Bruxelles pro­voque un tol­lé avec sa dé­fi­ni­tion

La Montagne (Brive) - - France & Monde Actualités -

La Commission eu­ro­péenne a dé­voi­lé hier ses cri­tères de dé­fi­ni­tion des « per­tur­ba­teurs en­do­cri­niens », sub­stances chi­miques pré­sentes dans de nom­breux pro­duits de la vie cou­rante.

« C’est dé­sas­treux », a im­mé­dia­te­ment ré­agi Li­sette Van Vliet, de l’al­liance San­té et En­vi­ron­ne­ment HEAL, un col­lec­tif de 70 ONG. L’an­nonce de la Commission était pour­tant très at­ten­due, plus de deux ans après la date pro­mise, pour per­mettre d’en­ca­drer ces sub­stances dans le cadre de leur uti­li­sa­tion dans des pes­ti­cides et dans des bio­cides, c’es­tà­dire her­bi­cides, fon­gi­cides, mais aus­si par exemple pro­duits de pro­tec­tion pour le bois ou le cuir et les dés­in­fec­tants pour les mains.

Le com­mis­saire eu­ro­péen à la San­té, Vy­ta­nis An­driu­kai­tis, a pro­po­sé qu’un per­tur­ba­teur en­do­cri­nien soit dé­fi­ni comme une sub­stance qui a des ef­fets in­dé­si­rables sur la san­té hu­maine et qui agit sur le sys­tème hor­mo­nal, et dont le lien entre les deux est prou­vé.

La ré­fé­rence au seul ef­fet sur les êtres hu­mains a dé­clen­ché un tol­lé. « Nor­ ma­le­ment on re­garde non seule­ment toutes les preuves trou­vées sur les hu­mains mais aus­si ce qui se passe chez les ani­maux, soit sur un ron­geur dans un la­bo­ra­toire soit dans la na­ture », a rap­pe­lé Li­sette Van Vliet. « Toute pos­si­bi­li­té de faire ce qu’on fait de­puis des dé­cen­nies dans la ges­tion des pro­duits chi­miques toxiques est ef­fa­cée », s’est­elle alar­mée.

« Des co­bayes »

Pour elle comme pour l’eu­ro­dé­pu­tée Verts­ale Mi­chèle Ri­va­si, cette dé­fi­ni­tion fait des hu­mains « des co­bayes ». Pour Vi­to Buon­sante de Clien­tearth, avo­cat spé­cia­li­sé, les pro­po­si­tions de Bruxelles abaissent le de­gré de pro­tec­tion des consom­ma­teurs et place « la charge de la preuve » à un ni­veau « presque im­pos­sible » à sur­mon­ter.

« L’UE est pionnière dans la dé­fi­ni­tion du per­tur­ba­teur en­do­cri­nien », s’est de son cô­té dé­fen­du le com­mis­saire An­driu­kai­tis.

La pro­po­si­tion pré­sen­tée hier par la Commission eu­ro­péenne doit en­core être va­li­dée par les États membres. Elle se­ra sou­mise en bout de course au Par­le­ment eu­ro­péen. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.