Voit cer­tains écrits res­ter

La Montagne (Brive) - - Tulle Un An Après -

Ver­ba vo­lant scrip­ta manent pa­roles s’en­volent, les écrits res­tent », in­dique une cé­lèbre lo­cu­tion la­tine. Tu­la­vu pour­rait dire, sans que ce soit une pa­role en l’air, que sur les murs de sa ville « cer­tains écrits s’en­volent, d’autres res­tent ». En marge des dif­fé­rents re­grou­pe­ments tul­listes de Nuit De­bout, il avait eu vent d’ins­crip­tions faites à la bombe sur : « les la place de la ca­thé­drale, dont un ap­pel à re­nouer à la « Com­mune ». Mais plu­tôt que cet ap­pel à un bien com­mun in­sur­rec­tion­nel, mes­sage par ailleurs vite ef­fa­cé, Tu­la­vu a da­van­tage été convain­cu par quelques lettres tra­cées en rouge dans le quar­tier de Souil­hac : « L’ave­nir, c’est l’amour ou rien ». Un jo­li mes­sage aux contours uni­ver­sels qui, lui, est res­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.