Des sup­por­ters croates ont tout gâ­ché

Hier, à Saint Étienne

La Montagne (Brive) - - Euro 2016 - À Saint-etienne, Di­dier Cros

Un vrai gâ­chis et un nul qui a des airs de dé­faite. Long­temps sé­dui­sante et rayon­nante, la Croatie qui me­nait 2-0 a payé cash les in­ci­dents pro­vo­qués par ses sup­por­ters en fin de ren­contre.

À la 85e, alors que la Croatie me­nait en­core 2­1 et qu’elle avait en­core le match en main mal­gré la ré­duc­tion du score, une di­zaine de fu­mi­gènes en pro­ve­nance du kop nord du stade Geof­froy­gui­ chard, là où étaient ins­tal­lés les sup­por­ters croates, ont at­ter­ri sur la pe­louse, obli­geant l’ar­bitre à stop­per la ren­contre.

Dans la fou­lée, une bombe agri­cole a éga­le­ment ex­plo­sé au mi­lieu des sta­diers qui ra­mas­saient les fu­mi­gènes.

Des ba­garres ont en­suite écla­té dans la tri­bune entre sup­por­ters croates que les sta­diers ont eu beau­coup de mal à en­di­guer. Un cor­don de CRS s’est dé­ployé au pied de la tri­bune sans tou­te­fois en­trer en ac­tion. Plu­sieurs joueurs croates sont in­ter­ve­nus pour de­man­der à leurs sup­por­ters de se cal­mer.

La fé­dé­ra­tion croate va payer très cher ces in­ci­dents. Ses joueurs ont dé­jà su­bi les consé­quences sur le plan spor­tif.

Car on ne peut pas s’em­pê­cher de pen­ser que le pe­nal­ty concé­dé quelques ins­tants après la re­prise de la ren­contre par le dé­fen­seur cen­tral Vi­da, au­teur d’une main dans la sur­face, ne soit pas la ré­sul­tante d’une dé­con­cen­tra­tion due à ces troubles et à cette in­ter­rup­tion.

Les Croates ont clai­re­ment per­du deux points hier dans cette fin de match en queue de pois­son. Pour­tant pen­dant plus d’heure, ils avaient ad­mi­nis­tré une vé­ri­table le­çon à leur ad­ver­saire.

Em­me­née par son duo ma­gique Mo­dric­ra­ki­tic, la Croatie a long­temps sur­vo­lé les dé­bats, no­tam­ment sur le plan tech­nique. Elle avait lo­gi­que­ment concré­ti­sé cette main­mise et son em­prise par deux buts ma­gni­fiques, un par mi­temps.

La qua­li­fi­ca­tion pour les hui­tièmes de fi­nale lui ten­dait alors les bras. Mais la sor­tie de Mo­dric (62 ), lé­gè­re­ment tou­ché aux ad­duc­teurs al­lait aus­si en­rayer sa belle mé­ca­nique.

La bê­tise de quel­que­suns de ses sup­por­ters al­lait fi­nir par re­lan­cer com­plè­te­ment les Tchèques tout heu­reux de re­ve­nir de nulle part. ■

IN­CI­DENTS. Des fu­mi­gènes et une bombe agri­cole ont été lan­cés sur la pe­louse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.