Des ruines à ja­mais bou­le­ver­santes

Les cé­ré­mo­nies du 72e an­ni­ver­saire du mas­sacre d’ora­dour­sur­glane se sont dé­rou­lées hier

La Montagne (Brive) - - Limousin - Franck Jac­quet

Les com­mé­mo­ra­tions du 72e an­ni­ver­saire du mas­sacre d’ora­dour-sur-glane se sont dé­rou­lées, hier, dans une at­mo­sphère tou­jours em­preinte de di­gni­té et de mé­moire aux 642 vic­times.

L’af­fluence n’avait certes rien de com­pa­rable aux com­mé­mo­ra­tions mar­quées par les vi­sites pré­si­den­tielles mais ce sont tout de même plu­sieurs cen­taines de per­sonnes qui ont par­ti­ci­pé hier aux 72e cé­ré­mo­nies du mas­sacre d’ora­dour­sur­glane. Que ce soit dans le bourg ou lors de la tra­ver­sée du vil­lage mar­tyr, ce cor­tège si­len­cieux sem­blait in­ter­mi­nable.

« Ora­dour au pi­nacle des ab­jec­tions »

Der­rière les portes dra­peaux, en tête des per­son­na­li­tés, le se­cré­taire d’état aux an­ciens com­bat­tants, Jean­marc To­des­chi­ni, qui par­ti­ci­pait pour la se­conde fois, ac­com­pa­gné du Con­sul d’al­le­magne et de plu­sieurs dé­lé­ga­tions étran­gères (Es­pagne, Azer­bad­jian, Co­rée du Sud) re­pré­sen­tant des vil­lages mar­tyrs. Un des mo­ments forts reste les al­lo­cu­tions pro­non­cées de­vant l’hô­tel de Ville. « Notre com­mune dé­montre chaque jour qu’il faut le­ver la tête et ne ja­mais bais­ser les bras. Les 642 vic­times nous obligent à nous pro­je­ter vers l’ave­nir » a dé­cla­ré Phi­lippe La­croix, le maire d’ora­dour. « Ce mas­sacre de­meure dans les mé­moires comme au pi­nacle des ab­jec­tions » a ap­puyé Jean­marc To­des­chi­ni.

Le cor­tège a sui­vi son par­cours tra­di­tion­nel mar­quant chaque étape par une mi­nute de si­lence et des dé­pôts de gerbes. De­vant l’église, au pied du mo­nu­ment aux morts des écoles, où les en­fants d’ora­dour, tous ha­billés en blanc, ont dé­po­sé cha­cun une rose blanche dans une at­mo­sphère pe­ sante d’émo­tions. Le pas­sage dans l’église où furent fu­sillés femmes et e n f a n t s re s t e à ja­mais bou­le­ver­sant, comme ces mots de Ro­bert Hé­bras, res­ca­pé du mas­sacre, seul face à la foule au mi­lieu de l’an­cien champ de foire. « À cet en­droit, il y a 72 ans, dis­pa­rais­sait la po­pu­la­tion d’ora­dour­surG­lane. Sou­vent, je re­garde ma montre. » ■

PHO­TOS STÉ­PHANE LEFÈVRE

SYM­BOLE. Ca­mille Se­non, grande mi­li­tante pour la Mé­moire de la Ré­sis­tance et la dé­por­ta­tion, était ac­com­pa­gnée à tra­vers le vil­lage mar­tyr et le pas­sage à l’église.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.