La libre cir­cu­la­tion des livres fa­vo­ri­sée

Le Conseil mu­ni­ci­pal des jeunes a ins­tal­lé de nou­velles boîtes à lire en ville et dans les quar­tiers

La Montagne (Brive) - - Brive - Ch­ris­tine Moutte ch­ris­tine.moutte@cen­tre­france.com

Sur une ini­tia­tive du Conseil mu­ni­ci­pal des jeunes, dix boîtes à lire qua­drillent la ville, pour faire cir­cu­ler les livres.

L’île aux fous d’an­dré Sou­bi­ran, A Chi­ca­go un har­mo­ni­ca san­glote le blues de Gé­rard Herz­haft, J’ai cru au ma­tin de Pierre Daix, un livre jeu­nesse de Sa­ra K, un guide tou­ris­tique sur la Corrèze, une ex­pér ience ly­céenne au Ma­li… Le choix des pro­po­si­tions des boîtes à lire, comme mer­cre­di dans celle ins­tal­lée sur le par­king de la Pis­cine, est très éclec­tique.

Mais l’ali­men­ta­tion de ces mi­ni­bi­blio­thèques en libre­ser­vice ne se fait pas for­cé­ment au ha­sard : si les gens peuvent prendre un ou plu­sieurs livres au gré de leurs en­vies, les ra­me­ner (ou pas) et en dé­po­ser d’autres sui­vant le sys­tème de book­cros­sing, elles sont éga­le­ment ap­pro­vi­sion­nées par une ani­ma­trice du Conseil mu­ni­ci­pal des jeunes, sur le mo­dèle de la pre­mière boîte à lire mu­ni­ci­pale ins­tal­lée en 2014.

Une 2e vie aux ou­vrages

« Nous avons en­vi­ron 2.000 livres en stock, dont une par­tie pro­vient des dons de la mé­dia­thèque mu­ni­ci­pale, des livres sor­tis des col­lec­tions » , ex­pliquent Marc Bran­dy, chef de ser­vice En­fant et jeu­nesse de la ville, et Alexandre Bon­nie, conseiller mu­ni­ci­pal en charge du CMJ.

Deux fois par se­maine, Ja­mi­la Hou­dai­bi, ani­ma­trice, gère leur conte­nu : elle sort les livres, les contrôle, les tam­ponne et y place un marque­page es­tam­pillé CMJ, puis les re­dis­patche, une ving­taine par boîte. « Si des livres res­tent trop long­temps, c’est qu’ils ne plaisent pas, l’ani­ma­trice les re­tire des boîtes. Ce­la per­met de créer un turn­ over, de va­rier le choix se­lon les quar­tiers… et aus­si de vé­ri­fier s’il n’y a pas n’im­porte quoi dans les boîtes (pro­pa­gande de secte, pu­bli­ci­té…) ».

Les boîtes à lire per­mettent ain­si de don­ner une deuxième vie, voire plu­sieurs, aux ou­vrages, mais aus­si « d’ame­ner la cul­ture vers les gens, sou­ligne Alexandre Bon­nie. Ce n’est pas du tout la même dé­marche que les prêts à la mé­dia­thèque ; il n’y a pas de contraintes d’ins­crip­tion, de re­tour, de se rendre dans un lieu de cul­ture ».

Les usa­gers jouent le jeu et ra­mènent la plu­part du temps les livres em­prun­tés. Sauf peut­être à la gare, où « on ne re­voit ja­mais cer­tains livres qui sont pris par les voya­geurs pour lire dans le train ; en contre­par­tie, il en ar­rive de nouveaux, ve­nant des usa­gers qui s’ar­rêtent à Brive ».

De nou­velles boîtes ont vu le jour au prin­temps en concer­ta­tion avec les Conseils de quar­tiers et les centres so­cio­cul­tu­rels de Tu­jac, des Cha­pé­lies et de Ri­vet. « Ce­la per­met de qua­driller la ville et ses quar­tiers, de tou­cher toutes les gé­né­ra­tions » , pré­cise le conseiller mu­ni­ci­pal.

« Nous avons éga­le­ment mo­di­fié cer­tains em­pla­ce­ments où les boîtes n’étaient pas trop uti­li­sées, comme celle si­tuée à l’en­trée du ci­né­ma Rex ; elle a dé­sor­mais une place pri­vi­lé­giée de­vant l a c o l l é g i a l e Sa i n t ­ Mar­tin, où il y a beau­coup de pas­sage. Ou en­core celle à l’in­té­rieur de la Mis­sion lo­cale, qui va être dé­pla­cée à l’hô­pi­tal pour les vi­si­teurs, les ma­lades et le per­son­nel ». ■

PHO­TOS FRÉ­DÉ­RIC LHERPINIÈRE

CENTRE-VILLE. Une boîte à lire a été ins­tal­lée près de la col­lé­giale Saint-mar­tin… près des bancs pour en pro­fi­ter no­tam­ment à l’heure de la pause de mi­di.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.