« Voix d’eté en Creuse » an­nu­lé, et autres dif­fi­cul­tés…

La Montagne (Brive) - - Dossier - M. M.

Des fes­ti­vals an­nu­lés, du re­tard dans le paie­ment des sub­ven­tions, un sen­ti­ment d’aban­don chez cer­tains or­ga­ni­sa­teurs… La ré­forme ter­ri­to­riale se fait par­fois dans la dou­leur.

Il au­rait eu 31 ans cette an­née. Le fes­ti­val plu­ri­dis­ci­pli­naire Voix d’eté en Creuse n’au­ra pas lieu. Ca­the­rine De­femme, pré­si­dente de L’ADIAM, struc­ture por­teuse du fes­ti­val, et conseillère dé­par­te­men­tale ré­pu­bli­caine ex­plique : « le conseil dé­par­te­men­tal a bais­sé sa sub­ven­tion de 92.000 euos à 45.000 eu­ros. Ce­la en­traîne la baisse de celle de l’etat de ma­nière pro­por­tion­nelle. Au lieu de 87.500 eu­ros, le fes­ti­val au­rait re­çu de lui moins de 45.000 eu­ros. Le conseil ré­gio­nal main­te­nait sa sub­ven­tion, re­pré­sen­tant 10 % du bud­get. Mais dans ce contexte, il était im­pos­sible d’équi­li­brer les comptes. La po­li­tique cul­ tu­relle n’est pas aban­don­née mais il nous faut voir comment la pour­suivre dif­fé­rem­ment, avec des moyens moindres. » Tou­jours est­il que les trois em­plois as­so­ciés, au sein de L’ADIAM, sont me­na­cés… Et comme pour les autres fes­ti­vals an­nu­lés, ce­la fe­ra des pres­ta­tions en moins pour les ar­tistes et tech­ni­ciens du spec­tacle.

La contrainte bud­gé­taire a aus­si gui­dé le choix du conseil ré­gio­nal d’an­nu­ler en Poi­tou­cha­rentes Les Nuits Ro­manes et 1.001 Scènes à Oi­ron, pour faire face à la dette pic­to­cha­ren­taise (200 mil­lions d’eu­ros es­ti­més à ce jour).

« Cette dé­ci­sion a été dou­lou­reuse », af­firme Eric Cor­reia, conseiller ré­gio­nal PS, délégué à l’économie créa­tive. « Il a été dé­ci­dé de ré­cu­pé­rer 4,8 mil­lions d’eu­ros dans le do­maine cultu­rel en ter­ri­toire pic­to­cha­ren­tais. Avec son bud­get de 3,5 mil­lions d’eu­ros, Nuits Ro­manes nous a per­mis de pré­ser­ver le maillage des autres fes­ti­vals. Quant à 1.001 scènes, le conseil ré­gio­nal fi­nan­çait à 85 % les 70.000 eu­ros de ce fes­ti­val consa­cré aux pra­tiques ama­teurs. Or le conseil ré­gio­nal fi­nance les pro­jets pro­fes­sion­nels. »

Par ailleurs, du re­tard dans le paie­ment des sub­ven­tions pé­na­lise nombre de fes­ti­vals. Ils ont re­cours au Dailly, au dé­cou­vert au­to­ri­sé, ce qui leur fe­ra des frais fi­nan­ciers. Les plus pe­tits n’ob­tiennent pas de prêts, ce qui les in­quiète en­core plus, comme c’est le cas de Ca­ta­la­cum.

« La tré­so­re­rie à Bor­deaux a été sur­char­gée, d’au­tant que nous avons vou­lu payer au plus vite les en­tre­prises pic­to­cha­ ren­taises mises en dan­ger par la dette. A terme, ce­la va se régulariser », as­sure le délégué. A no­ter que les sub­ven­tions de l’etat, via la DRAC, di­rec­tion ré­gio­nale des af­faires cultu­relles, ont aus­si de nets re­tards.

Cer­tains or­ga­ni­sa­teurs se sentent loin de Bor­deaux, “aban­don­nés”. « Pour­tant, ils ont les mêmes in­ter­lo­cu­teurs sur place qui sont de bons re­lais. D’ailleurs, leurs dos­siers ar­rivent et sont trai­tés. »

« On nous avait pro­mis des concer­ta­tions sur la cul­ture. Or nous ne voyons rien ve­nir. », sou­lignent d’autres. Des réunions ont eu lieu pour les mu­siques ac­tuelles, le ci­né­ma. « La mise en place prend un peu de temps mais la confé­rence ter­ri­to­riale sur la cul­ture au­ra bien lieu avant fin 2016 », an­nonce Eric Cor­reia.

PHOTO ARCHIVES THO­MAS JOU­HAN­NAUD

VOIX D’ÉTÉ EN CREUSE. an­nu­lé. Le fes­ti­val Voix d’eté en Creuse est

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.