Bey­lier, « Grand B » au grand coeur

Au sein d’une équipe is­loise en pleine eu­pho­rie et se­reine, l’ex­pé­ri­men­té 2e ligne de de­voir en­tend pro­lon­ger le plai­sir.

La Montagne (Brive) - - Sports - Jean-fran­çois Dar­thoux Twit­ter : @Jf­dar­thoux

Ses par­te­naires l’ont re­bap­ti­sé « Le Grinch ». « Parce que je suis tou­jours en train de râ­ler », ad­met, sans bron­cher, l’in­té­res­sé. Mais pour tous, Ber­trand Bey­lier c’est « Grand B ». Le pen­dant de Ni­co­las Veyrières, alias « Double ».

Au sein du pack is­lois, dans l’obs­cu­ri­té et la pro­mis­cui­té du huit de de­vant, l’un ne va pas sans l’autre. Les deux font la paire. En deuxième ligne.

Six sai­sons de vie com­mune. Et un pa­quet de mê­lées que « Grand B » (32 ans) case ses 196 cm et 120 kg aux cô­tés des 202 cm et 120 kg de son al­ter ego. Un vieux couple im­po­sant qui en im­pose et qui re­trouve une se­conde jeu­nesse au sein du groupe is­lois.

« Une belle bande de co­pains qui prend du plai­sir sur le ter­rain mais aus­si en de­hors, lance Ber­trand Bey­lier. Il n’y a pas de tri­cheur, pas de ve­dette. Cha­cun tire l’autre vers le haut et sait le rap­pe­ler quand il sort du cadre. Il y a une grosse so­li­da­ri­té ».

« Bonne pres­sion »

L’os­mose est telle que l’« an­cien » avoue « s’écla­ter » comme ja­ mais. Ou presque. « C’est l’une de mes meilleures an­nées », avoue­t­il.

Ori­gi­naire de SaintY­rieix, fils et ne­veu de fi­gures du rug­by aré­dien, Ber­trand Bey­lier sa­voure chaque ins­tant que lui offre cette sai­son d’ores et dé­jà ac­com­plie avec la mon­tée, va­li­dée il y a deux se­maines face à Floi­rac, et cette place en quarts de fi­nale, dé­cro­chée aux dé­pens du RCPSY, di­manche, à Saint­ju­nien. « Au dé­part, on ne vi­sait pas grand­chose vu notre dé­but de sai­son com­pli­qué. Et puis au fil des matchs, tout s’est mis en place. On ne s’est pas po­sé de ques­ tion », ex­plique­t­il.

La Fé­dé­rale 2, l’an­cien Miau­lé­tou a hâte de la dé­cou­vrir. D’au­tant qu’une mu­ta­tion pro­fes­sion­nelle dans le Gers l’en avait pri­vé il y a trois ans. Mais en at­ten­dant, c’est le quart de fi­nale contre Salles de­main (15 h 30), à Ber­ge­rac, qui re­tient toute son at­ten­tion.

« Les coachs ont com­men­cé à nous par­ler de cette équipe mer­cre­di, pour­suit­il. Éli­mi­ner Pé­ri­gueux que tout le monde voyait cham­pion montre la va­leur de cette for­ma­tion ».

« Grand B » sait à quoi s’at­tendre mais ne veut pas pour au­tant jouer le match avant l’heure. « Ce quart de fi­nale est his­to­rique pour le club. Si on en est là, c’est qu’on le mé­rite, avance­t­il. De la pres­sion, il y en au­ra for­cé­ment car au bout il y a une de­mi­fi­nale. Mais ce doit être de la bonne pres­sion. On doit se concen­trer avant tout sur notre jeu, re­dou­bler d’ef­forts et de sé­rieux ». Alors, peu­têtre que « Le Grinch » n’au­ra pas de rai­son de râ­ler de­main soir… ■

PHO­TO BRI­GITTE AZZOPARD

SOU­TIEN. Joueur de l’ombre et de de­voir, Ber­trand Bey­lier est tou­jours dans les pa­rages pour ve­nir au sou­tien de ses at­ta­quants.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.