« J’ai ma conscience tran­quille »

Condam­née après le vol de plu­sieurs chèques Une Cor­ré­zienne a éco­pé mar­di d’une peine de 4 mois ferme pour un vol de chèques. De­vant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel, elle n’a ces­sé de nier… sans convaincre.

La Montagne (Brive) - - Tulle Vivre Sa Ville - Ju­lien Ba­chel­le­rie

Le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Tulle a condam­né mar­di une femme de 47 ans à une peine de pri­son ferme pour vol et uti­li­sa­tion de plu­sieurs chèques contre­faits ou fal­si­fiés en ré­ci­dive.

Pour­tant, toute l’au­dience du­rant, cette Cor­ré­zienne n’a ces­sé de nier toute im­pli­ca­tion dans ces faits, sur­ve­nus entre le 15 août et le 3 no­vembre 2015. « J’ai ma conscience tran­quille. Je n’ai pas ef­fec­tué ce qu’on me re­proche », lance­t­elle aux juges. Les élé­ments du dos­sier jettent ce­pen­dant une toute autre lu­mière sur l’af­faire.

« Vous connais­siez bien la vic­time. C’est dans sa voi­ture qu’il ne fer­mait pas à clef que les chèques ont dis­pa­ru en même temps que sa carte d’iden­ti­té. Il s’est ren­du compte du vol lorsque sa banque lui a fait état de plu­sieurs mou­ve­ments in­ha­bi­tuels sur ses comptes », re­trace la pré­si­dente d’au­dience.

« C’est sû­re­ment un so­sie ! »

À la barre, la femme au mince vi­sage ne se dé­con­te­nance pas. Même lors­ que la ma­gis­trate pour­suit : « Au to­tal, 2.095 € ont été émis pour un pré­ju­dice de 1.404 €, dont 374 € au dé­tri­ment du mon­sieur qui a été vo­lé. Et par­mi les com­mer­çants chez qui ces chèques ont été frau­du­leu­se­ment éta­blis, cer­tains vous ont re­con­nu. » Droit dans les yeux la pré­ve­nue as­sure : « Je ne vois pas com­ment ils au­raient pu me re­con­ naître. C’est sû­re­ment un so­sie ! »

8 mois de pri­son, dont 4 avec sur­sis

Des dé­né­ga­tions qui exas­pèrent l’avo­cate de la par­tie ci­vile : « Non seule­ment elle est in­ca­pable d’as­su­mer ses actes, mais en plus elle cherche à in­ti­mi­der mon client. À la sus­pen­sion d’au­dience, elle l’a me­na­cé : “Tu vas voir à la sor­tie”. » Pour le mi­nis­tère pu­blic, les faits sont suf­fi­sam­ment éta­blis pour que le tri­bu­nal entre en voie de condam­na­tion. Il re­quiert 8 mois de pri­son ferme, dont 4 mois avec sur­sis et mise à l’épreuve.

Les ar­gu­ments de la dé­fense, qui a plai­dé la re­laxe au bé­né­fice du doute, n’ont pas suf­fi pour in­flé­chir la dé­ci­sion des juges. Le tri­bu­nal a en­tiè­re­ment sui­vi les ré­qui­si­tions. ■

PHO­TO D’ILLUS­TRA­TION P. BI­GARD

DÉ­LI­BÉ­RÉ. La pré­ve­nue de 47 ans a été condam­née à 8 mois de pri­son ferme, dont 4 avec sur­sis.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.