« Je ne vous prends pas pour des bleus »

De vifs échanges ont émaillé l’as­sem­blée gé­né­rale ex­tra­or­di­naire de l’as­so­cia­tion mer­cre­di soir

La Montagne (Brive) - - Brive - Émi­lie Auf­fret Mo­bi­li­sa­tion. Une marche au flam­beau a lieu de­main soir à 20 h 30 au dé­part du Rex.

L’as­so­cia­tion Cinéma Rex a te­nu une as­sem­blée gé­né­rale ex­tra­or­di­naire mer­cre­di soir. Les ques­tions du pu­blic sur la mu­ni­ci­pa­li­sa­tion ont été nom­breuses et in­ci­sives. Le di­rec­teur des ser­vices de la ville a ten­té d’y faire face.

L’ac­cueil fut fes­tif, l’as­sem­blée gé­né­rale, à cou­teaux ti­rés. L’as­so­cia­tion Cinéma Rex réunis­sait ses membres et ses ap­puis mer­cre­di soir. Une soixan­taine de per­sonnes étaient pré­sentes dans la salle. À la tri­bune, le pré­sident, Ber­nard Du­roux, le tré­so­rier, Bé­né­dict Mos­so­lin, et le se­cré­taire, Ri­chard Mad­ja­rev, sont ac­com­pa­gnés d’un avo­cat et d’un ex­pert­comp­table. Au pied de la scène, Fran­çois Hi­tier, di­rec­teur gé­né­ral des ser­vices de la Ville et Guillaume Del­pi­roux, di­rec­teur de la culture.

Ber­nard Du­roux a ou­vert la séance en li­sant en par­tie le dossier de 80 pages pro­po­sé pour can­di­da­ter à la nou­velle dé­lé­ga­tion de ser­vice pu­blic (DSP) qui de­vait s’ou­vrir le 1er juillet pour sept ans. Une can­di­da­ture re­to­quée par la com­mis­sion sta­tuant sur la ques­tion fin avril.

« La DSP a dé­jà fait l’ob­jet de deux pro­lon­ga­tions, a ex­pli­qué Fran­çois Hi­tier. Une pro­lon­ga­tion sup­plé­men­taire n’est pas pos­sible ju­ri­di­que­ment. Il est né­ces­saire de pas­ser en ré­gie. Mais il n’est pas ques­tion de trans­for­mer le Rex en CGR. Quant à une fer­me­ture en juillet et août, la balle est dans le camp de l’as­so­cia­tion », at­il lan­cé. « Ça, c’est cu­lot­té… », en­tend­on dans la salle.

La « dif­fi­cul­té » sur la gou­ver­nance ­ le fait que le pré­sident de l’as­so­cia­ tion et le di­rec­teur du Rex soit la même per­sonne ­ a ré­veillé la co­lère de la salle. « Une dif­fi­cul­té, ça veut dire quoi ? C’est légal ? C’est illé­gal ? Vous avez la ré­ponse, Mon­sieur. Par­lez fran­çais pas ad­mi­nis­tra­tif ! ». Le di­rec­teur des ser­vices a alors in­di­qué : « Ce n’est pas illé­gal mais cette dif­fi­cul­té ne date pas d’hier et avait dé­jà été évo­quée ».

« Une ré­gie coû­te­ra­t­elle moins cher ? »

Sur le plan fi­nan­cier l’au­di­toire a ins­tam­ment de­man­dé l’ou­ver­ture de né­go­cia­tions. « Ça ne s’est ja­mais vu qu’on ne puisse pas né­go­cier pour 30.000 € ( NDLR : la somme hors taxe sup­plé­men­taire de­man­dée par l’as­so­cia­tion) ». L’ex­pert­comp­table a fait un ex­po­sé chif­fré mon­trant que le Rex coû­tait « 29 cen­times d’eu­ros par mois et par ha­bi­tant. Et que pour le pro­jet à ve­nir, il de­vrait coû­ter 32 cen­times d’eu­ros par ha­bi­tant et pas mois. Une ré­gie, coû­te­ra­t­elle moins cher ? » Le dé­bat sur la TVA a aus­si été vif ain­si que sur la re­prise des sa­la­riés par la mai­rie.

Les ques­tions ont fu­sé. « Pour­quoi ne pas rendre pu­blic l’au­dit réa­li­sé il y a un an et de­mi ? Jus­qu’où va l’en­ga­ge­ment de la mai­rie sur l’ac­ti­vi­té en ré­ gie du cinéma ? Comment faites­vous pour rem­pla­cer quel­qu’un qui est en­core en poste ? Quel se­ra le sa­laire du fu­tur pro­gram­ma­teur ? » Les ré­ponses du di­rec­teur gé­né­ral des ser­vices n’ont vi­si­ble­ment pas convain­cu la salle. Cer­tains te­nant même des pro­pos vi­ru­lents. « Mon­sieur, vous nous pre­nez pour des bleus », a lan­cé une dame. « Je ne vous prends pas pour des bleus », s’est dé­fen­du Fran­çois Hi­tier.

Quant à Ber­nard Du­roux, il lui a été pro­po­sé un poste de conseiller en pro­gram­ma­tion jus­qu’en jan­vier 2018. « Il y a quinze jours, j’étais vi­ré, au­jourd’hui, je suis in­dis­pen­sable et si le Rex ferme ce se­ra de ma faute… », a­t­il iro­ni­sé.

Le pas­sage en ré­gie du cinéma Rex doit être dis­cu­té en conseil mu­ni­ci­pal le 29 juin. « S’il ne se passe rien d’ici là, a in­di­qué un homme dans la salle. Il fau­dra que nous soyons pré­sents lors de cette séance ». Cer­tains ne comptent pas bais­ser les bras. ■

PHO­TO FRÉ­DÉ­RIC LHERPINIÈRE

PU­BLIC. Avant l’as­sem­blée gé­né­rale, un ren­dez-vous fes­tif était or­ga­ni­sé, sous l’oeil de Ber­nard Du­roux, l’ac­tuel res­pon­sable de la pro­gram­ma­tion et de la ges­tion du Rex.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.