Le re­cueille­ment après l’hor­reur

Hom­mage au po­li­cier et à sa com­pagne as­sas­si­nés à leur do­mi­cile dans les Yve­lines

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités -

La France, frap­pée par une nou­velle at­taque dji­ha­diste, s’est re­cueillie hier en hom­mage au po­li­cier et à sa com­pagne tués à leur do­mi­cile, sur fond de nou­velles in­ter­ro­ga­tions sur l’ef­fi­ca­ci­té de la lutte an­ti­ter­ro­riste.

Hier à mi­di, une mi­nute de si­lence a été ob­ser­vée au mi­nis­tère de l’in­té­rieur – en pré­sence no­tam­ment de Fran­çois Hol­lande, de Ma­nuel Valls et du mi­nistre de l’in­té­rieur, Ber­nard Ca­ze­neuve – et dans l’en­semble des com­mis­sa­riats de France, à la mé­moire des deux vic­times as­sas­si­nées lun­di soir chez elles.

Au même mo­ment, plu­sieurs cen­taines de per­sonnes étaient ras­sem­blées à Ma­gnan­ville (Yve­lines), non loin du do­mi­cile du couple, dont l’ac­cès était bar­ré par un cor­don de po­lice de­vant le­quel gerbes et bou­quets de fleurs étaient dé­po­sés. Lun­di, peu après 20 heures, un dji­ha­diste a tué à coups de cou­teau Jean­bap­tiste Sal­vaing, 42 ans, com­man­dant de po­lice ad­joint du com­mis­sa­riat des Mu­reaux, de­vant son do­mi­cile. Il a en­suite sé­ques­tré à l’in­té­rieur du pa­villon sa com­pagne Jes­si­ca Sch­nei­der, 36 ans, agent ad­mi­nis­tra­tif du com­mis­sa­riat

voi­sin de Mantes­la­jo­lie, qu’il a égor­gée, et leur pe­tit gar­çon de 3 ans, seul sur­vi­vant, re­trou­vé in­demne.

« D’autres sur­prises »

Si Jean­bap­tiste Sal­vaing « a été pris pour cible, s’il a été as­sas­si­né, c’est parce qu’il était po­li­cier. Et si Jes­si­ca Sch­nei­der est morte […], c’est parce qu’elle était sa com­pagne et el­le­même fonc­tion­naire au sein d’un com­mis­sa­riat de po­lice », a dé­cla­ré Ber­nard Ca­ze­neuve, vi­si­ble­ment ému.

Avant d’être abat­tu par la po­lice, le meur­trier a re­ven­di­qué son acte, en di­rect sur une vi­déo pos­tée sur les ré­seaux so­ciaux, au nom du groupe dji­ha­diste État is­la­mique (EI). Dans cet en­re­gis­tre­ment, il pro­met « d’autres sur­prises pour l’eu­ro ». « L’eu­ro se­ra un ci­me­tière », me­nace­til. Le dji­ha­diste ap­pelle éga­le­ment « à at­ta­quer des po­li­ciers, des jour­na­listes, des gar­diens de pri­son et des rap­peurs ». Une liste de cibles men­tion­nant « des per­son­na­li­tés ou des pro­fes­sions » a été re­trou­vée dans le pa­villon.

Fa­ce­book a as­su­ré tra­vailler « en étroite col­la­bo­ra­tion avec les au­to­ri­tés fran­çaises qui en­quêtent sur ce ter­rible crime ». Ce­lui­ci a été com­mis sept mois jour pour jour après les at­ten­tats les plus meur­triers ja­mais per­pé­trés en France, qui ont fait 130 morts le 13 no­vembre. « C’est un acte in­con­tes­ta­ ble­ment ter­ro­riste », a as­sé­né, mar­di, Fran­çois Hol­lande.

Lors d’une conver­sa­tion avec Ba­rack Oba­ma, les deux di­ri­geants ont dé­ci­dé d’« aug­men­ter en­core la co­opé­ra­tion » face à une « me­nace » dj­di­ha­diste qui « évo­lue en per­ma­nence ». Pour le pré­sident amé­ri­cain, il s’agit de « dé­truire » le groupe dji­ha­diste, vi­sé en Syrie et en Irak par des frappes de la coa­li­tion à la­quelle par­ti­cipent Pa­ris et Wa­shing­ton.

Avant le coup d’en­voi de l’eu­ro 2016, sous forte me­nace ter­ro­riste, Ber­nard Ca­ze­neuve avait es­ti­mé que la com­pé­ti­tion consti­tuait « une cible po­ten­tielle » pour « les or­ga­ni­sa­tions ter­ro­ristes » mais aus­si « pour des per­sonnes ra­di­ca­li­sées ».

Les en­quê­teurs fran­çais cherchent dé­sor­mais à dé­ter­mi­ner si le tueur a pu bé­né­fi­cier de com­pli­ci­tés dans la pré­pa­ra­tion des meurtres. Ori­gi­naire des Yve­lines, il avait un pas­sé dans l’is­la­misme ra­di­cal. Il avait no­tam­ment été condam­né en 2013 à de la pri­son pour par­ti­ci­pa­tion à une fi­lière dji­ha­diste vers le Pa­kis­tan.

« Ce­la ne peut plus du­rer »

L’op­po­si­tion de droite est mon­tée au cré­neau hier, de­man­dant par exemple des centres de ré­ten­tion pour les per­sonnes ra­di­ca­li­sées non condam­nées (voir ci­des­sous). Ma­nuel Valls, ré­fu­tant toute « né­gli­gence », a de nou­veau écar­té ces de­mandes. Le rec­teur de la grande mos­quée de Pa­ris, Da­lil Bou­ba­keur, a dé­plo­ré quant à lui que des dji­ha­distes puissent cir­cu­ler « li­bre­ment en France » : « Ce­la ne peut plus du­rer. » ■

PHOTO AFP

MA­GNAN­VILLE. Des per­sonnes ont of­fert des fleurs aux po­li­ciers pré­sents.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.