Des cen­taines de dis­pa­rus en Crète

Le ba­teau trans­por­tait 700 res­sor­tis­sants afri­cains

La Montagne (Brive) - - France & Monde -

Des cen­taines de mi­grants pour­raient avoir dis­pa­ru dans le nau­frage d’un ba­teau au sud de la Crète, où une im­por­tante opé­ra­tion de sau­ve­tage se pour­sui­vait dans de bonnes condi­tions météo mal­gré un vent vif. Au même mo­ment, la ma­rine li­byenne an­non­çait avoir re­trou­vé la veille 117 corps de mi­grants échoués sur ses côtes, qui pour­raient avoir pé­ri dans une sé­rie de nau­frages la se­maine der­nière.

Se­lon l’or­ga­ni­sa­tion in­ter­na­tio­nale pour les mi­gra­tions (OIM), le ba­teau nau­fra­gé à 75 milles au sud de la Crète pro­ve­nait d’afrique et trans­por­tait au moins 700 per­sonnes. La po­lice por­tuaire grecque ne confir­mait pas ce chiffre mais évo­quait « plu­sieurs cen­taines » de per­sonnes à bord.

Des res­ca­pés

Le nau­frage a fait au moins quatre morts dont les corps ont été re­pê­chés. Cinq ba­teaux mar­chands qui par­ti­ci­paient aux re­cherches ont jusque­là re­cueilli 340 res­ca­pés.

Se­lon la po­lice por­tuaire, 242 d’entre eux doivent être ache­mi­nés en Ita­lie et 75 à Port Saïd en Égypte, en fonc­tion du droit de la mer ré­gis­sant les sau­ve­tages. La des­ti­na­tion des autres res­tait in­dé­ter­mi­née et au­cun autre dé­tail n’a été four­ni.

Deux pa­trouilleurs des garde­côtes grecs, deux avions et un hé­li­co­ptère pour­sui­vaient à la mi­jour­née l’opé­ra­tion de sau­ve­tage, dans une zone si­tuée entre les eaux grecques et égyp­tiennes.

« A moi­tié cou­lée »

Se­lon les au­to­ri­tés grecques, l’em­bar­ca­tion, longue de 25 mètres, a été re­pé­rée, dans la nuit, à « moi­tié cou­lée » par un ba­teau de pas­sage. Les garde­côtes ita­liens ont in­di­qué avoir été aler­tés par un na­vire mar­chand ita­lien jeu­di, avi­sant qu’un ba­teau de mi­grants était en dif­fi­cul­té dans une zone si­tuée entre les eaux grecques et égyp­tiennes. Quatre na­vires ont ré­pon­du à l’alerte des Ita­liens et se sont dé­rou­tés. Hier, l’un de ces na­vires a si­gna­lé que le ba­teau avait cha­vi­ré.

Au­cune in­di­ca­tion n’était dis­po­nible dans l’im­mé­diat sur la na­tio­na­li­té des mi­grants.

En Li­bye, la ma­rine a an­ non­cé avoir re­trou­vé la veille au moins 117 corps sur les plages de Zoua­ra, non loin de la fron­tière avec la Tu­ni­sie. Et les au­to­ri­tés s’at­tendent « à ce que ce chiffre aug­mente ».

Voies se­con­daires

Le porte­pa­role de la ma­rine li­byenne n’a pas pu confir­mer si les corps de ces mi­grants pro­ve­naient de l’une des trois em­bar­ca­tions qui ont cou­lé la se­maine der­nière dans cette zone.

Le 27 mai, dé­jà au large de la Crète, la po­lice por­tuaire grecque avait in­ter­cep­té une ve­dette di­ri­gée par deux pas­seurs pré­su­més, un Ukrai­nien et un Égyp­tien, trans­por­tant 65 Sy­riens, Af­ghans et Pa­kis­ta­nais.

Le nau­frage d’hier pour­rait in­di­quer que les pas­seurs cherchent d’autres voies pour contour­ner la force na­vale de l’otan dé­ployée plus au nord­est, entre les côtes turques et les îles grecques toutes proches no­tam­ment de Les­bos et Chios.

C’est par cet étroit bras de mer que des cen­taines de mil­liers de ré­fu­giés et mi­grants avaient ral­lié l’eu­rope en 2015 et dé­but 2016. ■

AFP

LI­BYE. Près de 120 corps échoués sur la plage de Zoua­ra.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.