Pou­tine se dit prêt à « faire un pas »

Mises en place après l’an­nexion de la Cri­mée

La Montagne (Brive) - - France & Monde / Actualités -

L’union eu­ro­péenne a pro­lon­gé d’un an ses sanctions dé­ci­dées après l’an­nexion de la Cri­mée par la Russie, en 2014, qui in­ter­disent no­tam­ment les in­ves­tis­se­ments dans la pé­nin­sule et les im­por­ta­tions vers l’union de ses pro­duits.

Les 28 pays de L’UE doivent éga­le­ment re­con­duire, la se­maine pro­chaine, les lourdes sanctions éco­no­miques, tou­chant no­tam­ment des banques, en­tre­prises pé­tro­lières et de dé­fense russes, dé­cré­tées à l’été 2014, en ré­ac­tion au sou­tien pré­su­mé de Mos­cou à l’of­fen­sive de re­belles sé­pa­ra­tistes dans l’est de l’ukraine.

Liste noire

Près de 150 per­son­na­li­tés, dont des proches du pré­sident russe Vla­di­mir Pou­tine, sont en outre ins­crites sur une « liste noire » de L’UE : elles sont in­ter­dites de vi­sas et leurs avoirs sur le ter­ri­toire de l’union sont ge­lés.

Toutes ces sanctions ont du­ra­ble­ment em­poi­son­né les rap­ports entre Bruxelles et Mos­cou. « Nous nous sou­ve­nons de la fa­çon dont tout ce­la a com­men­cé. La Russie n’a pas été l’ini­tia­trice de l’ef­fon­ dre­ment de nos re­la­tions, des pro­blèmes, des sanctions », a af­fir­mé, hier, le pré­sident russe Vla­di­mir Pou­tine, au Fo­rum éco­no­mique in­ter­na­tio­nal de Saint­pé­ters­bourg.

« Mais, comme nous le di­sons dans notre pays, nous ne sommes pas ran­cu­niers, et nous sommes prêts à faire un pas vers nos par­te­naires eu­ro­péens », a­t­il ajou­té, pré­ve­nant que « ce­la ne peut pas être, bien en­ten­du, à sens unique ».

La veille, le pré­sident de la Com­mis­sion eu­ro­péenne, Jean­claude Jun­cker, avait rap­pe­lé qu’il était « hors de ques­tion de re­cu­ler tant que les ac­cords de Minsk cen­sés ré­gler le conflit en Ukraine ne se­raient pas plei­ne­ment mis en oeuvre ».

Dans les faits, cer­taines ca­pi­tales eu­ro­péennes en­vi­sagent de plus en plus ou­ver­te­ment une le­vée au moins par­tielle des sanctions éco­no­miques, mais ce dé­bat n’au­ra pas lieu avant l’au­tomne pro­chain, après une éva­lua­tion des ac­cords de Minsk de­man­dée à Pa­ris et Ber­lin, se­lon un haut res­pon­sable de l’union eu­ro­péenne. ■

AFP

DÉ­TER­MI­NÉ. « Ce­la ne peut pas être, bien en­ten­du, à sens unique », a aver­ti le pré­sident russe Vla­di­mir Pou­tine.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.