Les désac­cords per­sistent tou­jours

La ren­contre entre My­riam El Khom­ri et Phi­lippe Mar­ti­nez se solde par un échec

La Montagne (Brive) - - France & Monde / Actualités -

La mi­nistre du Tra­vail et le se­cré­taire gé­né­ral de la CGT ont fait le constat de leurs désac­cords per­sis­tants sur la loi tra­vail, hier, à l’is­sue d’une ren­contre très at­ten­due.

«Il y a des points de désac­cords entre la CGT et le gou­ver­ne­ment sur des choses de fond, ces désac­cords se sont confir­més au­jourd’hui », a dé­cla­ré Phi­lippe Mar­ti­nez, hier, à sa sor­tie du mi­nis­tère du Tra­vail, après un en­tre­tien d’en­vi­ron une heure et de­mie avec My­riam El Khom­ri.

Cette der­nière a confir­mé que le gou­ver­ne­ment et la CGT n’avaient « pas trou­vé de consen­sus ». « Nous avons des désac­cords qui ne sont pas nou­veaux », a­t­elle ajou­té, mais « nous avons eu un échange construc­tif, ar­gu­men­té, sur cette pri­mau­té que nous en­ten­dons don­ner à l’ac­cord d’en­tre­prise » sur l’ac­cord de branche, l’un des points du texte aux­quels s’op­pose la CGT.

Par­mi les autres di­ver­gences, Phi­lippe Mar­ti­nez a ci­té éga­le­ment les ques­tions « des li­cen­cie­ments éco­no­miques, de la mé­de­cine du tra­vail, du ré­fé­ren­dum » d’en­tre­prise. « Il faut re­ti­rer ou ré­écrire ces ar­ticles », a­t­il in­sis­té.

Phi­lippe Mar­ti­nez a fait des pro­po­si­tions en ce sens à My­riam El Khom­ri, qui a as­su­ré qu’elle al­lait les « re­gar­der at­ten­ti­ve­ment ».

Après avoir ré­cem­ment ac­cu­sé la CGT de pra­ti­quer « la po­li­tique de la chaise vide », la mi­nistre a es­ti­mé qu’il était « im­ por­tant » d’avoir « re­noué le dia­logue » avec la cen­trale de Mon­treuil.

Mobilisation les 23 et 28 juin

Tou­te­fois, le gou­ver­ne­ment ne re­ti­re­ra pas les ar­ticles qui fâchent la CGT. « En­ri­chir le texte oui, mais sans en dé­na­tu­rer la phi­lo­so­phie, c’est très clair de ce point de vue là, et no­tam­ment la pri­mau­té de l’ac­cord d’en­tre­prise en ma­tière de temps de tra­vail », a­t­elle dé­cla­ré.

L’ar­ticle 2, consa­crant la pri­mau­té des ac­cords d’en­tre­prise sur la branche, a fait l’ob­jet de dé­bats ex­trê­me­ment ten­dus au Sé­nat jeu­di, avec près de 200 amen­de­ments dé­po­sés. Ma­nuel Valls a pré­ve­nu que cet ar­ticle « ira jus­qu’au bout ».

Phi­lippe Mar­ti­nez, qui doit trou­ver une porte de sor­tie ho­no­rable après avoir été aux avant­postes de la contes­ta­tion so­ciale de­puis mars, de­man­dait la sus­pen­sion du dé­bat par­le­men­taire, après avoir long­temps ré­cla­mé le re­trait pur et simple du texte.

Par­mi ses mi­li­tants, cer­tains res­tent sur la ligne dure du re­trait, quand d’autres s’in­ter­rogent sur la ca­pa­ci­té de la CGT à main­te­nir une mobilisation en perte de vi­tesse face à un gou­ver­ne­ment in­flexible.

« Dé­ter­mi­nés »

La pre­mière or­ga­ni­sa­tion syn­di­cale doit aus­si comp­ter avec les six autres membres de l’in­ter­syn­di­cale (FO, FSU, So­li­daires, Unef, UNL, Fidl), qui se montrent « dé­ter­mi­nés ». FO a pré­ve­nu : « s’il pre­nait l’idée au gou­ver­ne­ment de pas­ser en force à l’as­sem­blée nationale en juillet avec le 49­3, elle ne lâ­che­rait pas, y com­pris à la ren­trée ».

Les syn­di­cats ont pré­vu deux nou­velles jour­nées de mobilisation, alors que l’exé­cu­tif me­nace d’in­ter­dire les ma­ni­fes­ta­tions après les nou­velles vio­lences in­ter­ve­nues lors du dé­fi­lé pa­ri­sien mar­di contre la loi tra­vail. Dix per­sonnes qui avaient été in­ter­pel­lées après des af­fron­te­ments lors de cette ma­ni­fes­ta­tion ont été condam­nées à des peines al­lant de six mois avec sur­sis à quatre mois de pri­son ferme.

Le 23 juin, l’in­ter­syn­di­cale ap­pelle à des grèves, ras­sem­ble­ments, ma­ni­fes­ta­tions. Le 28 juin, jour du vote au Sé­nat, nou­velles grèves et ma­ni­fes­ta­tion. Elle compte aus­si re­mettre les ré­sul­tats de la vo­ta­tion ci­toyenne qu’elle a or­ga­ni­sée à la Pré­si­dence de la Ré­pu­blique. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.