La SNCF s’en­lise dans la grève

Le gou­ver­ne­ment ne par­vient tou­jours pas à désa­mor­cer la fronde, à quatre jours de l’eu­ro

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités -

La fronde so­ciale me­nace tou­jours l’eu­ro à quatre jours du coup d’en­voi, alors qu’à la SNCF, di­rec­tion et syn­di­cats ont en­ta­mé hier d’ul­times né­go­cia­tions.

Àla clé, en­core et tou­jours des per­tur­ba­tions. Hier, pour la sixième jour­née consé­cu­tive, mais la trei­zième fois de­puis dé­but mars, les usa­gers ont du s’ar­mer de pa­tience, hier : le tra­fic res­tait très per­tur­bé, no­tam­ment sur les In­ter­ci­tés (un sur trois) et les Tran­si­liens (un sur deux), ces der­niers étant tou­chés aus­si par les crues. Cô­té TGV et TER, six trains sur dix cir­cu­laient en moyenne.

Une fronde contes­tée par 54 % des Fran­çais

Hier ma­tin, cette grève, por­tée par la CGT et SUDRail, n’était plus sui­vie d’après la di­rec­tion que par 8,5 % des per­son­nels, tous mé­tiers confon­dus, contre 10,5 % ven­dre­di. Mais la CGT re­cen­sait, elle, 30 % de sa­la­riés mo­bi­li­sés, et même 50 % des conduc­teurs.

Les op­po­sants au pro­jet de loi tra­vail en­tendent croi­ser le fer jus­qu’à la jour­née de ma­ni­fes­ta­tion na­tio­nale du 14 juin à Pa­ris. Les sa­la­riés des centres de dé­chets, des raf­fi­ne­ries et des ter­mi­naux pé­tro­liers étaient en­core mo­bi­li­sés hier. À Air France, les pi­lotes ont dé­po­sé des pré­avis de grève du 11 au 14 juin, pour des re­ven­di­ca­tions propres.

En vain, le gou­verne­ ment a in­vo­qué ces der­niers jours la « so­li­da­ri­té » face aux in­tem­pé­ries pour de­man­der l’ar­rêt de la grève, alors qu’une ma­jo­ri­té de Fran­çais (54 %) désap­prouvent ces grèves et ces ma­ni­fes­ta­tions. « On veut que ça monte en­core », a ré­pli­qué hier ma­tin Éric San­ti­nel­li, porte­pa­role de Sud­rail.

À la SNCF, la né­go­cia­tion bat­tait son plein hier. Mais les dis­cus­sions avan­çaient len­te­ment en rai­son de nom­breux points de désac­cord. L’is­sue re­pose es­sen­tiel­le­ment sur la CGTc­he­mi­nots, pre­mier syn­di­cat, qui pour­rait faire re­to­quer les deux pro­jets d’ac­cords (d’en­tre­prise et de branche) en exer­çant son droit d’op­po­si­tion, mais ne dé­voile pas pour l’ins­tant sa po­si­tion.

En pa­ral­lèle, des cen­taines de che­mi­nots ma­ni­fes­taient hier, sous les fe­nêtres des né­go­cia­teurs, près de la gare Mont­par­nasse. Avec des slo­gans re­cher­chés : « Pe­py, ta ré­forme, quelle Khom­ri », pro­cla­mait ain­si une ban­de­role. ■

AFP

CHE­MI­NOTS. En grève pour la 13e jour­née, ici à Pa­ris.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.