Un « fonds d’ex­trême ur­gence »

Plu­sieurs mil­lions d’euros dé­blo­qués pour les si­nis­trés « sans res­sources ayant tout per­du »

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités -

Ma­nuel Valls a an­non­cé, hier, la cons­ti­tu­tion d’un «fonds d’ex­trême ur­gence», do­té de «plu­sieurs mil­lions d’euros », pour les si­nis­trés des inon­da­tions qui ont « tout per­du ».

Le Pre­mier mi­nistre a an­non­cé, hier, à l’is­sue d’une réunion (au mi­nis­tère de l’in­té­rieur) des membres du gou­ver­ne­ment concer­nés par les inon­da­tions, la créa­tion d’un fonds des­ti­né aux si­nis­trés « sans res­sources ayant tout per­du », en at­ten­dant les in­dem­ni­sa­tions des as­su­reurs. Ce fonds « d’ex­trême ur­gence » se­ra do­té de « plu­sieurs mil­lions d’euros ».

Ma­nuel Valls a éga­le­ment confir­mé que, dès de­main, l’état de ca­tas­trophe na­tu­relle se­rait re­con­nu en Con­seil des mi­nistres pour une pre­mière liste de dé­par­te­ments et de com­munes si­nis­trés.

« L’heure est à la dé­crue, mais plu­sieurs si­tua­tions font tou­jours l’ob­jet d’une vi­gi­lance toute par­ti­cu­lière », a­t­il dit, en ci­tant la Seine dans sa par­tie aval, le Cher et l’es­sonne. Mé­téoF­rance a an­non­cé, hier, que la « vi­gi­lance crues » ne concer­nait plus que sept dé­par­te­ments : le Cher, l’eure, l’indre, l’indre­etLoire, le Loir­et­cher, la Sei­neMa­ri­time et l’es­sonne.

A Mon­tar­gis

« La so­li­da­ri­té s’im­pose », a sou­li­gné le Pre­mier mi­nistre avant de se rendre, avec le mi­nistre de l’in­té­rieur, Bernard Ca­ze­neuve, à Mon­tar­gis, sous­pré­fec­ture du Loi­ret sé­vè­re­ment tou­chée par les inon­da­tions. Tous deux ont ren­con­tré des ha­bi­tants d’un quar­tier si­nis­tré où les gra­vats s’ac­cu­mulent de­vant les mai­sons. Ma­nuel Valls a pu voir aus­si des oeuvres d’art du mu­sée Gi­ro­det, abî­mées. Vi­si­ble­ment ex­cé­dé, un sexa­gé­naire a pes­té contre ceux qui viennent « vi­si­ter » les mai­sons éva­cuées, évo­quant des vols. « Ils fouillent dans les pou­belles, vous vous ren­dez compte ? On se croi­rait en temps de guerre », a lan­cé une ha­bi­tante si­nis­trée.

À Cor­beil­es­sonnes, à la confluence de l’es­sonne et de la Seine, le pic de la crue est at­ten­du au­jourd’hui. Si la Seine a com­men­cé sa dé­crue, l’es­sonne conti­nue de mon­ter len­te­ment. Six mille quatre cents clients étaient en­core pri­vés d’élec­tri­ci­té hier à la mi­jour­née, dont 2.350 dans l’es­sonne et 2.300 en Seine­et­marne se­lon le ges­tion­naire du ré­seau fran­çais de dis­tri­bu­tion d’élec­tri­ci­té Ene­dis (EX­ERDF).

Dans le Cher, la ten­dance gé­né­rale est à la dé­crue, se­lon la pré­fec­ture, à l’ex­cep­tion de la ville de Vier­zon où 23 ha­bi­ta­tions ont dû être éva­cuées dans la nuit de di­manche à lun­di, tan­dis qu’en­vi­ron 200 per­sonnes sont au chô­mage tech­nique sur la zone in­dus­trielle des Forges. L’eau du ro­bi­net est im­propre à la con­som­ma­tion dans 13 com­munes du dé­par­te­ment.

En Nor­man­die, la crue de la Seine en aval reste en cours de sta­bi­li­sa­tion, même si l’eau a en­va­hi à nou­veau les quais de Rouen et d’el­beuf en rai­son d’un fort co­ef­fi­cient de ma­rée vers 4 heures du ma­tin hier, avant de se re­ti­rer.

Le bi­lan glo­bal des inon­da­tions res­tait in­chan­gé hier en fin d’après­mi­di, avec quatre morts et 24 bles­sés.

Des cen­taines de com­munes tou­chées, des gares inon­dées, des mil­liers d’en­tre­prises et de com­merces af­fec­tés par une se­maine de crues, sans ou­blier les agri­cul­teurs et les par­ti­cu­liers si­nis­trés : les pre­mières éva­lua­tions laissent en­tre­voir un coût des dé­gâts su­pé­rieur au mil­liard d’euros (voir page sui­vante).

Pro­cé­dures sim­pli­fiées

La se­cré­taire d’état à l’aide aux vic­times, Ju­liette Méa­del, a an­non­cé que les as­su­rances « se sont en­ga­gées à mettre en place des pro­cé­dures sim­pli­fiées ».

Le mi­nistre de l’agri­cul­ture, Stéphane Le Foll, a réuni, hier, re­pré­sen­tants du monde agri­cole et élus de Seine­et­marne. La ré­gion Île­de­france va ai­der les agri­cul­teurs tou­chés via des aides fi­nan­cières, une aide au tran­sport de four­rage pour nour­rir les ani­maux et en de­man­dant des dé­ro­ga­tions eu­ro­péennes pour au­to­ri­ser le fau­chage des ja­chères.

À Pa­ris, la dé­crue se confir­mait hier : le ni­veau de la Seine est re­des­cen­du à 5,36 m à 9 heures contre 6,10 m dans la nuit de ven­dre­di à sa­me­di. Il s’agit de la plus forte crue de­puis 1982 dans la ca­pi­tale (6,18 m cette an­née­là), très loin ce­pen­dant de celle de 1910 (8,62 m). ■

PHO­TO CH­RIS­TELLE BESSEYRE

SUR LE TER­RAIN. Ma­nuel Valls sa­luant des si­nis­trés, hier, à Mon­tar­gis (Loi­ret).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.