Élec­tions à va­leur de test

Treize mil­lions de Tran­sal­pins vo­taient hier pour les mu­ni­ci­pales

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités -

Des élec­tions mu­ni­ci­pales par­tielles, hier en Ita­lie, fai­saient fi­gure de test pour le gou­ver­ne­ment de Mat­teo Ren­zi et pour la droite.

La ca­pi­tale pour­rait échap­per au Par­ti dé­mo­crate de Ren­zi et la can­di­date de droite Gior­gia Me­lo­ni, sou­te­nue no­tam­ment par le par­ti po­pu­liste et an­ti­im­mi­grés de la Ligue du Nord, pour­rait créer la sur­prise en ac­cé­dant au se­cond tour, se­lon les der­niers son­dages.

Comme il l’avait dé­jà fait en avril, le bouillant chef du gou­ver­ne­ment ita­lien, 41 ans, s’est éver­tué à re­ca­drer les dé­bats en ré­pé­tant ces jours­ci que di­manche, il ne s’agit pas de vo­ter « sur le gou­ver­ne­ment mais, ce qui est beau­coup plus im­por­tant, pour choi­sir l’ave­nir de sa propre ville ».

Pour Mat­teo Ren­zi, ces élec­tions lo­cales ne sont qu’une étape avant le ré­fé­ren­dum consti­tu­tion­nel de cet au­tomne qui fe­ra office de vote cou­pe­ret.

En octobre, les Ita­liens se­ront ap­pe­lés à va­li­der par ré­fé­ren­dum une im­por­tante ré­forme ap­prou­vée en avril par le par­le­ment qui li­mite les pou­voirs du Sé­nat et est cen­sée don­ner une sta­bi­li­té gou­ver­ne­men­tale au pays.

Mouiller la chemise

Or, Mat­teo Ren­zi l’a ré­pé­té : si la ré­forme est re­je­tée, il quit­te­ra son poste de pré­sident du conseil.

Au­tant dire que les élec­tions mu­ni­ci­pales par­tielles de di­manche, pour les­quelles un deuxième tour est pré­vu le 19 juin, ne sont pas sa prio­ri­té. Il a néan­moins « mouillé » son éter­nelle chemise blanche en s’af­fi­chant aux cô­tés des prin­ ci­paux can­di­dats de son mou­ve­ment, le Par­ti dé­mo­crate (PD, centre gauche), dont ce­lui de Rome, Ro­ber­to Gia­chet­ti, en dif­fi­cul­tés dans la ca­pi­tale face à Vir­gi­nia Rag­gi la re­pré­sen­tante du Mou­ve­ment Cinq Etoiles (M5S), deuxième force po­li­tique en Ita­lie qui doit son suc­cès au re­jet de la classe po­li­tique tra­di­tion­nelle.

La brune avo­cate de 37 ans tient la corde, avec en­vi­ron 30 % des in­ten­tions de vote se­lon les der­niers son­dages, contre en­vi­ron 24 % pour « Bo­bo » Gia­chet­ti.

Der­rière ce duo, Gior­gia Me­lo­ni pour­rait créer la sur­prise en ac­cé­dant au se­cond tour face à Vir­gi­nia Rag­gi, pour un duel fé­mi­nin in­édit.

Quant au can­di­dat de la droite « tra­di­tion­nelle », Al­fio Mar­chi­ni, il a été sou­te­nu ven­dre­di soir, lors de son der­nier meeting de cam­pagne à Os­tie, près de Rome, par l’an­cien Pre­mier mi­nistre Sil­vio Ber­lus­co­ni (For­za Ita­lia, FI), 79 ans, tou­jours pré­sent dans la vie po­li­tique ita­lienne mal­gré ses mul­tiples en­nuis ju­di­ciaires.

Des ré­sul­tats de ces deux can­di­dats pour­raient dé­pendre une re­com­po­si­tion de la droite ita­lienne, très dés­unie entre centre­droit tra­di­tion­nel et droite po­pu­liste, em­me­née par la Ligue du Nord de Mat­teo Sal­vi­ni. Ce der­nier sou­tient Geor­gia Me­lo­ni et compte s’ap­puyer sur son bon score pour re­ven­di­quer le lea­der­ship du centre droit et de la droite en Ita­lie. ■

Par­ti­ci­pa­tion. Vers 19 heures (heure lo­cale), 46,01 % des élec­teurs avaient ac­com­pli leur de­voir élec­to­ral, soit un chiffre lé­gè­re­ment in­fé­rieur à ce­lui ob­te­nu au pre­mier tour des élec­tions lo­cales par­tielles en 2015, mais les Ita­liens avaient alors pu vo­ter sur deux jours, se­lon des chiffres du mi­nis­tère ita­lien de l’in­té­rieur.

AFP

MAT­TEO REN­ZI. Le pré­sident du conseil s’est éver­tué à mi­ni­mi­ser la por­tée du scru­tin lo­cal sur la gou­ver­nance du pays.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.