Agri­cul­teurs, le ter­reau de la co­lère

Une soixan­taine de ma­ni­fes­tants, hier, contre les re­tards de la PAC et les com­plexi­tés ad­mi­nis­tra­tives

La Montagne (Brive) - - Limousin Actualité - Sé­bas­tien Du­bois se­bas­tien.du­bois@cen­tre­france.com

Re­tard de la PAC, ré­forme ter­ri­to­riale et com­plexi­té ad­mi­nis­tra­tive : les agri­cul­teurs ont ma­ni­fes­té, hier, leur co­lère, dans les rues de Li­moges.

«Vivre de son tra­vail, c’est juste la base. » Jean­fran­çois, dé­lé­gué Jeune Agri­cul­teur (JA) pour la Haute­vienne, élève quelque 600 bre­bis, dans le nord du dé­par­te­ment. Tout en dé­am­bu­lant, hier ma­tin, dans les rues de Li­moges, avec une soixan­taine de ma­ni­fes­tants, le jeune éle­veur confie son ras­le­bol, à la li­mite du mal­être. « En fai­sant 6 heures­20 heures, je n’ar­rive pas à faire vivre ma fa­mille, ce n’est pas nor­mal », peste­il. « On veut bos­ser et qu’on nous fasse pas ch… », ré­sume un autre agri­cul­teur, mon­té sur son tracteur.

« Ma­rasme »

En cause, les re­tards de paie­ment de la PAC et le pas­sage à la nou­velle ré­gion, qui en­tre­tient les in­cer­ti­tudes sur le Plan de com­pé­ti­ti­vi­té et d’adap­ta­ tion des ex­ploi­ta­tions agri­coles (PCAE). « C’était le le­vier d’in­ves­tis­se­ment qu’on at­ten­dait de­puis dix ans, sou­ligne Em­ma­nuel Ra­baud, pour la FDSEA. Ça ajoute à la mo­ro­si­té des agri­cul­teurs. »

Pour l’heure, cette « mo­ro­si­té » n’est pas une co­lère fu­mante et les bottes de four­rage dé­po­sées de­vant la pré­fec­ture et l’an­cien hô­tel de ré­gion étaient plu­tôt moins hautes que d’ha­bi­tude. La di­zaine de trac­teurs et la soixan­taine de ma­ni­fes­tants pré­sents étaient ve­nues en « simple dé­lé­ga­tion », « sans vio­lence ». Mais les consé­quences de ces re­tards tech­niques et politiques n’en sont pas moins graves au quo­ti­dien. « On ne peut pas in­ves­tir, pour­suit Jean­fran­çois. Au quo­ti­dien, on est obli­gés de faire at­tendre les four­nis­seurs, ou de faire des prêts de court terme à la banque. Mais ça n’ar­range pas la si­tua­tion et ça crée des charges. » Lait, bo­vins, ovins, « toutes les pro­duc­tions sont dans le ma­rasme », dé­crit le re­pré­sen­tant FDSEA. Les prix, au plus bas, n’ar­rangent rien. « Pour l’ovin, le prix aux pro­duc­teurs a bais­sé de 2 %, sou­ligne Jean­fran­çois. Et le prix de vente a aug­men­té de 2 % aus­si, soit 4 % de marge en plus. Il ne faut pas que toute la va­leur ajou­tée aille au der­nier éche­lon de la com­mer­cia­li­sa­tion. »

Com­plexi­té

La com­plexi­té ad­mi­nis­tra­tive et le fonc­tion­ne­ment er­ra­tique du fi­chier OSI­RIS, qui per­met de flé­cher les fi­nan­ce­ments, sont éga­le­ment poin­tés du doigt. « On est la sixième puis­sance mon­diale, la plus grande ré­gion agri­cole d’eu­rope et on a pro­blème de lo­gi­ciel qui bloque tout, c’est n’im­porte quoi », en­rage Jé­rôme Gour­ce­rol, pour les JA « On es­saie de sim­pli­fier au maxi­mum les choses, ré­pond Fran­çois Pro­jet­ti, di­rec­teur de l’agence de ser­vice et de paie­ment. Il y a, c’est vrai, un cer­tain nombre de re­tards sur la PAC. Mais il y a des pa­ra­mé­trages, on est obli­gés de cer­ti­fier les paie­ments. On ne peut pas faire n’im­porte quoi. »

Les so­lu­tions, ce­pen­dant, sont avant tout politiques. Et ce n’est pas un ha­sard, si le maire de Li­moges, Emile­ro­ger Lom­ber­tie, est ve­nu as­su­rer les ma­ni­fes­tants de son sou­tien, « quelle que soit la fa­çon dont [ils s’expriment], vio­lente ou non ». « Vous êtes vic­times de l’ab­sence de la France à L’eu­rope et de la fa­çon dont les politiques vous ont en­fer­més dans la dé­pen­dance, tonne l’élu Les Ré­pu­bli­cains. Vous êtes aus­si vic­times du fait que ja­mais les ré­gions n’ont ai­dé à in­ves­tir dans l’agri­cul­ture mo­derne. »

« Quelles marges de ma­noeuvre ? »

Gé­rard Van­den­broucke vice­pré­sident so­cia­liste de la ré­gion ALPC ne l’en­tend évi­dem­ment pas de cette oreille, qui a dé­blo­qué avec l’état 3,6 M€ pour la PCAE, aux­quels s’ajoutent 6 M€ de fonds eu­ro­péens. Les de­mandes de ré­vi­sion des seuils d’ac­ces­sion à la CPAE, dé­jà re­vus pour per­mettre aux jeunes agri­cul­teurs d’y avoir droit, vont être « re­mon­tées », vers le pré­sident Alain Rous­set, « avec un a prio­ri très fa­vo­rable », in­dique l’élu PS. « Il faut voir quelles sont les marges de ma­noeuvre », ajoute­t­il. La po­li­tique du bon sens pay­san. ■

PHO­TO PAS­CAL LACHENAUD

CO­LÈRE. Les agri­cul­teurs JA et FNSEA ont dé­po­sé des tas de four­rage de­vant la pré­fec­ture, le Conseil ré­gio­nal et L’ASP.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.