C’EST VOUS QUI LE DITES

La Montagne (Brive) - - Limousin - Cour­rier ou cour­riel : en­voyez vos mes­sages à la ré­dac­tion

Sa­laire par­tiel

Mon épouse et ses col­lègues tra­vaillent dans un Ins­ti­tut na­tio­nal de for­ma­tion pour adultes de­puis des dé­cen­nies. Elles viennent d’ap­prendre que leur sa­laire du mois de mai ne se­ra ver­sé que par­tiel­le­ment. Elles tou­che­ront le solde cou­rant juin, si la si­tua­tion de tré­so­re­rie s’amé­liore an­nonce l’em­ployeur. Pen­dant ce temps, ailleurs en France, d’autres font la grève, la plu­part dé­jà bar­dés de ga­ran­ties et de ré­gimes spé­ciaux. Le pays « marche sur la tête », af­firment cer­tains, mais com­bien d’autres se taisent en ra­va­lant leur sa­live, amère. ■ Alain Ro­bert, Saint-léo­par­dind’au­gy, Al­lier (cour­riel) Ac­cueil à l’aé­ro­port

Mer­cre­di 1er juin, j’étais ra­vi d’al­ler ac­cueillir à l’aé­ro­port d’aul­nat une amie an­glaise qui avait réus­si à prendre quelques jours de congés pour nous rendre vi­site en Au­vergne. Ni la météo, ni les in­cer­ti­tudes du vol re­tour en rai­son d’un pré­avis de grève des per­son­nels d’air France ne l’avaient dis­sua­dée. Mais sur­prise ! L’ac­cès à l’aé­ro­port était re­fu­sé par une ving­taine d’in­di­vi­dus, pro­té­gés de la pluie par une bâche, hi­lares en voyant les voya­geurs ti­rer leur va­lise pour ga­gner l’aé­ro­gare. J’ai re­mar­qué qu’au­cun per­son­nel de l’aé­ro­port, au­cun po­li­cier n’était pré­sent pour ai­der à l’ac­cès de ce lieu pu­blic, ni d’ailleurs la pré­sence d’un mé­dia pour rendre compte de cette at­teinte à la li­ber­té en pé­riode Vi­gi­pi­rate. Quelle ma­gni­fique vi­trine d’ac­cueil pour l’au­vergne. ■ Gé­rard Vau­tey, Beaumont (cour­riel) Quelle aber­ra­tion !

Alors que la France est par­ti­cu­liè­re­ment ci­blée par le ter­ro­risme de l’état is­la­mique, alors que nous de­vrions por­ter toute notre at­ten­tion, tous nos ef­forts pour nous op­po­ser à cette me­nace, il se trouve qu’une par­tie non né­gli­geable de notre so­cié­té, sou­te­nue par l’or­ga­ni­sa­tion res­pon­sable syn­di­cale, en­gage des ac­tions dont cer­taines ma­ni­festent clai­re­ment des vi­sées ré­vo­lu­tion­naires. Estce bien le mo­ment ? ­ Jacques Au­zet, Aurillac (cour­rier)

Gare re­bap­ti­sée ?

Certes, main­te­nant la ligne fer­ro­viaire de Cler­montFer­rand s’ar­rête à la gare de Pa­ris­bercy, mais pour­quoi y ajou­ter la ré­gion Bour­gogne ? Le nom Pays d’au­vergne­pa­ris Bercy se­rait suf­fi­sant, et met­trait en va­leur – si be­soin était – notre ré­gion. Pour­quoi al­lon­ger le nom ? Ce­la évi­te­rait d’éta­blir de nou­velles fiches ho­raires. Il y a bien plus urgent à faire. ■ Jean­nine Charmeil, Le Cendre (cour­rier)

Un monde sé­rieux ?

Au dé­but du conflit, lors de ma­ni­fes­ta­tions per­tur­bées par des « cas­seurs » (qui sont­ils, d’où viennent­ils ?) dans un cli­mat de ten­sions, des mi­li­tants de la CGT, entre autres, sont agres­sés par les forces de po­lice. La CGT par une af­fiche « ex­pres­sive » c’est vrai dé­nonce ces vio­lences et elle se­rait cou­pable ? Comme chante Ca­brel : « est­ce que ce monde est sé­rieux ? » ■ Mar­cel An­drieux, Can­tal (cour­riel)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.