L’es­pagne dé­bute face aux Tchèques et face à ses dé­mons

La Montagne (Brive) - - Euro 2016 -

Sur fond de scan­dale, l’es­pagne en­tame sa quête d’une troi­sième cou­ronne consé­cu­tive à l’eu­ro cet après-mi­di (15 heures) contre la Ré­pu­blique tchèque à Tou­louse, où la « Ro­ja » va de­voir af­fron­ter au­tant la so­lide dé­fense ad­verse que ses propres fan­tômes.

Deux ans après son éli­mi­na­tion cau­che­mar­desque au 1er tour du Mon­dial 2014, l’équipe double cham­pionne d’eu­rope en titre es­père chas­ser le spectre du déclin et éti­rer en­core son âge d’or.

Même si le sé­lec­tion­neur Vi­cente del Bosque a su in­jec­ter du sang neuf dans son groupe, une at­mo­sphère vi­ciée a néan­moins rat­tra­pé les Es­pa­gnols avec le scan­dale sexuel qui a écla­bous­sé ven­dre­di le gar­dien Da­vid de Gea.

Ac­cu­sé par une femme d’avoir or­ga­ni­sé en 2012 une soi­rée où elle au­rait été contrainte d’avoir des re­la­tions sexuelles avec des foot­bal­leurs, le por­tier de Man­ches­ter Uni­ted a dé­men­ti en bloc ces al­lé­ga­tions.

De Gea, qui n’au­rait se­lon la presse pas par­ti­ci­pé à la­dite soi­rée, a aus­si­tôt re­çu le sou­tien de Del Bosque et de ses par­te­naires. Mais le joueur (25 ans, 9 sé­lec­tions), sym­bole du re­nou­veau gé­né­ra­tion­nel es­pa­gnol, ap­pa­raît fra­gi­li­sé alors qu’on l’an­non­çait ti­tu­laire à l’eu­ro aux dé­pens du ca­pi­taine Iker Ca­sillas (35 ans, 167 sé­lec­tions), ju­gé vieillis­sant.

De Gea ou Ca­sillas, au­jourd’hui, Del Bosque va de­voir tran­cher. Après plu­sieurs mois de “tran­si­tion douce” entre ses deux gar­diens, il doit dé­ci­der si De Gea est ca­pable de faire abs­trac­tion du contexte, ou bien si Ca­sillas, cha­ris­ma­tique mais dé­cli­nant, est une meilleure ga­ran­tie.

Quoi qu’il en soit, l’es­pagne reste une force ma­jeure du foot­ball con­ti­nen­tal, ca­pable de vi­ser en France une qua­trième cou­ronne eu­ro­péenne après 1964, 2008 et 2012, ce qui se­rait un record ab­so­lu.

Son em­blé­ma­tique jeu de passes, le « toque », est tou­jours bien hui­lé. Ses me­neurs tech­niques comme Andres Inies­ta ou Da­vid Sil­va ont l’air en forme et au­cune bles­sure n’est à dé­plo­rer.

Cet après­mi­di, il pour­rait y avoir jus­qu’à sept ti­tu­laires de l’hu­mi­liant pre­mier match per­du face aux Pays­bas à la Coupe du monde 2014 (5­1), une gifle mé­mo­rable qu’il convient d’ef­fa­cer.

En pré­pa­ra­tion, l’es­pagne a convain­cu contre la Bos­nie (3­1) et la Co­rée du Sud (6­1), avec un doublé de l’ai­lier No­li­to à chaque fois, avant de chu­ter à do­mi­cile contre la mo­deste Géor­gie et son bloc très com­pact (0­1).

Le mur dé­fen­sif tchèque

Tel est le prin­ci­pal dan­ger qui guette l’es­pagne : que sa pos­ses­sion de la balle de­vienne sté­rile lors­qu’elle se heurte à un mur dé­fen­sif. Et tel est pré­ci­sé­ment le por­trait­ro­bot de la Ré­pu­blique tchèque, ro­buste der­rière et ra­pide en contre­at­taque avec le me­neur de jeu To­mas Ro­si­cky à la ma­noeuvre.

Dans la cage, en outre, les Tchèques ne connaissent pas les tour­ments des Es­pa­gnols : le gar­dien d’ar­se­nal Pe­tr Cech (34 ans) est in­dé­bou­lon­nable et sou­vent in­fran­chis­sable, ce qui re­pré­sente une dif­fi­cul­té sup­plé­men­taire pour les Es­pa­gnols. ■ Es­pagne. De Gea (ou Ca­sillas) Juan­fran, Pi­qué, Ra­mos, Al­ba Fa­bre­gas, Bus­quets, Inies­ta - Sil­va, Mo­ra­ta, No­li­to. Ré­pu­blique tchèque. Cech - Ka­de­ra­bek, Kad­lec, Si­vok, Lim­bers­ky - Pla­sil, Da­ri­da - Su­ral (ou Do­ckal), Ro­si­cky, Kre­j­ci - Ne­cid. Ar­bitre. Szy­mon Mar­ci­niak (Pol.).

ÉQUIPES PROBABLES

GOAL. De Gea, écla­bous­sé par un scan­dale sexuel, gar­de­ra-t-il les cages de la Ro­ja ? Del Bosque de­vra tran­cher.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.