Omar Ma­teen, ho­mo­sexuel ho­mo­phobe ?

Plu­sieurs té­moi­gnages font état de sa fré­quen­ta­tion du club gay Pulse

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités -

L’au­teur du mas­sacre d’orlando avait, se­lon de nom­breux té­moins, fré­quen­té à plu­sieurs re­prises la boîte gay où il a me­né une at­taque meur­trière di­manche ma­tin. Un élé­ment trou­blant sup­plé­men­taire pour les en­quê­teurs qui étu­dient éga­le­ment ses liens éven­tuels avec des or­ga­ni­sa­tions dji­ha­distes.

Omar Ma­teen, 29 ans, a at­ta­qué le Pulse avec un fu­sil se­mi­au­to­ma­tique et une arme de poing avant d’être abat­tu par la po­lice. Cette at­taque a fait 49 morts et 53 bles­sés.

Ma­teen, mu­sul­man pra­ti­quant in­ter­ro­gé à plu­sieurs re­prises par la po­lice fé­dé­rale (FBI) en rai­son de ses liens sup­po­sés avec des dji­ha­distes, a re­ven­di­qué son al­lé­geance au groupe État is­la­mique du­rant son at­taque. Sa se­conde épouse a été ar­rê­tée. Elle a dit qu’elle sen­tait que quelque chose al­lait se pas­ser et a ten­té de le dis­sua­der.

Les en­quê­teurs ont pri­vi­lé­gié dans un pre­mier temps cette piste d’un « loup so­li­taire » ra­di­ca­li­sé sur in­ter­net et ins­pi­ré par di­verses or­ga­ni­sa­tions ter­ro­ristes, sans pour au­tant avoir été di­ri­gé par celles­ci.

Al­coo­li­sé

Son père avait en outre fait état de l’ho­mo­pho­bie d’omar Ma­teen qui avait été ma­rié et était père d’un en­fant. Il a ain­si ra­con­té com­bien son fils avait été cho­qué que deux hommes puissent s’em­bras­ser dans la rue à Mia­mi de­vant sa femme et son en­fant.

Mais lun­di soir plu­sieurs mé­dias amé­ri­cains ont com­men­cé à faire état de l’ho­mo­sexua­li­té ca­chée du tueur, de nom­breux té­moi­gnages rap­por­tant qu’il avait lui­même fré­quen­té le Pulse à plu­sieurs re­prises.

Le quo­ti­dien Orlando Sen­ti­nel a ain­si ci­té plu­sieurs té­moins qui as­surent que le jeune homme était un ha­bi­tué de la dis­co­thèque. Il s’y se­rait même fait re­mar­quer à plu­sieurs re­prises par son agres­si­vi­té, liée à une consom­ma­tion ex­ces­sive d’al­cool.

Des avances

Pa­ral­lè­le­ment, un client ré­gu­lier de Pulse a as­su­ré au Los An­geles Times que le tueur uti­li­sait le ré­seau social gay Jack’d.

Autre té­moi­gnage trou­blant, ce­lui d’un an­cien élève de sa pro­mo­tion à l’aca­dé­mie de po­lice d’in­dian Ri­ver Com­mu­ni­ty Col­lege, où il a étu­dié en 2006, qui a as­su­ré au quo­ti­dien Palm Beach Post qu’omar Ma­teen lui avait fait des avances.

Ba­rack Oba­ma se ren­dra au­jourd’hui à Orlando pour rendre hom­mage aux fa­milles des vic­times de la pire fu­sillade qu’aient connue les États­unis.

« Il semble que le ti­reur ait été ins­pi­ré par di­verses sources d’in­for­ma­tions ex­tré­mistes sur in­ter­net », avait dé­cla­ré lun­di Oba­ma.

L’or­ga­ni­sa­tion EI a re­ven­di­qué lun­di cette at­taque sur sa ra­dio mais il n’existe pas, à ce stade, de « preuves claires » lais­sant pen­ser qu’il « était di­ri­gé de­puis l’ex­té­rieur » ou « qu’il fai­sait par­tie d’un com­plot plus vaste », a en­core ex­pli­qué le pré­sident des États­unis. « Il a an­non­cé son al­lé­geance à L’EI à la der­nière mi­nute mais il n’existe pas de preuve à ce stade qu’il ait été di­ri­gé par eux », a­t­il in­sis­té.

L’hy­po­thèse d’une piste ho­mo­sexuelle, si elle pre­nait de l’am­pleur, pour­rait dé­ga­ger le FBI de la po­si­tion dif­fi­cile dans la­quelle il se trouve, pour avoir ob­ser­vé la ra­di­ca­li­sa­tion d’omar Ma­teen sans pré­ve­nir un pas­sage à l’acte. ■

PHOTO AFP

OMAR MA­TEEN. Il au­rait fait des avances à un élève de l’aca­dé­mie de po­lice d’in­dian Ri­ver Com­mu­ni­ty Col­lege.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.