Ils sont la « Green Ar­my »

En­vi­ron 100.000 Ir­lan­dais sont en France pour sup­por­ter leur équipe lors de cet Eu­ro 2016. Un sou­tien in­con­di­tion­nel qui s’af­fiche en vert, comme au Stade de France, hier.

La Montagne (Brive) - - Euro 2016 - À Saint-de­nis, Be­noît Jac­que­lin be­noit.jac­que­lin@cen­tre­france.com

Quand « The Fields of Athen­ry » a été re­pris par un bon quart du Stade de France, hier, John O’shea et ses co­équi­piers, alors à l’échauf­fe­ment, ont com­pris qu’ils al­laient pou­voir comp­ter, en­core et tou­jours, sur le sou­tien in­dé­fec­tible de leurs sup­por­ters.

Cette bal­lade folk, évo­quant la Grande fa­mine, convoque l’émo­tion et la fer­veur propres aux fans ir­lan­dais, gorge dé­ployée quelques ins­tants plus tard lors de l’hymne de la Ré­pu­blique d’ir­lande.

De So­fia à Pa­ris en par­tant des Mid­lands

De­puis 1988 et leur pre­mière par­ti­ci­pa­tion à un Eu­ro, la « Green Ar­my » rem­plit les stades un peu par­tout en Eu­rope. « J’ai dé­jà fait un voyage lors des éli­mi­na­toires pour la Coupe du Monde, il y a trois ans, à So­fia, en Bul­ga­rie. C’était un bon voyage », sou­rit Pad­dy. L’homme ar­rive tout droit des Mid­lands, au coeur de l’île, pour trois jours à Pa­ris, ral­lié par avion puis en train.

Si le pays de 4,6 mil­lions d’ha­bi­tants n’a ja­mais fait de grand par­cours lors d’une com­pé­ti­tion in­ter­na­tio­nale (un quart de fi­nale de Coupe du Monde en 1990, deux hui­tièmes de fi­nale en 1994 et 2002, la fi­dé­li­té de ses sui­veurs est avant tout liée à l’am­biance au­tour des tour­nois. C’est ce qui fait leur ré­pu­ta­tion.

Au mi­lieu des barbes pos­tiches rousses et des cha­peaux haut­de­forme tri­co­lores, un peu plus loin sur le par­vis de l’en­ceinte dio­ny­sienne, deux frères, ve­nus de Cork (sud), vivent quant à eux leur pre­mier dé­pla­ce­ment der­rière l’équipe na­tio­nale.

Le football, la Ville lu­mière et… les Sué­doises

­ Ian, le ca­det, 24 ans : « On a re­gar­dé l’eu­ro 2012 en Po­logne et en Ukraine à la té­lé et ça nous a don­né en­vie de ve­nir.

­ Paul, l’aî­né, 29 ans : Sur­tout que Pa­ris est une belle ville, avec l’arc de Triomphe, la Tour Eif­fel, etc. On vient à 90 % pour le football et 10 % pour le reste…

­ Ian : Nan, c’est à 90 % pour l’al­cool…

Paul :… et les Sué­doises ! »

Comme pour illus­trer la bou­tade des deux fran­gins, quelques ins­tants plus tard, une poi­gnée de com­pa­triotes chan­tait à tue­tête « We love you » en fai­sant la cour à trois ra­vis­santes Scan­di­naves, au mi­lieu d’une foule hi­lare. La « Green Ar­my » est bien en­trée dans son Eu­ro ! ■

PHO­TO JU­LIEN BEN BOUA­LI

SUP­POR­TERS. Ve­nus de Cork, au sud de l’ir­lande, Paul (à gauche) et son frère Ian (à droite) en­tourent leur ami Wal­ter, avant leur pre­mier match à l’eu­ro, hier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.