Le dé­part de Gauck pour­rait gê­ner Mer­kel

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités -

Le pré­sident al­le­mand, Joa­chim Gauck, a an­non­cé, hier, qu’il re­non­çait à bri­guer un deuxième man­dat, lan­çant la course à sa suc­ces­sion et com­pli­quant l’équa­tion élec­to­rale d’an­ge­la Mer­kel à quinze mois des lé­gis­la­tives de 2017.

« Je me suis dé­ci­dé à ne pas être can­di­dat une nou­velle fois à la fonc­tion de pré­sident » au­de­là du man­dat en cours s’ache­vant en mars 2017, a dé­cla­ré le po­pu­laire chef de l’état, âgé de 76 ans. Il a ex­pli­qué que son âge avan­cé ne ga­ran­tis­sait plus « l’éner­gie et la vi­ta­li­té » re­quises par son man­dat.

La chan­ce­lière a ren­voyé à l’au­tomne une dé­ci­sion sur le nom du can­di­dat, qui se­ra prise après les deux scru­tins ré­gio­naux pré­vus le 4 sep­tembre dans le Me­ck­lem­bourgPo­mé­ra­nie et le 18 sep­tembre à Berlin.

Un bal­lon d’es­sai pour les lé­gis­la­tives

Si la fonc­tion est lar­ge­ment ho­no­ri­fique, entre rôle d’au­to­ri­té mo­rale et de re­pré­sen­ta­tion à l’étran­ger, Joa­chim Gauck, élu en 2012 pour cinq ans, n’avait pas hé­si­té à prendre po­si­tion sur la scène in­té­rieure, sou­te­nant la po­li­tique d’ac­cueil des ré­fu­giés ou évo­quant les res­pon­sa­bi­li­tés his­to­riques du pays. En ti­rant sa ré­vé­rence, il ouvre la voie à une As­sem­blée fé­dé­rale in­cer­taine lors de la­quelle dé­pu­tés et re­pré­sen­tants des États ré­gio­naux éli­ront son suc­ces­seur le 12 fé­vrier 2017.

Or au­cun par­ti seul, du fait du jeu de la pro­por­tion­nelle en Al­le­magne, n’a la ma­jo­ri­té re­quise pour im­po­ser ses vues. Des coa­li­tions sont in­con­tour­nables, qui his­to­ri­que­ment ont sou­vent pré­fi­gu­ré celles choi­sies pour le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral.

Les par­tis se mettent dé­jà en ordre de ba­taille, avec, au­de­là, en ligne de mire les élec­tions lé­gis­la­tives de l’au­tomne 2017, pour les­quelles An­ge­la Mer­kel n’a pas en­core an­non­cé ses in­ten­tions. L’élec­tion du pré­sident fe­ra dès lors fi­gure « de jouet des par­tis po­li­tiques et de bal­lon d’es­sai » pour de nou­velles al­liances, dé­crypte le quo­ti­dien ber­li­nois Ta­gess­pie­gel, dans un pay­sage po­li­tique cham­bou­lé par la per­cée de la droite po­pu­liste. D’au­tant qu’au­cune per­son­na­li­té trans­par­ti­sane ne se dé­tache pour l’ins­tant.

Le par­ti chré­tien­dé­mo­crate (CDU) at­tend de la chan­ce­lière qu’elle choi­sisse son propre can­di­dat au poste de chef de l’état. Par­mi les noms qui cir­culent dans la presse fi­gurent deux per­son­na­li­tés du par­ti : le pré­sident de la chambre basse du Par­le­ment, Nor­bert Lam­mert, 67 ans, et le mi­nistre des Fi­nances, Wolf­gang Schäuble, 73 ans, vé­té­ran de la po­li­tique do­té d’une grande li­ber­té de pa­role. ■

PRÉ­SIDENT. Joa­chim Gauck.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.