« Les dif­fi­cul­tés ne nous freinent pas, elles nous mo­tivent »

Pour le P­DG de Smug­gler, Gilles At­taf, les dif­fi­cul­tés ac­tuelles sont liées à la sai­son­na­li­té du mé­tier

La Montagne (Brive) - - Limousin Région - Pro­pos re­cueillis par Anne-so­phie Pé­de­gert

Gilles At­taf, le pré­si­dent­di­rec­teur gé­né­ral de Smug­gler par­ti­ci­pait ré­cem­ment à Pa­ris à la deuxième édi­tion d’in­no Gé­né­ra­tion, Bpi­france à l’ac­corho­tels Are­na. Joint au té­lé­phone, il s’est ex­pli­qué sur les dif­fi­cul­tés que tra­verse la marque. ■ Comment ex­pli­quez-vous les dif­fi­cul­tés fi­nan­cières de Smug­gler ? Les dif­fi­cul­tés ac­tuelles sont liées à la sai­son­na­li­té de notre mé­tier. Nous avons eu une saison un peu dif­fi­cile en terme de météo et donc des pro­blèmes de sur­stock ce qui est tout à fait tem­po­raire. Rien d’ex­cep­tion­nel dans la vie d’une en­tre­prise qui connaît tou­jours des hauts et des bas et no­tam­ment en terme de tré­so­re­rie. ■ Est-ce que ces dif­fi­cul­tés fi­nan­cières mettent en pé­ril vos pro­jets fu­turs ? Les dif­fi­cul­tés ne nous freinent pas. Au contraire ce­la nous mo­tive pour mettre en place notre pro­jet di­gi­tal sur le­quel nous avons beau­coup de re­tard. J’en ai beau­coup par­lé mar­di à Li­moges avec Alain Rous­set, le pré­sident de la ré­gion ALPC, qui est très sen­sible à l’in­no­va­tion en gé­né­ral. Nous al­lons d’ailleurs tra­vailler avec des so­cié­tés, des consul­tants de la grande ré­gion qui vont nous ai­der à mettre en place des nou­veaux pro­cess à la fois de dis­tri­bu­tion et de fa­bri­ca­tion. La prio­ri­té pour nous, c’est de trou­ver le le­vier de crois­sance sur le di­gi­tal pour ar­ri­ver à mo­né­ti­ser la grosse no­to­rié­té de la marque. L’ob­jec­tif c’est donc d’al­ler de l’avant et de confor­ter notre ou­til de pro­duc­tion sur Li­moges.

■ Est-ce que vous ne pen­sez pas avoir trop in­ves­ti sur la no­to­rié­té de la marque ? Nous avons en ef­fet beau­coup tra­vaillé sur l’image de la so­cié­té, sur la cré­di­bi­li­té de la marque de­puis cinq ans. Ce­la nous a ef­fec­ti­ve­ment de­man­dés à la fois des in­ves­tis­se­ments hu­mains et fi­nan­ciers, pour que la marque soit re­con­nue dans la mode mas­cu­line et soit une ré­fé­rence « du made in France ». Et je pense que nous avons réus­si. Mais il est vrai que ce­la a un coût. Si nous n’avions pas eu cette énorme no­to­rié­té et que nous n’avions pas dé­pen­sé au­tant en com­mu­ni­ca­tion nous ne se­rions pas en me­sure au­jourd’hui d’as­su­rer les 50 % de fa­bri­ca­tion que nous confions à France Confec­tion. ■ Ces gros in­ves­tis­se­ments, « dé­me­su­rés » pour cer­tains, sont donc pour vous jus­ti­fiés ? Oui parce que ce­la nous a per­mis d’être le par­te­naire de la mai­rie de Pa­ris qui nous a choi­sis comme ha­billeur of­fi­ciel pour l’eu­ro 2016. Nous avons éga­le­ment été sol­li­ci­tés par le Prin­temps à Pa­ris qui re­fait com­plè­te­ment son es­pace « homme » et qui a dé­ci­dé que l’on re­pré­sen­te­rait l’élé­gance à la fran­çaise, Nous au­rons un cor­ner qui ou­vri­ra dé­but 2017. Ce sont toutes ces choses qui nous donnent du punch pour al­ler de l’avant. ■ Mais pour conti­nuer d’al­ler de l’avant il fau­dra trou­ver de nou­velles res­sources fi­nan­cières. Comment al­lez­vous faire ? Nous avons be­soin d’un ac­com­pa­gne­ment tem­po­raire. La mai­rie de Li­moges vient de nous ac­cor­der un éta­le­ment des paie­ments pour les loyers. Le pré­sident de la ré­gion, Alain Rous­set a gen­ti­ment dé­ci­dé de mettre en place un pro­jet sur le long terme avec le groupe Smug­gler parce qu’il a en­vie que nous soyons une fi­gure em­blé­ma­tique de la ré­gion, puisque la marque a une no­to­rié­té qui dé­passe les fron­tières du Li­mou­sin. Nous avons au­jourd’hui be­soin de toutes les bonnes vo­lon­tés, que tout le monde se sou­tienne pour pas­ser ce mo­ment dif­fi­cile. ■

PHO­TO D’AR­CHIVES : B. BARLIER

GILLES AT­TAF. Le P-DG de Smug­gler.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.