Tou­jours dif­fi­cile d’évi­ter les pièges même après cinq ans de per­mis

La Montagne (Brive) - - Brive / Vivre Sa Ville - Ca­ro­line Gi­rard

Pas d’ins­pec­teur ni de boî­tier élec­tro­nique, mais un sty­lo bic et une grille ver­sion pa­pier à rem­plir. Pour le mo­ment, pas de grand chan­ge­ment : tou­jours 40 ques­tions, et cinq fautes au­to­ri­sées pour va­li­der son code. Si les pre­mières dia­po­si­tives ne me pro­voquent pas de bouf­fées d’an­goisse, les choses se com­pliquent quand, à la sixième, je réa­lise m’être trom­pée de ligne pour co­cher les sup­po­sées bonnes ré­ponses. « Non mais cel­le­là, j’ai faux parce qu’en fait c’était la 5 mais je l’ai mis en 6 sauf que ma ré­ponse est cor­recte »… Ok, ok. Je rem­balle mes ex­cuses et tente de res­ter concen­trée. La nou­velle for­mule du code est plus ou moins si­mi­laire à celle à la­quelle j’étais confron­tée il y a une poi­gnée d’an­nées. La dif­fé­rence ? Les ques­tions vi­déos sont plus nom­breuses, les mises en si­tua­tion aus­si.

Al­coo­lé­mie, dis­tance de sé­cu­ri­té, sys­tème d’aide au frei­nage, zone de ren­contres aux abords d’un ar­rêt de tram… tout y pas­ se. Si la lo­gique (et le peu d’ex­pé­rience) per­met, la plu­part du temps, de ré­pondre cor­rec­te­ment aux ques­tions, les pièges sont tou­jours pré­sents.

Après un pas­sage en re­vue de cette sé­rie ju­gée « fa­cile » par la mo­ni­trice d’auto­école, ar­rive l’heure de la cor­rec­tion. Ca­chée dans l’em­bra­sure de la porte, elle veille au bon dé­rou­le­ment de l’exa­men blanc et in­ter­vient pour éclair­cir cer­tains points. Entre deux vé­hi­cules, la dis­tance à lais­ser se cal­cule en se­condes, pas en mètres. Les es­suie­glace se changent tous les ans, pas à toutes les sai­sons…

Au fil de la cor­rec­tion, mes er­reurs semblent si­mi­laires à celles de Ch­ris­tine. Pas parce que la tri­che­rie nous a épau­lés du­rant le ques­tion­naire, sim­ple­ment parce que nous sommes tom­bés dans les mêmes pièges. Au to­tal, neuf fautes pour moi éga­le­ment. Par­ties de l’agence avec le vague es­poir de re­ve­nir les bras en l’air, triom­phantes, c’est fi­na­le­ment les clefs de voi­ture et le per­mis entre les jambes que nous fai­sons notre re­tour… La pro­chaine fois pro­mis, on ré­vi­se­ra. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.