Djo­ko­vic de­vient le maître ab­so­lu

No­vak Djo­ko­vic rem­porte pour la pre­mière fois les In­ter­na­tio­naux de France

La Montagne (Brive) - - Sports L'actu Nationale -

No­vak Djo­ko­vic est de­ve­nu le maître ab­so­lu du tennis en rem­por­tant Ro­landgar­ros aux dé­pens d’an­dy Murray au bout d’une fi­nale do­mi­née de la tête et des épaules.

Le Serbe a rem­por­té les quatre tour­nois du Grand Che­lem à che­val sur deux an­nées : Wim­ble­don et US Open 2015, Open d’aus­tra­lie et Ro­land­gar­ros 2016. Mais l’ac­com­plis­se­ment su­prême, ce­lui de réa­li­ser le Grand Che­lem en un an semble à por­ter de sa main, tant l’écart avec la concur­rence est énorme. L’écos­sais An­dy Murray, ba­layé 3­6, 6­1, 6­2, 6­4, a pu le vé­ri­fier dans sa pre­mière fi­nale sur la terre bat­tue fran­çaise.

À sa dou­zième ten­ta­tive

À 29 ans, Djo­ko­vic compte douze titres du Grand Che­lem à son pal­ma­rès. Trois hommes seule­ment se trouvent au­des­sus de lui : Ro­ger Fe­de­rer (17), Ra­fael Na­dal et Pete Sam­pras (14). L’amé­ri­cain est à la re­traite, le Suisse n’en est plus loin et l’es­pa­gnol est bles­sé. Son « Grand Che­lem sur deux ans » le fait au­to­ma­ti­que­ment en­trer dans un autre club, à peine moins fer­mé, ce­lui des champions pos­sé­dant les quatre mo­nu­ments du tennis à leur pal­ma­rès : ils sont dé­sor­mais huit, dont cinq dans l’ère pro­fes­sion­nelle (La­ver, Fe­de­rer, Na­dal, An­dré Agas­si et lui­même).

Ro­land­gar­ros est le tournoi qui lui a ré­sis­té le plus long­ temps (comme à Fe­de­rer, jus­qu’en 2009). Il en était à sa 4e fi­nale et à sa dou­zième par­ti­ci­pa­tion. Per­sonne n’avait at­ten­du aus­si long­temps pour sou­le­ver la Coupe des Mous­que­taires. La pres­sion était co­los­sale sur ses épaules, sur­tout après sa dé­cep­tion de l’an pas­sé contre Stan Wa­wrin­ka. C’est pour­quoi le cham­pion s’est pré­sen­té ex­trê­me­ment ten­du sur le Cen­tral. Après avoir réus­si un break blanc d’en­trée, il s’est lais­sé al­ler à son pé­ché mi­gnon, le dé­faut d’ini­tia­tive. Com­met­tant quand même beau­coup de fautes (13), il a lais­sé fi­ler le pre­ mier set. Le re­tour­ne­ment de si­tua­tion a été aus­si sou­dain que com­plet. Com­pre­nant qu’il était en train de com­mettre la même er­reur que l’an der­nier, Djo­ko­vic a pris le jeu à son compte.

Le Serbe semble avoir ap­pris de ses er­reurs

Le nombre de ses points ga­gnants a aug­men­té (41 à 23 au to­tal), ce­lui de ses fautes a di­mi­nué et les jeux ont dé­fi­lé, avec la com­pli­ci­té de l’écos­sais, 2e mon­dial, bien trop pas­sif dans l’échange et in­ef­fi­cace au ser­vice (50 % de pre­mières balles).

Le Serbe s’est fait une frayeur lors­qu’il a per­du son ser­vice alors qu’il ser­vait pour la pre­mière fois pour le titre à 5­2.

Main­te­nant cou­vert de presque tous les tro­phées que convoite un joueur de tennis, No­vak Djo­ko­vic a pei­né à conqué­rir les coeurs, mais les vi­vats des spec­ta­teurs au vain­queur de Ro­land­gar­ros di­manche semblent an­non­cer que cette bataille­là, l’or­gueilleux cham­pion peut aus­si la ga­gner. ■

MO­NU­MENT. Djo­ko­vic rentre dans le cercle fer­mé des huit ten­nis­men vain­queurs des quatre tour­nois du Grand Che­lem.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.