Mo­la doit faire aus­si bien que No­vès

La Montagne (Brive) - - Sports -

Ar­ri­vé à Tou­louse l’été der­nier pour as­su­rer la dif­fi­cile suc­ces­sion de Guy No­vès, Ugo Mo­la va vivre de­main en bar­rage face au Ra­cing 92 (20 h 45) ses pre­miers pas en phase fi­nale.

Pas simple de suc­cé­der au grand ma­ni­tou des Rouge et Noir qui a ra­flé du­rant ses vingt­deux ans aux ma­nettes du club pas moins de neuf bou­cliers de Bren­nus et a réa­li­sé la prouesse de se his­ser dans le der­nier car­ré 21 fois sur 22. Son seul échec en bar­rage face au Ra­cing dé­jà, à do­mi­cile en 2014, avait d’ailleurs ma­té­ria­li­sé la fin d’un cycle, un an avant son pas­sage de té­moin.

Bien gé­ré glo­ba­le­ment par Ugo Mo­la, l’après­no­vès est pas­sé par des hauts et des bas : co­lea­der fin jan­vier après un dé­but de sai­son maî­tri­sé, Tou­louse a connu un trou d’air du­rant le Tour­noi des six na­ tions avant de fi­nir la sai­son sur les cha­peaux de roue avec six vic­toires consé­cu­tives.

« Les chiffres me per­mettent de dire qu’on était dans les clous, convient Mo­la. Après, il y a des ges­tions et des écueils à pas­ ser qui sont aus­si liés à l’ex­pé­rience et qu’il fau­dra que je sur­monte un peu dif­fé­rem­ment ».

Mais le choc à Co­lombes face aux Fran­ci­liens se­ra son épreuve de feu qui per­met­tra de jau­ger si Tou­louse, pour la pre­mière fois en dé­pla­ce­ment en bar­rage, joue tou­jours dans la cour des très grands.

« J’es­saie de ne pas for­cé­ment me pro­je­ter, pour­suit l’an­cien trois­quarts in­ter­na­tio­nal, pas­sé sur le banc de Castres, Brive et Al­bi. Un match de phase fi­nale a tou­jours un ca­rac­tère par­ti­cu­lier. Je ne cherche pas à avoir de la to­lé­rance, mais j’at­tends de l’ob­jec­ti­vi­té. Les ré­sul­tats par­le­ront pour nous si on est ca­pable de pas­ser ce match de bar­rage ».

Conscient de son manque d’ex­pé­rience à ce ni­veau en tant qu’en­traî­neur, Mo­la ne ten­te­ra d’ailleurs pas d’imi­ter No­vès. « Je ne fonc­tion­ne­rai pas comme Guy. Ce n’est pas lui faire of­fense, car si j’avais la clé de quel­que­suns de ces titres, je se­rais bien pre­neur et je n’au­rais pas de pro­blème d’ego à dire que j’ai sui­vi la for­mule de Guy », sou­rit­il.

Il s’ap­puie­ra plu­tôt sur « les hommes forts du Stade Tou­lou­sain », ses ad­joints William Ser­vat (avants) et Jean­bap­tiste Elis­salde (ar­rières) et des joueurs rom­pus à ces échéances qui jugent fa­vo­ra­ble­ment la tran­si­tion me­née par Mo­la.

« Elle a été po­si­tive. Ugo et Guy n’ont pas exac­te­ment le même ca­rac­tère, la même ex­pé­rience, mais ils sont tous les deux am­bi­tieux et veulent que l’équipe soit la meilleure pos­sible, c’est un leit­mo­tiv », conclut le troi­sième ligne aile et ca­pi­taine Thier­ry Du­sau­toir. ■

TEST. Jusque-là, Hu­go Mo­la a bien gé­ré l’après-no­vès.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.