Le bas­tion des dji­ha­distes en­cer­clé

Le groupe Etat is­la­mique contraint à user de la po­li­tique du pire

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités -

Les dji­ha­distes du groupe Etat is­la­mique ten­taient, hier, de ré­sis­ter, no­tam­ment avec des at­ten­tats sui­cide, à l’avan­cée ra­pide des forces pro-gou­ver­ne­men­tales li­byennes dans le centre de Syrte, leur prin­ci­pal bas­tion en Li­bye.

Re­cou­rant à l’une de ses tac­tiques ha­bi­tuelles, le groupe dji­ha­diste a per­pé­tré, hier, trois at­ten­tats sui­cide à l’aide de voi­tures pié­gées contre les forces du gou­ver­ne­ment d’union li­byen (GNA).

Ces at­taques ont fait au moins un mort et quatre bles­sés, se­lon un pre­mier bi­lan. Deux d’entre elles ont vi­sé des ras­sem­ble­ments de com­bat­tants tan­dis que la troi­sième s’est pro­duite près d’un hô­pi­tal de cam­pagne.

Tac­tiques de gué­rilla

En in­fé­rio­ri­té nu­mé­rique et dis­po­sant de moindres moyens mi­li­taires, le groupe État is­la­mique a re­cours à des tac­tiques de gué­rilla (at­ten­tats sui­cide, mines, en­gins ex­plo­sifs im­pro­vi­sés, ti­reurs iso­lés…) pour com­battre ses en­ne­mis, que ce soit en Li­bye, en Sy­rie et en Irak, les trois pays où il est le plus im­plan­té. À Syrte, les dji­ha­distes sont dé­sor­mais en­cer­clés dans un sec­teur de 5 km2 après avoir dé­ser­té des quar­tiers ré­si­den­tiels et le port de cette ville cô­tière si­tuée à 450 km à l’est de Tri­po­li.

Ils n’ont ces­sé de perdre du ter­rain de­puis le lan­ce­ment, le 12 mai, de l’of­fen­sive me­née par dif­fé­ rents groupes mi­li­taires ayant ap­por­té leur sou­tien au gou­ver­ne­ment d’union ré­cem­ment mis en place à Tri­po­li avec le sou­tien de la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale.

Ces troupes ont re­pris de nom­breuses lo­ca­li­tés et ins­tal­la­tions que les is­la­mistes avaient prises dans une zone de 200 km au­tour de Syrte de­puis leur im­plan­ta­tion en Li­bye à la fin 2014. Mais après leur pro­gres­sion ra­pide, ces forces sont confron­tées aux dé­fenses mises en place par l’état is­la­mique dans la zone la plus peu­plée de Syrte. Il res­te­rait quelque 30.000 ci­vils dans la ville, qui comp­tait 120.000 ha­bi­tants avant sa prise par les dji­ha­distes.

Centre de com­man­de­ment

Pour les épar­gner, il de­vrait donc être plus dif­fi­cile aux pro­gna d’avoir re­cours aux bom­bar­de­ments aé­riens et aux tirs d’ar­tille­rie lourde, comme ils l’ont fait ces der­niers jours. Quelque 150 frappes ont ci­blé de­puis le 12 mai les po­si­tions de l’état is­la­mique, se­lon le centre des opé­ra­tions mi­li­taires.

La grande ma­jo­ri­té des quelque 5.000 dji­ha­distes de l’état is­la­mique pré­sents en Li­bye (se­lon des res­pon­sables amé­ri­cains) se trou­ve­raient à Syrte. Ils y dé­fendent leur centre de com­man­de­ment qui a été ins­tal­lé dans le centre de confé­rence Oua­ga­dou­gou, construit par Mouam­mar Kadha­fi, ori­gi­naire de la ville. ■

PHOTO AFP

SYRTE. Les forces du gou­ver­ne­ment d’union as­siègent la ville, prin­ci­pal bas­tion de l’etat is­la­mique en Li­bye.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.