bi­li­sé, quand les Bor­de­lais joue­ront leur va­tout à Tou­lon.

Ce se­rait la troi­sième an­née de suite que les Gi­ ron­dins calent aux portes du Top 6 (pour un point en 2015, pour deux en 2014) alors qu’ils y ont sié­gé une bonne par­tie de la sai­son (12 jour­nées en tout), fai­sant même fi­gure de po­ten­tiels bar­ra­gistes à do­mi­cile à la fin de l’hi­ver.

Quoi qu’il ad­vienne di­manche à Pierre­an­toine et à Mayol, L’UBB n’au­ra ja­mais mar­qué au­tant de points au clas­se­ment en Top 14 en cinq ans de pré­ sence. Elle n’au­ra ja­mais rem­por­té au­tant de suc­cès à l’ex­té­rieur (quatre pour l’heure, plus deux nuls à Cler­mont à Tou­louse). En­cou­ra­geant.

« On n’est plus trop loin de la vé­ri­té. On a fait un pas dans le bon sens », es­time le 3e ligne néo­zé­lan­dais, ca­pi­taine et fu­tur re­trai­té Mat­thew Clar­kin.

Double bé­mol tou­te­fois. L’UBB est la seule équipe du haut de ta­bleau à avoir per­du à Oyon­nax, fu­tur re­lé­gué. Et avec ses deux pe­tits points de bo­nus of­fen­sifs ré­col­tés ­ elle en a lâ­ché deux contre Agen et Gre­noble qui lui ten­daient les bras ­ elle fait fi­gure de pa­rent pauvre par rap­port aux six qua­li­fiés ac­tuels, alors que c’était une de ses spé­cia­li­tés ces der­nières sai­sons. Frus­tra­tion.

Tra­hi par le men­tal

Hui­tième bud­get de l’élite, le club du président Mar­ti est sur­tout tom­bé sur un contin­gent de ri­vaux plus forts que lui, mieux ar­més, plus ex­pé­ri­men­tés, plus lu­cides aux mo­ments où ce­la compte. Quand elle a bé­né­fi­cié après la Coupe du monde de l’ap­port des Wal­la­bies Se­kope Ke­pu et Adam Ash­ley­co­oper cen­sés lui faire fran­chir un cap, les autres pré­ten­dants aus­si ont ré­cu­pé­ré des stars de ce jeu.

Au de­là de l’as­pect men­tal qui l’a tra­hi, ce type de pas­sage à vide est de­ve­nu ré­cur­rent chez les Bor­de­lais à ce mo­ment­là de la sai­son. Il pose im­man­qua­ble­ment la ques­tion de la pré­pa­ra­tion phy­sique, un autre sec­teur à mé­di­ter. ■

CA­PI­TAINE. « On a fait un pas dans le bon sens », ré­sume le fu­tur re­trai­té Mat­thew Clar­kin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.