Neuf jeunes de L’IME de Grand-bourg réa­lisent le jour­nal Ar­ri­ba

La Montagne (Brive) - - Le Fait Du Jour Limousin -

La laï­ci­té est un thème d’au­tant plus d’ac­tua­li­té que la classe re­lais édu­ca­tif de Sté­phane Mai­son­neuve par­ti­cipe cette an­née à un ate­lier jour­nal une se­maine sur deux, à L’IME de La Ribe à Grandbourg, gé­ré par L’APA­JH 23.

Ce jeu­di ma­tin, la fin de l’an­née se fait sen­tir. Les jeunes ont du mal à se concen­trer. Pour­tant, les at­ten­tats, la laï­ci­té, ces su­jets on ne peut plus sé­rieux ont été abor­dés lors de l’ate­lier jour­nal de L’IME. Une ac­ti­vi­té édu­ca­tive avant tout.

Dans le n°4 d’ar­ri­ba, le jour­nal qu’ils ré­digent, cer­tains ont com­men­té des pho­tos d’ac­tua­li­té. Va­len­tin a choi­si un po­li­cier qui est en train « de pro­té­ger les Pa­ri­siens et aus­si la paix ». D’autres n’ont pas trou­vé les mots et ont pré­fé­ré réa­li­ser un des­sin.

« L’in­ter­pré­ta­tion de l’une de ces pho­tos a même en­gen­dré une vraie en­gueu­lade entre deux jeunes, com­mente Flo­rian­ ne Pa­ran­ton, l’édu­ca­trice qui ac­com­pagne ce pro­jet. Pour eux, l’ate­lier per­met de conti­nuer à lire, à écrire, à s’ex­pri­mer et à par­ta­ger des idées alors qu’ils ont ten­dance à les im­po­ser en temps nor­mal. »

En ef­fet, les jeunes âgés de 14 à 20 ans ac­cueillis à L’IME sont là pour des dé­fi­ciences in­tel­lec­tuelles lé­gères, des troubles du com­por­te­ment. Flo­riane et Sté­phane doivent sans cesse les re­ca­drer ou les sol­li­ci­ter, les ai­der à ap­prendre dif­fé­rem­ment. À prendre confiance en eux aus­si. Au­jourd’hui, Ni­co­las n’a pas trop en­vie de s’y mettre. Il pré­fère des­si­ner un ter­rain de football. D’ailleurs, l’eu­ro est de presque toutes les conver­sa­tions. Le foyer dif­fu­se­ra les matches. « On a même fait des pa­ris sur les sé­lec­tions ! »

Une ap­proche tout en dou­ceur

Plus concen­tré, Alexandre pré­pare un ar­ticle sur une sor­tie à La Sou­ter­raine, Sid’amour. « Ce se­ra un “Vite dit” car j’aime lire ce type de brèves dans le jour­nal. » Le jeune homme de 17 ans tend fiè­re­ment un autre nu­mé­ro au­quel il a par­ti­ci­pé. Il y a écrit un ar­ticle sur les dan­gers d’in­ter­net et des jeux vi­déos. Ce qui lui plaît, c’est « de tra­vailler pour tout le monde, de sa­voir que je donne des in­for­ma­tions né­ces­saires et im­por­tantes à tous. »

Mais Flo­riane et Sté­phane pri­vi­lé­gient une ap­proche toute en dou­ceur. Les plus jeunes comme An­tho­ny, 15 ans, com­mencent par écrire sur leur pas­sion. « J’ai par­lé de la pêche car j’y vais de­puis tout pe­tit. » Ligne, bou­chon, son ar­ticle donne des conseils sur le ma­té­riel à em­por­ter quand on dé­bute. Et ça tombe bien puisque L’IME pro­pose un ate­lier pêche une se­maine sur deux, éga­le­ment.

Plus âgé, Jé­rôme, 18 ans et de­mi, avait en­vie d’écrire sur le mas­sacre d’ora­dour­sur­glane, comme il l’ex­plique de ma­nière un peu confuse. « Il y avait des en­fants. Les hommes et les femmes ont été sé­pa­rés. Je connais cette his­toire car j’y ai vé­cu mais tout le monde ne le sait pas. »

Pour ces neuf jeunes, cette ac­ti­vi­té édu­ca­tive est bel et bien un moyen de res­ter en classe pen­dant deux heures. Et une fa­çon d’ap­prendre au­tre­ment. ■

PHO­TO MI­CHÈLE DELPY

AC­TI­VI­TÉ. La classe re­lais édu­ca­tif réa­lise un jour­nal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.