Ils en­traînent Brive au bout de la nuit

Une chan­son, c’est un « ti­cket émo­tion­nel » pour Lio. La ren­contre entre les stars des an­nées 80 et les lec­teurs de La Mon­tagne a été riche en émo­tions hier soir, à Brive.

La Montagne (Brive) - - La Une - Émi­lie Auf­fret

CONCERT.

Trois mille per­sonnes étaient réunies, hier soir aux Trois Pro­vinces, à Brive, pour chan­ter avec les idoles des an­nées 80.

REN­CONTRE.

Dix lec­teurs du jour­nal La Mon­tagne ont pu re­con­trer Lio, Jo­niece Ja­mi­son, Thierry Pas­tor et Phi­lippe Ca­tal­do avant le spec­tacle.

Emile et Images font leurs ba­lances. Un pe­tit groupe les re­garde du haut du bal­con qui mène dans les loges des Trois Pro­vinces. Ce sont des lec­teurs de La Mon­tagne qui ont été in­vi­tés pour ren­con­trer les stars des an­nées 1980 qui don­naient un concert, hier soir, à Brive. Et pour la plu­part, dé­cou­vrir les cou­lisses d’un show, c’est une pre­mière.

Thierry Pas­tor entre dans la loge où tout ce pe­tit monde s’est ins­tal­lé. « Bon­jour, je me pré­sente. Je m’ap­pelle Hen­ri… ». Il s’as­sied en riant. Jo­niece Ja­mi­son, toute coupe afro de­hors, le re­joint sa­luant cha­cun des lec­teurs, un peu in­ti­mi­dés. Pas be­soin de po­ser mille ques­tions. Thierry Pas­tor est in­sa­tiable. Tout sim­ple­ment heu­reux de par­ler des an­nées 1980. De ce temps où « l’on fai­sait des chan­sons sans pré­ten­tion », où « l’on ne se po­sait pas de ques­tion », où « l’on ne ré­flé­chis­sait pas à la mu­sique qu’on al­lait faire avant de la vendre ».

Les lec­teurs par­ti­cipent à ce qui est en fait une simple dis­cus­sion. La ti­mi­di­té s’es­tompe peu à peu. D’un seul coup, les re­gards se dé­tournent vers la porte. Lio et Phi­lippe Ca­tal­do entrent et s’as­seyent comme s’ils étaient chez eux. « Wan­da ( Ndlr : le pré­nom de Lio), tu t’ima­gines faire The Voice pour réus­sir au­jourd’hui ? », lance Thierry Pas­tor. « Je ne sais pas… ré­pond­elle. D’abord, on ne nous pren­drait pas. Tu ima­gines Gains­bourg à The Voice. On lui di­rait : “Tu pour­rais faire un ef­fort. Al­lez rentre chez toi !” Je ne sais pas si c’est plus dif­fi­cile de réus­sir mais au­jourd’hui on rentre peut­être moins vite dans le coeur des gens ».

En tout cas, dans la loge, il y en a une qui a Lio dans le coeur de­puis des an­nées. Ol­ga, lec­trice in­vi­tée, in­ter­pelle la chan­teuse. « Je suis vrai­ment très heu­reuse de vous ren­con­trer. C’était une sur­prise de mon ma­ri. Quand j’étais jeune, on me di­sait que je vous res­sem­blais un peu. Je suis émue. En plus, c’est votre an­ni­ver­saire… ». Lio se lève et prend Ol­ga dans ses bras. Les deux femmes se mettent même à se par­ler en por­tu­gais… Une belle ren­contre tout sim­ple­ment. Gil, l’époux d’ol­ga les re­garde, vi­si­ble­ment tou­ché.

Sur scène, ces stars­là voient la même fer­veur dans les yeux du pu­blic qu’il y a 30 ans. À Thierry Pas­tor de conclure : « On n’a presque plus rien à prou­ver. Coo­kie Din­gler dit même : “les chan­sons leur ap­par­tiennent” ». ■

PHOTO GWENDOLINE TEYSSODOU

PHOTO GWEN TEYSSEDOU

ÉMO­TION. Lio a pris Ol­ga dans ses bras pen­dant la ren­contre or­ga­ni­sée par La Mon­tagne avant le concert aux Trois Pro­vinces. Cette lec­trice, très émue, a réa­li­sé un de ses rêves. Pour la chan­teuse, les chan­sons sont des « ti­ckets émo­tion­nels ». Hier soir, cet évé­ne­ment res­te­ra sans doute in­ou­bliable.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.