Vi­sions op­po­sées sur l’ave­nir du rail

Le co­mi­té de lignes fer­ro­viaires et rou­tières de la Cor­rèze s’est dé­rou­lé, hier, à Brive

La Montagne (Brive) - - Corrèze Actualité - Frédéric Rabiller fre­de­ric.rabiller@cen­tre­france.com

Le co­mi­té de lignes fer­ro­viaires et rou­tières de la Cor­rèze, hier, à Brive, a vu des che­mi­nots gré­vistes mettre la pres­sion sur les élus de la grande ré­gion pour que la Cor­rèze ne de­vienne pas un désert ferroviaire.

Un ser­vice sa­tis­fai­sant ou qui se dé­grade. Deux ver­sions se sont af­fron­tées, hier en fin d’après­mi­di, à Brive, lors du co­mi­té de lignes fer­ro­viaires et rou­tières ré­gio­nales de la Cor­rèze pré­si­dé par Alain Dar­bon, conseiller ré­gio­nal, élu de Haute­vienne.

D’un cô­té, une ré­gion Aqui­taine­li­mou­sin­poi­tou­cha­rentes qui en­tend agir dans « l’in­té­rêt de la col­lec­ti­vi­té », de l’autre, des élus lo­caux, des usa­gers et des che­mi­nots qui pointent un ser­vice peu adap­té et qui se dé­grade.

De nou­veaux ho­raires en juillet 2017

Alain Dar­bon s’est dit cons­cient qu’il existe des points cri­tiques comme la ligne Brive­Cler­mont via Us­sel après l’aban­don de la liai­son Us­selLa­queuille par l’an­cienne ré­gion Au­vergne. Di­rec­teur des trans­ports du site de Li­moges, Jacques Gan­gler, lui, a poin­té « le nombre im­por­tant de voies uniques en Li­mou­sin qui ne per­met pas de mon­ter en ca­dence ».

Et les deux hommes de mettre aus­si en avant des points po­si­ tifs : un taux de ré­gu­la­ri­té su­pé­rieur à 90 %, des amé­lio­ra­tions sur les lignes pré­vues dans le cadre du contrat de plan 20152020 (Mey­mac­us­sel et Bri­veSaint­de­nis­près­mar­tel, cette der­nière con­cer­nant éga­le­ment les lignes de Ro­dez et d’au­rillac), 2,5 al­lers­re­tours sup­plé­men­taires entre Brive et Bor­deaux à l’ho­ri­zon 2017, une meilleure offre sur la ligne Tulle­brive­bor­deaux (sans chan­ge­ment de train à Brive) ou la créa­tion d’une offre Pé­ri­gueuxTer­ras­son­brive­tulle adap­tée aux ho­raires de tra­vail.

Pour concur­ren­cer le co­voi­tu­rage, la grande ré­gion a dé­ci­dé la mise en place d’offres spé­ciales à par­tir du 2 juillet pro­chain comme le ta­rif Tri­bu (pour voya­ger moins cher à plu­sieurs), le Pass’océan (jus­qu’à 70 % de ré­duc­tion à des­ti­na­tion d’ar­ca­chon, Royan, La Ro­chelle…) et le Fest’ter pour les per­sonnes dé­si­rant se rendre à des fes­ti­vals sur le ter­ri­toire de la grande ré­gion.

La nou­veau­té la plus si­gi­nif­ca­tive vien­dra en juillet 2017 avec une re­fonte com­plète des ho­raires suite à la mise en ser­vice de la LGV Sud Eu­rope At­lan­tique (SEA).

Des ho­raires qui font ac­tuel­le­ment po­lé­miques. Des abon­nés de cer­taines lignes corréziennes les es­timent peu adap­tés. Un sou­ci par­ta­gé par un maire de l’ar­ron­dis­se­ment de Brive qui a ex­pli­qué pré­fé­rer voir les en­fants dans des trains que dans des bus à la queue leu leu sur les routes. Une dé­cla­ra­tion qui a sou­le­vé les ap­plau­dis­se­ments no­tam­ment d’une soixan­taine de che­mi­nots qui se sont in­vi­tés à la réunion sous la ban­nière de la CGT.

« Nous sommes là pour rap­pe­ler que nous sommes en grève de­puis 14 jours pour ob­te­nir une conven­tion col­lec­tive de haut ni­veau pour pro­té­ger tous les salariés du ferroviaire, et pas seule­ment les salariés de la SNCF, pour la sé­cu­ri­té des usa­gers et l’amé­na­ge­ment du ter­ri­toire », a ex­pli­qué Her­vé Pe­neaud de la CGT che­mi­nots Brive.

Des che­mi­nots qui at­ten­daient de ce co­mi­té de lignes « d’autres dé­cla­ra­tions que celles qu’a faites der­niè­re­ment le pré­sident Alain Rous­set qui n’est in­té­res­sé que par le dé­ve­lop­pe­ment des cor­res­pon­dances de la LGV SEA et le dé­ve­lop­pe­ment de la ligne Li­moges­bor­deaux en liai­son ra­pide. Il aban­donne la Cor­rèze alors qu’il est né­ces­saire de sau­ver les lignes me­na­cées comme celle d’au­rillac, de Ro­dez, au nord de Tulle jus­qu’à Égle­tons et Us­sel, de Nexon. Ces dis­pa­ri­tions mettent en pé­ril l’amé­na­ge­ment du ter­ri­toire et la vie sur notre bas­sin d’em­ploi ». ■

PHO­TO F.R.

AC­TION. Une soixan­taine de che­mi­nots gré­vistes se sont in­vi­tés au co­mi­té de lignes pour que la Cor­rèze ne de­vienne pas un désert ferroviaire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.