Une cam­pagne pour les gi­lets orange

La DIR Centre­ouest sou­tient ses agents de chan­tier

La Montagne (Brive) - - Limousin Actualité -

Sen­si­bi­li­ser les conduc­teurs à la sé­cu­ri­té des per­son­nels de la route, tel est le but de la cam­pagne re­layée cette semaine par la di­rec­tion in­ter­dé­par­te­men­tale des routes (la DIR) Cen­treouest.

L’ac­tion a com­men­cé hier, en Cor­rèze, sur l’une des aires d’ar­rêt de l’a20. Sous un pe­tit cha­pi­teau, quelques ins­ti­tu­tion­nels et agents d’ex­ploi­ta­tion ont ac­cueilli les pas­sants, pro­di­guant avec pa­tience leur mes­sage phare, ré­su­mé en une simple phrase : « Der­rière chaque chan­tier, il y a des per­sonnes qui tra­vaillent ».

Le­ver le pied

La DIR du Centre­ouest, ce sont 354 sa­la­riés qui ex­ploitent et en­tre­tiennent 1.140 km de ré­seau rou­tier (sur l’a20, la RN145, la RN14, etc.)… non sans risque. De­puis 2007, 58 ac­ci­dents ont été re­cen­sés, im­pli­quant pour un tiers des agents de la route. « Notre DIR n’a ja­mais en­re­gis­tré d’ac­ci­dent mor­tel, concède Fa­brice Sa­li­ba, char­gé de com­mu­ni­ca­tion sur la ré­gion. Mais les trau­ma­tismes peuvent être pro­fonds. Un de nos col­lègues n’a ja­mais re­pris son tra­vail. » A l’im­pact hu­main s’ajoute le bi­lan ma­té­riel, avec 40 vé­hi­cules et 36 dis­po­si­tifs lu­mi­neux dé­truits sur la même pé­riode.

Seuls 15 % des ac­ci­dents se­raient dus à la « mal­chance ». Le reste du temps, « il y a un manque d’at­ten­tion des conduc­teurs. Ils se re­trouvent blo­qués par des trains de poids lourds et l’aga­ce­ment les rend im­pru­dents ». Or, un plot per­cu­té ou une si­gna­lé­tique man­quée exa­cerbent le ni­veau de risque pour tous.

Jus­te­ment, le nombre d’ac­ci­dents aug­mente, dans la ré­gion comme ailleurs et ce mal­gré les dis­cours in­las­sa­ble­ment ré­pé­tés. « S’il y a un pan­neau de ra­len­tis­se­ment, ce n’est pas pour rien ; on n’est pas là pour em­bê­ter les gens », rap­pelle Pas­cal Bas­si­net, dans le mé­tier de­puis 1998. « Je tra­vaille à 130 à l’heure toute l’an­née. » Pour sa sé­cu­ri­té, sa­chons le­ver le pied… ■

PHO­TO D’AR­CHIVES : FRÉ­DÉ­RIC LHERPINIÈRE

IM­PACT. Ce vé­hi­cule montre la vio­lence de cer­tains ac­ci­dents : per­cu­té par un poids lourd, il a été pro­je­té à 35 mètres et en­fon­cé sur 70 cm, heu­reu­se­ment sans dé­gât hu­main.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.