Essai trans­for­mé pour le Cfa-bâ­ti­ment

Le CAP Ap­pren­tis­sage Btp­rugby ou­vrait ses portes à douze étu­diants, il y a un an, à Tulle

La Montagne (Brive) - - Tulle Un An Après -

En juin 2015, la di­rec­trice du CFA Bâ­ti­ment an­non­çait l’ou­ver­ture d’une nou­velle sec­tion sport étude : une for­ma­tion CAP ap­pren­tis­sage Btp-rugby. Lu­do­vic Val­bon, an­cien joueur in­ter­na­tio­nal et an­cien Ca­biste, re­con­ver­ti cou­vreur après avoir sui­vi une for­ma­tion au CFA bâ­ti­ment de Tulle, était le par­rain de cette pre­mière pro­mo­tion. La sec­tion est re­con­duite l’an­née pro­chaine. leur en­sei­gne­ment. « Ce­la a été dif­fi­cile de s’adap­ter au rythme de la for­ma­tion, c’était nou­veau », in­siste la res­pon­sable qui se ré­jouit tou­te­fois : « dans l’en­semble, c’est un bi­lan po­si­tif ».

« Ils font plus d’heures que les autres », ex­plique Yvette Four­nier. En plus des tren­te­cinq heures par se­maine sui­vies par tous les élèves, les étu­diants CA­PA Btp­rugby ont des cours théo­riques qui leur sont ré­ser­ vés du­rant la pause dé­jeu­ner. « Les ho­raires sont bien amé­na­gés », sou­ligne Ben­ja­min Ma­ca­ry, li­cen­cié à Chasteaux.

Ana­to­mie du corps, dié­té­tique, musculation, ils ap­prennent « comment être un bon rug­by­man » avec Oli­vier Chau­meil. « Les jour­nées sont un peu longues » confie Ni­cho­las Dod­gen, jeune sud­afri­cain li­cen­cié en Fé­dé­rale 1 à Tulle, avant d’ajou­ter que « ce­pen­dant ça fait du bien de faire de l’exer­cice dans la jour­née ».

Les spor­tifs ac­quièrent et ren­forcent des com­pé­tences avec l’en­sei­gne­ment du rugby au CFA. « On tra­vaille plus les per­for­mances in­di­vi­duelles lors­qu’on est en cours. L’en­traî­ne­ment au club est prin­ci­pa­le­ment cen­tré sur le col­lec­tif », re­marque Ni­cho­las Dod­gen, com­plé­té par Ben­ja­min Ma­ca­ry qui in­siste sur le fait que « l’en­traî­ne­ment au CFA per­met de rec­ti­fier cer­tains de nos points faibles ».

La filière s’est qua­li­fiée pour le cham­pion­nat de France de rugby à sept des ap­pren­tis. Après avoir dé­cro­ché la pre­mière place aux phases ré­gio­nales, les joueurs tul­listes se sont in­cli­nés face aux troi­sièmes au ni­veau na­tio­nal. « Nous avons per­du la coupe mais ga­gné le res­pect de tous les spec­ta­teurs », ré­agit le for­ma­teur.

« De bons joueurs ar­rivent » et il reste des places

L’es­prit d’équipe in­cul­qué par le jeu du bal­lon ovale est éga­le­ment un atout pour les jeunes. « Quand on est sur un chan­tier, il faut col­la­bo­rer avec ses col­lègues », af­firme la di­rec­trice.

Même si Yvette Four­nier ne sou­haite pas en­core élar­gir la filière à d’autres sports, le CFA Bâ­ti­ment pro­longe les CA­PA rugby. « L’an­née pro­chaine, nous se­rons mieux ro­dés, ce se­ra plus simple », pro­jette­elle. Oli­vier Chau­meil, lui, se ré­jouit dé­jà de la pro­chaine pro­mo­tion. « De bons joueurs ar­rivent, et ils ont des pro­fils dif­fé­rents : après des études STAPS (*), en re­con­ver­sion ou en post­bac­ca­lau­réat gé­né­ral ». Cinq joueurs conti­nuent leur for­ma­tion, quatre ou cinq sont po­si­tion­nés pour l’in­té­grer l’an­née pro­chaine. « On peut ac­cueillir plus ou moins qua­torze jeunes, il reste quatre ou cinq places ». ■

(*) Sciences et Tech­niques des Ac­ti­vi­tés Phy­siques et Spor­tives.

PHOTO D’ARCHIVE

ÉQUIPE. La filière CA­PA-RUGBY lors du cham­pion­nat de France de rugby à sept, en mars der­nier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.