Et si le Brexit l’em­por­tait?

La Montagne (Brive) - - Tendances Bourse - Fran­çois Mon­nier

Les in­ves­tis­seurs com­mencent à dou­ter. Les pa­ris pour un main­tien ou non du Royaume-uni dans l’union eu­ro­péenne de­viennent, en ef­fet, moins tran­chés, se­lon les re­le­vés des book­ma­kers de Londres. Ils ne sont plus au­jourd’hui que 56 % à mi­ser sur un main­tien du pays dans l’eu­rope, contre 58 % fin avril. L’aug­men­ta­tion de ce risque de Brexit a pour consé­quence de faire re­fluer les li­qui­di­tés, qui quittent les mar­chés d’ac­tions du Vieux Conti­nent. Ré­sul­tat, la Bourse a re­cu­lé au cours des der­nières se­maines. Cet ar­gent se ré­oriente vers des ac­tifs ju­gés a prio­ri sans risque, comme l’or ou les em­prunts d’état. L’once d’or gagne dé­sor­mais 20 % de­puis le dé­but de l’an­née, dont 3 % au cours des cinq der­nières séances. Quant à l’em­prunt à 10 ans al­le­mand (le Bund), il vient de tom­ber sous 0,02 % alors qu’il se si­tuait en­core au­tour de 1 %, il y a un an. En Suisse, c’est en­core pire. Tous les em­prunts d’état sont dé­sor­mais né­ga­tifs jus­qu’à 20 ans ! Ces ajus­te­ments se font pour l’ins­tant dans le calme, même si des pre­miers signes de fortes ten­sions sont ap­pa­rus sur la livre ster­ling au cours des der­niers jours. En re­vanche, la vo­la­ti­li­té (ou ner­vo­si­té) sur les mar­chés d’ac­tions et d’obli­ga­tions de­vrait al­ler crois­sant d’ici au 23 juin et at­teindre un pic au len­de­main du ré­fé­ren­dum bri­tan­nique. D’ici là, il faut ajus­ter à la marge son por­te­feuille et res­ter pru­dent. Rap­pe­lons qu’in­ves­tir a conseillé de ra­me­ner de 55 % à 50 % la part des ac­tions dans son pa­tri­moine fi­nan­cier, le 22 avril der­nier, alors que le Cac 40 va­lait 4.569 points.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.