Neuer, plus que ja­mais der­nier rem­part

Meilleur gar­dien de but du monde

La Montagne (Brive) - - Sports Euro 2016 -

Avec l’ac­cu­mu­la­tion des bles­sures et des mé­formes en dé­fense, les es­poirs al­le­mands pour al­ler loin dans l’eu­ro 2016 vont, en­core plus que d’ha­bi­tude, pe­ser sur le gar­dien Ma­nuel Neuer, une pres­sion que la mu­raille ba­va­roise af­fronte très se­rei­ne­ment.

Alors que l’al­le­magne du foot­ball s’ar­rache les che­veux de­vant les bles­sures d’il­kay Gün­do­gan, d’an­to­nio Rü­di­ger ou les conva­les­cences à ral­longe de Mats Hum­mels et Bas­tian Sch­weins­tei­ger, il en est un que cette dé­ser­ti­fi­ca­tion de l’ar­rière­garde ne semble pas trou­bler plus que ça : Ma­nuel Neuer.

Il est vrai qu’on ne de­vient pas le meilleur gar­dien de but du monde par ha­sard, et qu’un grand calme peut s’avé­rer aus­si pré­cieux que les qua­li­tés ath­lé­tiques né­ces­saires ­ ré­flexe, dé­tente, ap­puis ­.

Hier, de­vant la presse à Évian (Haute­sa­voie), il s’est mon­tré aus­si im­pas­sible de­vant les ques­tions in­sis­tantes des jour­na­listes que face aux plus grands chas­seurs de buts eu­ro­péens.

« Dans tous les cas de fi­gure, nous au­rons une très bonne dé­fense sur le ter­rain […] et je m’en­ten­drai très bien avec tous les joueurs qui se­ront de­vant moi », a­t­il ain­si as­su­ré.

Les in­con­nues sont pour­tant nom­breuses à trois jours de l’en­trée en lice des cham­pions du monde face à l’ukraine di­manche à Lille (21 heures). Mais au­cune ne semble l’in­quié­ter outre me­sure.

Hié­rar­chie plate

Sh­ko­dran Mus­ta­fi ou Be­ne­dikt Hö­wedes dans l’axe ? Dé­fense à trois ou à quatre ? À l’en­tendre, tout lui va. Tout juste concè­det­il quelques com­pli­ments à Hö­wedes, qui a été son co­équi­pier à Schalke : il « est très fort dans les duels et il peut être très pré­cieux sur les coups de pied ar­rê­tés, parce qu’il est très fort de la tête ».

Un ar­gu­ment de poids, quand on sait que les phases ar­rê­tées dé­fen­sives sont un point faible ré­cur­rent de l’al­le­magne.

Di­manche, en l’ab­sence très pro­bable de Bas­tian Sch­weins­tei­ger, Neuer pour­rait por­ter le bras­sard de ca­pi­taine, qu’il a dé­jà ar­bo­ré. Un hon­neur qu’il prend comme une « res­pon­sa­bi­li­té » sup­plé­men­taire, mais pas comme un hon­neur.

Avec tous les lea­ders en sé­lec­tion ­ Je­rome Boa­teng, Sa­mi Khe­di­ra, To­ni Kroos, Thomas Müller, etc. ­ il règne, dans la Mann­schaft, une « hié­rar­chie plate. Pour nous, ça ne joue pas un très grand rôle », at­il as­su­ré. ■

SÉ­RÉ­NI­TÉ. Elle peut s’ex­pli­quer par la sai­son ex­cep­tion­nelle ef­fec­tuée avec le Bayern, au cours de la­quelle il n’a concé­dé que 17 buts en Bun­des­li­ga.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.