« De­hors, c’est de­hors ! » met en garde le mi­nistre al­le­mand des Fi­nances

La Montagne (Brive) - - France & Monde -

Le mi­nistre al­le­mand des Fi­nances, Wolf­gang Schäuble, a aver­ti, hier, qu’en cas de Brexit, le Royaume-uni ne pour­rait plus bé­né­fi­cier des avan­tages du mar­ché unique eu­ro­péen, car « de­dans, c’est de­dans, et de­hors, c’est de­hors ! ». « Le pays de­vrait alors se te­nir aux règles d’un club, dont il a vou­lu sor­tir », a dé­cla­ré le mi­nistre, dans un en­tre­tien au ma­ga­zine al­le­mand Der Spie­gel. L’heb­do­ma­daire lui de­man­dait si, en cas de vote en fa­veur d’une sor­tie du Royaume-uni de l’union eu­ro­péenne lors du ré­fé­ren­dum du 23 juin, Londres pou­vait pré­tendre à un sta­tut sem­blable à ce­lui de la Nor­vège ou de la Suisse, qui ne sont pas membres de L’UE mais ont ac­cès à la zone eu­ro­péenne de libre cir­cu­la­tion des per­sonnes et des biens. Par ailleurs, le mi­nistre al­le­mand, eu­ro­péen convain­cu de longue date, a dit craindre qu’un Brexit ne fasse école dans d’autres pays. « On ne peut pas l’ex­clure. Comment ré­agi­raient par exemple les Pays-bas, qui sont tra­di­tion­nel­le­ment très liés au Royaume-uni ? », s’in­ter­roge-t-il dans les co­lonnes du Spie­gel. Une étude ré­cente a chif­fré à 10 mil­liards d’eu­ros la perte du PIB néer­lan­dais, d’ici 2030, en cas de Brexit. Si le scé­na­rio d’une sor­tie du Royaume-uni de L’UE se concré­ti­sait, alors l’union eu­ro­péenne « ne pour­ra pas ré­pondre en pro­po­sant sim­ple­ment da­van­tage d’in­té­gra­tion » pour les pays membres res­tants, pré­vient Wolf­gang Schäuble. « Ce­la se­rait mal­adroit, beau­coup se­raient en droit de se de­man­der, si nous [ les po­li­tiques] n’avons tou­jours rien com­pris », es­time-t-il. Et même si les Bri­tan­niques votent avec une courte avance pour un main­tien dans L’UE, ce­la de­vra quand même être pris « comme un aver­tis­se­ment ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.