De très mau­vais son­dages pour Hollande et Valls

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités -

Le tan­dem Hollande-valls paye au prix fort la contes­ta­tion de la loi Tra­vail, dans une sé­rie d’en­quêtes d’opi­nion in­quié­tantes à un an de l’élec­tion présidentielle.

Long­temps pré­ser­vé de l’im­po­pu­la­ri­té qui frap­pait le chef de l’état, le Pre­mier mi­nistre voit à son tour sa cote plon­ger à des ni­veaux in­édits pour lui. Dans un son­dage You­gov dif­fu­sé, hier, le chef de l’état n’est ain­si plus cré­di­té que de 11 % d’opi­nions fa­vo­rables (­5 points) et le Pre­mier mi­nistre de 14 % (­8) ; un « re­cord » pour l’un comme pour l’autre.

Le re­cul de Ma­nuel Valls est de la même am­pleur dans le ba­ro­mètre TNS Sofres : si la cote de confiance de François Hollande y est stable à un bas ni­veau en mai (13 %), le Pre­mier mi­nistre y chute de 8 points. Il at­teint son plus bas ni­veau dans ce ba­ro­mètre de­puis sa no­mi­na­tion à Ma­ti­gnon, fin mars 2014.

Re­jet des élec­teurs

Re­cords d’im­po­pu­la­ri­té éga­le­ment pour le couple exé­cu­tif dans un son­dage Elabe ren­du public, hier : la cote de confiance de François Hollande y at­teint 15 % (­1 % par rap­port au mois pré­cé­dent) et celle de Ma­nuel Valls 18 % (­2 %). Un ni­veau in­fé­rieur de quatre points au plus bas en­re­gis­tré par JeanMarc Ay­rault quand il était Pre­mier mi­nistre.

Le sen­ti­ment de re­jet des élec­teurs est par­ti­cu­liè­re­ment net à gauche : le chef de l’état perd par exemple 8 points dans le son­dage Elabe (à 33 %) au­près des sym­pa­thi­sants de gauche.

Dans le Tns­sofres, 60 % des sym­pa­thi­sants PS (+17) et 85 % (+11) de ceux du Front de gauche af­firment ne pas faire confiance à Ma­nuel Valls.

« L’exé­cu­tif paye cher la contes­ta­tion de la loi Tra­vail », note Yves­ma­rie Cann, di­rec­teur des études po­li­tiques chez Elabe : « Dans les dif­fé­rents son­dages, la mé­thode voire le jus­qu’au­bou­tisme du gou­ver­ne­ment est au­jourd’hui mal per­çue, pour un pro­jet de loi contes­té. On en re­trouve des traces très fortes en terme d’im­po­pu­la­ri­té, d’au­tant plus pré­oc­cu­pantes qu’elles viennent des rangs de la gauche. »

À moins d’un an de la présidentielle, la qua­li­fi­ca­tion du président de la Ré­pu­blique au se­cond tour de l’élec­tion semble mis­sion im­pos­sible, comme en té­moigne l’en­quête Ip­sos­so­pra Ste­ria­ce­vi­pof pu­bliée dans Le Monde, mer­cre­di : le chef de l’état – pas en­core can­di­dat – n’y est cré­di­té que de 14 % des in­ten­tions de vote, loin du can­di­dat de la droite et de la pré­si­dente du Front na­tio­nal. Et seule­ment un point de­vant François Bay­rou (Mo­dem) et deux de­vant Jean­luc Mé­len­chon (PG)… ■

PHOTO AFP

COUPLE. Exé­cu­tif.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.