Yo­han Ca­baye : foi et don de soi pour le mi­lieu de ter­rain

La Montagne (Brive) - - Sportesuroeu2r0 126016 O -

Yo­han Ca­baye re­vient de loin, même s’il n’était pas tout à fait per­du pour les Bleus. Ti­tu­la­ri­sé pour la pre­mière fois dans cet Eu­ro, il a été convain­cant et com­ba­tif contre la Suisse (0-0) et a prou­vé à Di­dier Des­champs qu’il pou­vait en­core comp­ter sur lui en toutes cir­cons­tances.

In­dis­cu­table membre du on­ze­type lors du Mon­dial 2014 au poste de sen­ti­nelle, Ca­baye avait vu son sta­tut s’étio­ler len­te­ment mais sû­re­ment au fil des mois. Consé­quence d’un sé­rieux manque de temps de jeu au Pa­ris SG, où la con­cur­rence de Thia­go Mot­ta s’est avé­rée trop forte pour lui.

Alors, l’an­cien joueur de New­castle est re­par­ti en An­gle­terre l’été der­nier pour se re­lan­cer. A Crys­tal Pa­lace, certes loin d’être un club ron­flant de la Pre­mier League. Mais ce­la a suf­fi à lui re­mettre le pied à l’étrier dans un cham­pion­nat exi­geant phy­si­que­ment et à res­ter dans les ra­dars du sé­lec­tion­neur.

Sauf qu’entre­temps, les Bleus ont bé­né­fi­cié du re­tour in­at­ten­du de Las­sa­na Diar­ra (fi­na­le­ment for­fait pour l’eu­ro, bles­sé à un ge­nou) et, sur­tout, de la spec­ta­cu­laire éclo­sion de N’go­lo Kan­té. De quoi res­ter à l’ombre…

Tout de même sé­lec­tion­né par­mi les 23, le joueur de 30 ans n’avait pas donc for­cé­ment vo­ca­tion à jouer beau­coup dans ce tour­noi. Et en­core moins un match en­tier comme ce­la a été le cas face aux Suisses. Le pre­mier de­puis un dé­pla­ce­ment en Ser­bie (1­1), en oc­tobre 2014.

« Tout ce que j’ai au­jourd’hui, je suis al­lé le cher­cher. Etre dans les 23 c’est un hon­neur et une fier­té et je donne tout pour mon­trer que je suis là. Le coach sait qu’il peut comp­ter sur moi et il sait ce que je peux ap­por­ter à l’équipe », a­t­il as­su­ré hier, à Clai­re­fon­taine.

Ces 90 mi­nutes pleines d’en­ga­ge­ment, il sait néan­moins qu’il les doit à un car­ton jaune. Ce­lui ré­col­té par Kan­té, (contre l’al­ba­nie 2­0), sur le­quel pèse d’ailleurs en­core la me­nace d’une sus­pen­sion. Pour Ca­baye, il se­ra bien dif­fi­cile de dou­bler ce brillant ca­det, mais il n’en prend pas om­brage.

« Le coach fait ses choix, mais on doit ré­pondre pré­sent à chaque fois qu’on est sur le ter­rain. C’est ce que j’ai es­sayé de faire », a­t­il mo­des­te­ment rap­pe­lé. ■

FACE À LA SUISSE. Yo­han Ca­baye a réus­si une pres­ta­tion convain­cante.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.