Sous les bé­né­fices, les plus­va­lues

La Montagne (Brive) - - Magazine - Fran­çois Mon­nier

En mai 1968, les ma­ni­fes­tants cla­maient « Sous les pa­vés, la plage ». Ma maxime se­rait plu­tôt : « Sous les bé­né­fices, les plus-va­lues ». Es­sayons de voir quelles sont les pers­pec­tives de pro­gres­sion des en­tre­prises pour les an­nées à ve­nir, même si, en ce mois de juin, l’ac­tua­li­té s’an­nonce riche et dé­ter­mi­nante avec la réunion de politique mo­né­taire de la Ré­serve fé­dé­rale le 15, le ré­fé­ren­dum sur le Brexit le 23 et les élec­tions lé­gis­la­tives es­pa­gnoles le 26. Au-de­là, fi­gure aus­si en toile de fond le risque d’en­trée en ré­ces­sion des États-unis, qui pour­rait dé­sta­bi­li­ser l’éco­no­mie mon­diale. Le pays est en ex­pan­sion de­puis dé­jà sept ans mais presque tous les ex­perts s’ac­cordent à dire que la pre­mière puis­sance éco­no­mique mon­diale peut en­chaî­ner, en 2016, une 8e an­née de crois­sance. La vi­si­bi­li­té est plus faible pour 2017. Du com­por­te­ment de la pre­mière puis­sance éco­no­mique mon­diale dé­pen­dra pour­tant ce­lui de la pla­nète en­tière et, par consé­quent, l’évo­lu­tion des bé­né­fices des so­cié­tés. Dans ce contexte in­cer­tain, il convient de dé­te­nir en por­te­feuille des titres fai­ble­ment va­lo­ri­sés, comme Axa, Atos, voire Apple. Mais il faut aus­si avoir, et en ma­jo­ri­té, des va­leurs dites de crois­sance, sus­cep­tibles de se dé­ve­lop­per plus vite que les autres. Soit parce qu’elles sont dans une phase de re­dres­se­ment, comme Vir­bac, Biomé­rieux, Al­stom et So­pra Ste­ria Group, soit parce qu’elles ont les moyens d’ac­cé­lé­rer. C’est le cas d’es­si­lor, de Va­leo, de Plas­tic Om­nium, d’al­tran Tech­no­lo­gies, d’in­ge­ni­co, d’or­pea, de Seb, des ha­bi­tués de la crois­sance à deux chiffres.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.