Le grand jeu des ré­vi­sions est lan­cé !

Les fiches, les co­pains et les profs sont sur le pont avant le coup d’en­voi des écrits du bac­ca­lau­réat

La Montagne (Brive) - - Brive Jeunesse & Co - Ca­ro­line Gi­rard brive@cen­tre­france.com

Avant la pre­mière épreuve écrite du bac le 15 juin, les cours sont bou­clés et les élèves se lancent, vaille que vaille, dans l’exer­cice pé­rilleux des ré­vi­sions.

Au­jourd’hui, les cours sont bou­clés pour les élèves de ter­mi­nale et de pre­mière. Plus de dates, de théo­rèmes ou de for­mules de phy­sique à dé­cou­vrir, mais les fils d’une an­née en­tière d’ap­pren­tis­sage à dé­mê­ler.

Il y a quelques jours en­core, les ré­vi­sions du bac n’étaient pas sur toutes les lèvres. Mais au­jourd’hui, le fa­meux « On a en­core du temps » se trans­forme en « Il faut qu’on s’y mette », et les plan­nings de ré­vi­sions se (sur)chargent.

« J’ai besoin d’écrire pour mé­mo­ri­ser »

« Nos profs or­ga­nisent des ses­sions de ré­vi­sions au ly­cée, lance Lau­ra, en ter­mi­nale S. Je vais y al­ler, parce que c’est l’oc­ca­sion d’avoir d’autres profs que ceux qu’on a eu toute l’an­née, et d’autres ex­pli­ca­tions sur­tout ». Cette mé­thode est pour elle un gage de concen­tra­tion, mais Quen­tin n’est pas de son avis. « Je pré­fère bos­ser chez moi, tout seul, re­marque son ca­ma­rade de classe. Je laisse mon por­table de cô­té, et au moins, je peux faire des pauses quand je veux ».

Res­ter entre les murs du ly­cée ou chan­ger d’air. À l’ap­proche du bac, toutes les tech­niques sont bonnes ­ ou en tout cas tes­tées ­ pour es­sayer de domp­ter les di­zaines de cha­pitres à in­gur­gi­ter avant le jour J. Avec les profs donc, et aus­si avec les potes, par­fois. « On va es­sayer de ré­vi­ser entre nous aus­si. Fa­ti­ma, par exemple, com­prend mieux que moi, alors je lui de­mande de m’ex­pli­quer ! », glisse Lau­ra dans un sou­rire. Avec des mots simples et un rai­son­ne­ment proche du sien, ré­vi­ser avec les co­pains peut être la bonne idée. Le tout, c’est de ne pas tro­quer l’après­mi­di ré­vi­sion contre quatre heures de pa­po­tage.

Pour la mé­moire éga­le­ment, tous les cer­veaux ne sont pas lo­gés à la même en­seigne. « L’his­toire, on la ré­cite ; la phy­sique et les maths, c’est plus théo­rique », pour­suit Fa­ti­ma, l’ap­pren­tie prof d’un jour.

« Moi j’ai besoin d’écrire pour mé­mo­ri­ser », re­prend Lau­ra, adepte des fiches. Si le bris­tol a tou­jours la cote, elle compte tout de même cer­tains ré­frac­taires : « J’ai ja­mais com­pris l’in­té­rêt des fiches. T’ap­prends par coeur sur tes fiches, au­tant ap­prendre di­rec­te­ment par coeur sur ton cours ! », ré­torque Fa­ti­ma.

Fiche ou pas fiche, la fi­na­li­té se­ra la même pour ces ly­céens : cha­cun dans son camp, mais tous sur le même ter­rain. ■

PHO­TO B.H.

MÉ­THODE. Fiches, sur­li­gneurs, post-it, an­nales ou tout sim­ple­ment… feuilles de cours. Toutes les mé­thodes sont bonnes pour ré­vi­ser plu­sieurs mois d’ap­pren­tis­sage.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.