- AL­BA­NIE Les Fran­çais doivent haus­ser le ton

Ce soir, à 21 heures, au stade Vé­lo­drome de Mar­seille

La Montagne (Brive) - - Euro 2016 -

toute fin de match, ils ont néan­moins em­ma­ga­si­né de la confiance et as­su­ré l’es­sen­tiel : les trois points. Et c’est bien là le prin­ci­pal dans cette pre­mière par­tie de la com­pé­ti­tion où toutes les équipes sont en­core dans une phase de ro­dage plus ou moins avan­cée.

Tout à l’heure, au mo­ment de re­trou­ver le Vé­lo­drome où la France ne garde que des bons sou­ve­nirs, l’équipe de Di­dier Des­champs de­vra si­gner une deuxième vic­toire consé­cu­tive sy­no­nyme, à coup sûr, de billet pour la phase éli­mi­na­toire. En at­ten­dant de dis­pu­ter la pre­mière place du groupe A contre la Suisse, di­manche pro­chain à Lille (21 heures).

Le ré­sul­tat certes, mais aus­si amé­lio­rer la ma­nière

Face à l’al­ba­nie, mo­deste 42e au clas­se­ment FIFA et plus mal clas­sée par­mi toutes les équipes qua­li­fiées pour cet Eu­ro, c’est le moins que l’on se­ra en droit de de­man­der aux co­équi­piers d’hu­go Llo­ris. Tout autre ré­sul­tat qu’un suc­cès se­rait à ran­ger dans la case des contre­per­for­mances re­ten­tis­santes et se­rait pré­ju­di­ciable à tout point de vue pour la suite de la com­pé­ti­tion.

Pas de droit à l’er­reur pour ces Bleus, à qui Di­dier Des­champs rap­pel­le­ra sû­re­ment qu’il y a presque un an jour pour jour, en Al­ba­nie, à El­ba­san, le 13 juin, la France avait es­suyé une dé­faite « his­to­rique » (1­0) et que le 14 no­vembre 2014, tou­jours en ami­cal, à Rennes, ses joueurs avaient dû se conten­ter d’un pe­tit match nul (1­1). « On s’est cas­sé les dents à deux re­prises contre eux, se rap­pelle le capitaine Hu­go Llo­ris. On sait à quoi s’at­tendre car ils ex­ploi­te­ront la moindre er­reur, no­tam­ment sur les coups de pied ar­rê­tés », pré­vient le gar­dien des Bleus.

Alors que l’al­ba­nie se­ra pri­vée de son capitaine Ca­na, sus­pen­du, le contexte se­ra bien com­plè­te­ment dif­fé­rent ce soir, dans un stade Vé­lo­drome qui a tou­jours bien réus­si en match of­fi­ciel aux Fran­çais. On se sou­vient de ce match mé­mo­rable contre le Por­tu­gal, en demi­finale de l’eu­ro 1984 (3­2) et de son pre­mier match contre l’afri­ que du Sud (3­0) lors du Mon­dial 98. Ce match avait mis sur une or­bite fa­vo­rable l’équipe du capitaine Des­champ. Le sé­lec­tion­neur, qui reste le der­nier en­traî­neur à avoir me­né L’OM au titre au terme de la sai­son 2009/2010, rêve sû­re­ment d’une tra­jec­toire si­mi­laire. « L’am­biance est tou­jours chaude ici. C’est un vrai stade de foot », ap­pré­cie Di­dier Des­champs.

Reste ce­pen­dant à sa­voir quel ac­cueil le bouillant public mar­seillais ré­ser­ve­ra, et si quelques sif­flets ne des­cen­dront pas en­core des tri­bunes à l’en­contre du Pa­ri­sien Ma­tui­di, comme ce­la avait été dé­jà le cas, la der­nière fois contre la Suède le 14 no­vembre 2014 (1­0).

Au­de­là du ré­sul­tat, on at­tend aus­si et sur­tout que la France montre un vi­sage plus sé­dui­sant, plus co­hé­rent et plus consis­tant. Qu’elle re­trouve tout ou par­tie du fil de son foot­ball qui res­sem­blait au brouillon d’un élève trop moyen ven­dre­di der­nier.

Certes, les im­pres­sions des dé­buts de tour­noi ré­sistent mal à la lon­gueur de la com­pé­ti­tion. Les sé­lec­tions qui flambent au dé­but sont ra­re­ment celles qui par­viennent à al­ler au bout non plus. Mais pour exis­ter plus tard face à des ad­ver­saires d’un autre ca­libre, la France de­vra mon­trer qu’elle a re­te­nu les le­çons et gom­mé les ra­tures lais­sées lors du match d’ou­ver­ture. « On de­vra faire preuve de plus de jus­tesse tech­nique afin d’amé­lio­rer no­tam­ment notre pos­ses­sion de balle », confirme Hu­go Llo­ris. « J’at­tends plus de maî­trise et de meilleures trans­mis­sions vers l’avant afin de pou­voir créer des dé­ca­lages sur les cô­tés », ajoute son sé­lec­tion­neur.

Les pro­grès de­vront aus­si être d’ordre in­di­vi­duel. Contre la Rou­ma­nie, Evra fran­che­ment in­quié­tant mais aus­si Ma­tui­di, Pog­ba et Griez­mann avaient joué net­te­ment en de­çà du ni­veau re­quis et de leur po­ten­tiel tout court.

Si les deux pre­miers de­vraient en­chaî­ner ce soir, Di­dier Des­champs se po­sait des ques­tions au su­jet des deux der­niers. Il de­vrait lais­ser au re­pos l’un et/ ou l’autre afin de leur per­mettre de re­faire le plein de fraî­cheur après une sai­son éprou­vante, avant de le(s) re­mettre dans le bain pour le match contre la Suisse. ■

CONVAINCRE. L’équipe de France de­vra bien sûr s’im­po­ser, mais elle de­vra sur­tout être plus convain­cante que lors de la ren­contre face à la Rou­ma­nie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.